Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Equipe de Tunisie Football

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Lun 30 Aoû - 12:51

Eliminatoires de la CAN 2012 — Samedi à Radès (21h30) — Tunisie-Malawi


En quête de confirmation




Après la victoire de N’Djamena, l’équipe de Tunisie est appelée à confirmer son retour en forme

L’équipe de Tunisie reprend du service aujourd’hui pour préparer une nouvelle échéance qui pointe à l’horizon, le match face au Malawi. Samedi prochain à Radès (21h30), l’équipe de Tunisie aura besoin de toutes ses forces vives pour confirmer sa prestation et le résultat acquis face au Tchad. Une victoire est toujours bonne à prendre et l’équipe en aura encore besoin pour rester dans la mêlée afin de décrocher son billet pour la CAN 2012. Le chemin est encore long certes mais il faudra se prémunir de toutes les précautions pour arriver à bon port. Bertrand Marchand est conscient de la difficulté de la tâche et il espère voir ses joueurs évoluer de la même manière que lors du match face aux Tchadiens à N’Djamena. Le onze national a certainement besoin de certitudes pour continuer à naviguer sereinement.

Ben Alouane ne viendra pas
Les bonnes nouvelles ne manquent pas du côté des expatriés. Certains joueurs affichent une belle forme à l’image de Ammar Jemel aux Young Boys, ou ont retrouvé le chemin des filets tels que le sociétaire de Mayens 05, Sami Allagui, et celui de Lens, Issam Jomaâ. C’est de bon augure pour la sélection nationale qui devra faire le plein face au Malawi. L’adversaire n’est pas un foudre de guerre et l’occasion d’allier le résultat à la manière est possible même si le sélectionneur national estime que la victoire, quel qu’en soit le résultat, est vitale. Si sur le plan offensif, Bertrand Marchand ne devrait pas se faire de soucis, bien que Darragi qui a quitté le terrain face au TP Mazembe en Ligue africaine des champions, devrait rassurer sur son état de santé, le sélectionneur national qui a convoqué Yohann Ben Alouane, l’ex-sociétaire de l’ASSaint-Etienne, ne pourra pas prêter main forte à l’équipe. Ce dernier est préoccupé par son transfert à la Juventus. Sinon pour le reste du groupe, Marchand pourra rassembler dès aujourd’hui son groupe et s’atteler à la tâche.

Entre La Marsa et Radès
L’équipe de Tunisie entamera sa préparation cet après-midi à 17h30 au stade Abdelaziz Chétioui de La Marsa. Demain, les entraînements auront lieu sur la même pelouse. Mercredi, le onze national se rabattra sur le stade annexe de Radès toujours à 17h30. Jeudi, la séance aura lieu à 21h00 au stade central de Radès avant de revenir à La Marsa lors de l’ultime séance prévue vendredi prochain à 17h30.

Trio ghanéen
Tunisie-Malawi sera officié par un trio arbitral du Ghana, composé de Joseph Lamptey (arbitre central) qui sera secondé par Haruna Abaya (1er assistant) et David Lareya (2e assistant). Le quatrième arbitre sera également ghanéen, Agbovi William Selorm et le commissaire du match n’est autre que l’Algérien Belaïd Lacarne.

Auteur : Skander HADDAD (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Lun 30 Aoû - 12:56

Sami Trabelsi (sélectionneur-adjoint)


Le temps de la réconcliation...




Le sélectionneur -adjoint replace le match du Tchad dans son contexte et nous parle de ses effets sur la sélection qui affronte ce samedi le Malawi dans un match qui vaut six points. La sélection tunisienne , qui passe par une transition douloureuse , veut repartir du bon pied. Elle ne manque pas de joueurs valables , elle ne manque pas de moyens aussi, mais on attend, jusque-là, qu'elle retrouve l'efficacité dans les résultats et la communion autour d'elle. Plus de droit à l'erreur si l'on veut rebâtir la sélection sur des bases solides. Interview.


Si on revenait encore une fois sur la victoire au Tchad, que reste-t-il dans votre tête comme enseignements ?
"Il reste du bon et du moins bon , avec la blessure méchante de Yassine Chikhaoui comme mauvais souvenir. Sinon, ce fut une victoire bonne à prendre venue au bon moment après l'inattendu faux pas du Botswana. En tant que staff technique, nous avions bien aimé l'état d'esprit de l'équipe et des joueurs qui ont su gagner. Sans pour autant présenter leur meilleur football. Quand le corps répond présent , et que la fraîcheur est au rendez vous, tout va bien. Le match du Tchad était celui de la réhabilitation."

Peut-on dire que l'équipe de Tunisie a trouvé un certain équilibre, même partiel, avant de jouer le Malawi ?
" Franchement, l'équipe n'est pas au top de la forme, nous avons beaucoup à faire pour l'aider à remonter la pente. Ce que je peux dire , c'est que l'ossature de l'équipe est arrêtée à deux joueurs près, mais le plus important, c'est que l'ambiance est saine et conviviale. Si l'on reste solidaire et si l'on continue de travailler dans de bonnes conditions, la qualité de jeu devra s'améliorer. C'est une évidence à mon avis.

Nous jouons le Malawi ce Samedi avec l'obligation de gagner. Quel intérêt va-t-on porter à ce match à enjeu?
"Je pense que c'est un grand intérêt qu'on doit porter à ce match qui sera plus important que celui du Tchad. C'est un match qui va nous permettre de nous réconcilier avec le public de l'équipe de Tunisie. Oui, nous devons penser à gagner et à prendre du terrain sur la voie de qualification à la CAN, nous devons également produire un jeu consistant et plaisant. Mais le plus important à mon avis, c'est de retrouver le public de la sélection et de jouer devant une assistance élevée. Ça ne nous intéresse pas de jouer devant un petit public , et de ne pas sentir son appui chaleureux . Retrouver le public de la sélection, se réconcilier avec lui, c'est ça l' intérêt majeur du duel contre le Malawi. Les joueurs ont besoin plus que jamais de la présence affective et effective du public tunisien. "

Quelle idée avez-vous sur le Malawi ?
"C'est une équipe plus technique que le Tchad, qui a de bons attaquants et qui joue sans peur de ses adversaires. Il faut faire attention, le Malawi peut nous surprendre à n'importe quel moment du match.

L'une des nouveautés pour ce match est le retour de Jamel Sayhi parmi la sélection. Quel est l'apport attendu de lui ?
"C'est un milieu relayeur qui a beaucoup de qualités techniques et physiques qui l'aident à donner le plus en phase offensive. C'est d'ailleurs ce que nous cherchons en ce moment. En plus,il joue régulièrement avec Montpellier, son club en ligue 1. C'est aussi un bonus à son actif.

Une touche offensive

Benalouane, que vous avez retenu, est en négociation avancé avec la Juve. Il devrait sauter le match du Malawi après celui du Tchad. N'avez- vous pas peur que ça devienne une polémique surtout que l'on murmure que Benalouane n'a pas l'intention de porter le maillot de la sélection ?
"Si Yohane s'absente encore une fois, ce sera pour des raisons qui nous sont plus fortes. C'est un joueur de talent et jeune qui a des perspectives prometteuses pour réussir dans les championnats européens. Il est en train de finaliser son transfert à la Juve (visite médicale compris), c'est pour cela que sa participation contre le Malawi reste compromise. Je ne pense pas que ça va créer une polémique. Benalouane jouera incessamment pour l'équipe de Tunisie.

Le retour de Mehdi Nafti parmi la sélection a-t-il donné ses fruits ? Est-ce que Ragued a payé les frais de son retour?
"Nafti a des qualités indiscutables, il a surtout une forte personnalité qui sont d'un apport certain pour ses équipiers. Son caractère lui permet de jouer le rôle de leader à la sélection. Je crois que le retour de Mehdi Nafti a donné déjà ses fruits lui qui connaît parfaitement les rouages de la sélection. Pour Houcine Ragued, il joue au même poste , il a de bonnes dispositions, mais en ce moment Mehdi lui est meilleur.

La sélection a-t-elle progressé dans le sens d'une évolution, même petite,dans sa manière de jouer?
"C'est encore tôt de parler d'une métamorphose dans le jeu de la sélection. Les joueurs ne vont pas changer du jour au lendemain, il faut du temps et de l'exercice avant de passer à de nouvelles convictions de jeu plus offensives. On aimerait bien introduire une touche plus offensive avec le maximum de joueurs qui attaquent , et créent le surnombre en phase offensive. Le problème, c'est qu'en sélection, on n'a pas le temps nécessaire de monter de nouveaux automatismes offensifs, on a le temps d'essayer des combinaisons et de répartir les rôles. C'est ça l'équation à résoudre, il faut, en un minimum de temps et avec de nouveaux joueurs, parvenir à apporter une touche offensive au jeu . Cela, tout en conservant l'assise défensive.

Auteur : Rafik EL HERGUEM (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 2 Sep - 14:01

CAN 2012 - Eliminatoires: samedi, Tunisie- Malawi

Chehoudi et Ben Yahia relèvent Darragi et Jmel

Après s’être totalement assuré qu’il ne pourra pas compter sur les services du « Sang et Or » Oussama Darragi contre le Malawi, l’entraîneur Bertrand Marchand, pour le relever a fait appel au néo étoilé Lamjed Chehoudi. Un autre joueur ne pourra pas être lui aussi de la partie contre l’adversaire malawite.

Il s’agit du sociétaire des Young Boys de Suisse Ammar Jmal qui traîne une lésion musculaire et qui a dû suivre la séance d’entraînement d’avant-hier ( la première au programme du stage qui se poursuit à Gammarth) à partir de la ligne de touche avec une vessie de glace constamment posée sur la cuisse gauche, foyer de la lésion.

Le choix du sélectionneur national s’est porté sur le clubiste Wissem Ben Yahia pour le suppléer.

Ameur KERKENNI (Le Temps)

---------------------------

Ben Khalfallah et A.Yahia, plus de peur que de mal

C’est avec 10 minutes d’avance que la séance de mardi a débuté sous la conduite de Bertrand Marchand. Il ne manquait à l’appel que Nafti que Moncef Khouini s’est chargé d’aller chercher à l’aéroport de Tunis Carthage pour le ramener au stade. Allagui et Ben Khalfallah ont, pour leur part, rejoint leurs camarades dans la matinée et pris part à la séance de l’après-midi.

En deux groupes

L’entraîneur Bertrand n’a pas hésité à mettre la main à la patte et à participer à quelques exercices d’échauffement avec les joueurs qui ont été scindés en deux groupes. Il s’est ensuite chargé personnellement de procéder à la démonstration des exercices appliqués par la suite par les joueurs avec beaucoup de sérieux.

Yahia, Ben Khalfallah, Korbi, Allagui, Boussaïdi, Ben Saâda, fatigués par les efforts fournis avec leurs équipes respectives le week-end dernier, ont été ménagés par le staff technique. Les sociétaires de Lens et de Bordeaux devaient rejoindre, après une demi-heure, le banc des remplaçants et suivre le reste de la séance en spectateurs en raison de douleurs musculaires. Le soigneur, Abid Maghmaghi, nous a assuré qu’ils seront aptes à reprendre du service dès le lendemain.

Azaiez à l’œuvre

A l’autre bout du terrain, Khaled Azaiez l’entraîneur des gardiens s’est chargé de soumettre le trio composé de Hamdi Kasraoui, Wassim Naouara et Ramy Jeridi à des exercices spécifiques pour améliorer leur souplesse.

M’Hamed Rached (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 2 Sep - 14:25

Eliminatoires de la CAN 2012 — Tunisie-Malawi— Ce samedi (21h30)


Dhaouadi, M’sakni et Ben Saâda pour deux places…




Si Ben Khalfallah et Jemaâ sont certains de jouer d’entrée, le trio mentionné luttera pour les postes de milieu de couloir gauche et d’attaquant de soutien

La reprise de la sélection en vue du match important contre le Malawi a été marquée par un petit mouvement de va-et-vient. D’après les derniers échos émanant du camp de la sélection à Gammarth, Oussama Darragi, souffrant après le match de l’EST en Ligue des champions, et Ammar Jmal, qui traîne une contracture révélée suite à une IRM, sauteront le match de samedi. La convocation, en dernière minute, du duo Wissem Ben Yahia-Lamjed Chehoudi vient en solution de renfort pour Bertrand Marchand et Sami Trabelsi. Même si les choix sont assez clairs dans la tête du staff technique, on n’apportera pas beaucoup de changement à l’ossature qui a ramené les trois points de N’Djamena, et ce, pour deux raisons:
— L’équipe, soumise avant ce match à une énorme pression de résultat, s’en est bien sortie de ce déplacement piège. Sans développer une excellente qualité de football, l’équipe a fait preuve d’une solide personnalité qui va être utile pour le reste du parcours.
— C’est un début de saison. La forme n’est pas au summum pour tous les joueurs. Ceux qui ont composé l’équipe qui a gagné contre le Tchad restent les plus en forme pour le moment.
L’indisponibilité de Darragi va ouvrir la voie à un redéploiement au niveau du milieu. Plus précisément pour le poste de milieu offensif relayeur. Marchand, qui devra conserver son 4 - 2 - 3 - 1 (qui se base sur l’animation des couloirs et sur l’apport des milieux défensifs en relance), aura à trancher sur deux noms parmi trois pour compléter sa ligne médiane. Chawki Ben Saâda, Youssef M’sakni et Zouheir Dhaouadi : deux de ces hommes de talent et de percussion vont constituer avec Fahid Ben Khalfallah (l’homme en forme de l’équipe de Tunisie) le trio de soutien à Issam Jemaâ.
Trois joueurs clés qui vont essayer de permuter, de se relayer et de jouer rapidement pour déstabiliser une défense du Malawi qui va se regrouper. Si l’on pousse la réflexion, c’est probrablement M’sakni qui va être proche de Jemaâ et qui va apporter ses slaloms. Ben Saâda et Dhaouadi seront, dans ce cas, dans un duel pour une place sur la gauche.
D’après les entraînements, et au vu de la nature du match (l’équipe de Tunisie sera portée vers l’avant pour assurer tôt sa victoire), une liberté de manœuvre sera accordée aux milieux offensifs.

Boussaïdi et Mikari sollicités

Khaled Korbi et Mehdi Nafti, en récupérateurs, vont être eux aussi très proches de Ben Khalfallah, de M’sakni et de l’attaque pour créer le surnombre et pour assurer la deuxième balle.
Anis Boussaïdi, revenu en sélection face au Tchad, s’impose de plus en plus dans le poste de latéral droit. Lui et Yassine Mikari (préféré à Jmal même avant la blessure de ce dernier) vont être sollicités ce samedi. Pas question qu’ils assurent uniquement quelques montées, le staff technique leur a demandé d’être omniprésents pour épauler les milieux de couloir.
La clé d’une large victoire et d’un 4 - 2 - 3 - 1 est l’efficacité et l’activité des latéraux. Aujourd’hui, la sélection peut compter sur le meilleur duo pétri de qualités techniques et physiques, à savoir Mikari et Boussaïdi. Pas de changements en défense avec la stabilisation de Kasraoui, Haggui et Alaeddine Yahia.

Ben Alouane veut-il la sélection?

Les cartes Chehoudi et Allegui (qui sied plus à un 4 - 4 - 2) peuvent être valables en cours de match et selon l’évolution du résultat.
Le nouveau sociétaire de Cesena a plus de cinq jours d’ inactivité étant la procédure pénible de son transfert en Italie. Finalement, la Juve ne l’a pas enrôlé (elle lui a préféré Piriando), et il s’est retrouvé à Cesena. Raison de plus pour ne pas le voir endosser le maillot de la sélection pour la 2e fois. Une petite question : Yohann Ben Alouane, qui a débarqué de son propre et plein gré en sélection, a-t-il changé d’avis? Est-il enthousiaste pour jouer avec la Tunisie ? Toutes ces péripéties montrent que quelque chose ne tourne pas rond dans cette histoire. Affaire à suivre…


Composition des groupes

Groupe A : Cap Vert, Liberia, Mali, Zimbabwe
Groupe B : Ethiopie, Guinée, Madagascar, Nigeria
Groupe C : Comores, Libye, Mozambique, Zambie
Groupe D : Algérie, Centrafrique, Maroc, Tanzanie
Groupe E : Cameroun, Maurice, RD Congo, Sénégal
Groupe F : Burkina Faso, Gambie, Namibie (3 équipes)
Groupe G : Afrique du Sud, Egypte, Niger, Sierra Leone
Groupe H : Bénin, Burundi, Côte d’Ivoire, Rwanda
Groupe I : Congo, Ghana, Soudan, Swaziland
Groupe J : Angola, Guinée Bissau, Kenya, Ouganda
Groupe K : Botswana, Malawi, Tchad, Togo, Tunisie (5 équipes)

Qualification : mode d’emploi

Les équipes suivantes seront qualifiées pour la phase finale de la CAN 2012 :
- Les 2 premiers de chaque groupe.
- Le deuxième du groupe K auquel appartient la Tunisie.
- Les deux meilleurs deuxièmes des dix autres groupes.


Les matches du week-end

Groupe A : Cap Vert-Mali; Liberia-Zimbabwe
Groupe B : Nigeria-Madagascar; Ethiopie-Guinée
Groupe C : Mozambique-Libye; Zambie-Comores
Groupe D : Algérie-Tanzanie; Maroc-Centrafrique
Groupe E : RD Congo-Sénégal; Maurice-Cameroun
Groupe F : Gambie-Namibie
Groupe G : Afrique du Sud-Niger; Egypte-Sierra Leone
Groupe H : Côte d’Ivoire-Rwanda; Bénin-Burundi
Groupe I : Soudan-Congo; Swaziland-Ghana
Groupe J : Guinée Bissau-Kenya; Ouganda-Angola
Groupe K : Tunisie-Malawi; Botswana-Togo (4e journée)



Auteur : Rafik EL HERGUEM

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Ven 3 Sep - 11:04

Championnats du monde — Groupe B —Etats-Unis-Tunisie : 92-57
Savoir avancer…


Nos basketteurs ont résisté une mi-temps, chose fort honorable devant l’immense «dream team». Le mondial se termine avec la conscience tranquille, à nous de savoir aider le basket tunisien à se moderniser. L’équipe de Tunisie peut regarder l’avenir avec optimisme tout en essayant de s’améliorer

Va-t-on regarder la moitié vide ou la moitié pleine de la bouteille après le dernier match de la sélection hier devant les Etats-Unis ? L’équipe de Tunisie a sorti une très honorable première mi-temps où elle n’a concédé que 6 points devant les USA (39-33), avant de couler (c’est fort logique étant la disparité des forces) et perdre sur un écart de 35 points. On préfère regarder la moitié pleine avec la prestation honnête et sans tricherie des Kechrid, Mejri, Selimene, H’didène et tous les joueurs utilisés hier (une bonne rotation de l’effectif). On ne pouvait leur demander plus, ils étaient cuits par la grande débauche d’énergie des 4 premiers matches. L’écart s’est fait sentir en défense (domination dans les rebonds et la couverture), et dans la raquette où les intérieurs américains ont fait ce qu’ils voulaient en seconde mi-temps. Ce n’est pas là la question, l’équipe de Tunisie qui s’est plus ou moins débrouillée dans les premiers 4 matches, n’a pu gérer le rythme du dernier match face au favori du titre mondial. C’est le seul match perdu avec plus de trente points d’écart, il y aussi énormément de jugements à porter au niveau des joueurs (certains ont bien évolué, d’autres ont déçu). Le plus important est de mesurer les progrès énormes de l’équipe de Tunisie par rapport à un récent passé, et de bien regarder l’avenir. On doit avancer et rentabiliser l’investissement existant, sinon, le passage en Turquie n’aura servi à rien.

Résultats

Côte d’Ivoire-Porto Rico 88-79
Espagne-Canada 89-67
Australie-Angola 76-55
Etats-Unis-Tunisie 92-57

Auteur : Rafik EL HERGUEM

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Dim 5 Sep - 19:45

CAN 2012 - Tunisie - Malawi (2-2)


Et patatrac !


De bonne augure ? On y croyait. Car en football la superstitution fait aussi partie du jeu. Chaque fois que Jomaâ inaugure la marque dans un tournoi, la suite se passe bien. Plus encore, lors des dix premières minutes, Jomaâ aura caressé le montant du gardien malawie de l’extérieur du pied gauche avant de marquer son vingtième but en 52 sélections.


Il était clair que Marchand donnait l’air d’avoir bien préparé ce match. De surcroît, le retour à Radès après la piètre figure face au Botswana (leader du groupe, mais avec un match en plus par rapport à nous), eh bien, ce retour justement risquait de peser sur le plan psychologique. Surtout que, malgré l’entrée libre, la modicité du prix des billets et la tombola, le public continue de bouder et de manifester une espèce de désaffection vis-à-vis de la sélection. Comment raviver la fibre effective ? Les victoires, rien que cela. Et puis, un peu moins de langue de bois et de slogans idiots réduiraient ce parasitage cacophonique autour de l’Equipe nationale. Mais cette versatilité épidermique et finalement indélicate : un contrôle raté et Jomaâ est sifflé par le public. Mais puisqu’il y a une logique à tout et, surtout, une juste immanente, Jomaâ marquait encore quelques secondes après, au milieu d’un embouteillage dans les filets malawis précédé d’une incursion sur la gauche d’un Dhaouadi, l’un des rares vrais excentrés de notre championnat. Quant au geste de réaction de Jomaâ, après le but, il est peut-être tout aussi épidermique que les sifflements contre lui, mais somme toute compréhensible.



Buts et sifflements

En alignant un 4-4-1-1, Marchand se met à la mode Mourinho qui n’a pourtant pas inventé la lune. Le sélectionneur national donne l’occasion au tandem Yahia-Hagui de mieux se connaître, même si aucun d’eux n’est vraiment porté sur la relance et encore moins sur le pressing. Et, d’ailleurs, l’on ne saurait trop dire s’il ne fallait pas prendre l’adversaire à la gorge - c’est-à-dire, réduire son champ de 30 mètres - et permettre à Boussaïdi et à Mikari d’appuyer et de soutenir respectivement Ben Khelfallah et Dhaouadi.

Seulement, voilà : qui devait et qui pouvait plutôt tisser ces géométries au milieu d’une sélection tunisienne faite de contristes au milieu de terrain, mais dépourvue de radar ?

Vivement Darragi donc, et Marchand qui en déplore l’absence aurait pu le ménager au Tchad, là où la poisse a brisé le tibia de Chikhaoui ! Elémentaire, mon cher Marchand…

L’adage dit bien : « qui veut voyager loin, ménage sa monture » et aussi ses joueurs, ajouterions-nous.



Maladresses et béatitudes

En tous les cas, on ne peut pas dire que la première mi-temps ait été parfaite. Jeu trop long, lignes desserrées, automatismes approximatifs et permutations des rôles entre Jomaâ et Allagui plutôt prévisibles et codées… Et comme d’habitude, les coups de veine de la sélection sont parfois sanctionnés par des paradoxes inexplicables.

La parfaite illustration en est ce but malawie sur tir décoché de 40 mètres par Chinokopo à peine entré avant l’expulsion d’Eniks. Kasraoui, comme d’habitude, piquait, en l’occurrence, un petit somme…



Crispation

Quelles consignes auraient données Marchand à ses joueurs ? Resserrer les lignes à priori.

Quel module tactique – normalement réversible – surtout face à une équipe qui joue à dix ?

Encore un paradoxe : les Malawis bougent d’autant plus aisément que les nôtres sont trop éloignés les uns des autres et que les actions demeurent parcellaires. Or, pour peu que les nôtres accélèrent ou qu’ils actionnent le flanc droit - apathique et statique en première mi-temps – l’adversaire se révèle vulnérable. D’abord, une « une-deux » Khalfallah-Allagui permet à ce dernier de centrer vers Jomaâ qui plonge mais dévie dehors de la tête. Et (re) sifflements ! Quelques minutes après, Allagui, virevoltant, excellent dix et demi, vise la lucarne mais la balle heurte la transversale ou plutôt les 90.

Le besoin d’un troisième but se fait sentir. Après des velléités d’attaques frontales, nos deux excentrés accélèrent la cadence. Entre-temps, nos adversaires vont carrément sur les tibias et n’en fallait pas davantage pour irriter… Korbi. Il n’empêche : Marchand constatait que nous manquions de percussion, que les lignes demeuraient distendues (les unes des autres) et que nos attaquants avaient besoin de quelqu’un qui leur servît la dernière passe. A juste titre, Msakni prend sa place dans le dispositif. Et la structure de l’équipe prenait la forme d’un 4-3-1-2. Car il était nécessaire que Jomaâ et Allagui se rapprochent l’un de l’autre et que, derrière nous temperiions nos projections offensives car les Malawis s’amusaient à donner des frayeurs à Kasraoui. Curieux tout de même et amusant à la fois : Jomaâ jouait mieux quand il était sifflé ! Sinon, à mesure que les minutes s’égrenaient, les Malawis imposaient leur jeu... Dans ce cas, il fallait bien procéder sur des contres. Il y en a bien eu un (78’) le plus classique du genre sur chevauchée de Khalfallah qui centrait sur Jomaâ : ratage incroyable de la tête… Le genre de ratages justement qui se paient cher. Car, presque sur la remise, le capitaine, l’expérimenté Hagui commettait la plus stupide des agressions dans ses 18 mètres, offrant un penalty transformé sans coup férir par Kaninga (82’).

Radès est comme escamoté. Silence de tombe.

Rage renfermée face à cette « leçon » d’amateurisme dont viennent de nous gratifier nos professionnels.

A ce point de la partie, il n’y avait plus grand’chose à tenter. Idées confuses, reflet des conceptions surannées d’un sélectionneur sur-évalué depuis que l’Etoile de Moëz Driss lui a fait gagner une Coupe d’Afrique et qui ne sait pas optimiser le potentiel dont est capable cette sélection.

Nous avons de bons joueurs. D’excellents même. Mais, ce n’est pas avec cette fédération, ce n’est pas avec ce staff technique et ce n’est pas avec la nouvelle direction technique que nous irons loin.

Cessons, donc, de palabrer. Cessons de nous leurrer. Finissons en avec les formules pompeuses dont s’affuble un nationalisme intempestif. En d’autres termes dépolitisons l’Equipe nationale et cessons d’en faire un prétexte… sinon un exécutoire ;

Malheureux de devoir l’écrire. Mais c’est comme ça.

Raouf KHALSI



Synopsis

•Stade de Radès

•Faible assistance du public

•Arbitre : Joseph Lampty (Ghana)

•Buts : Issam Jomaâ (10’, 26’) pour la Tunisie

Chinokopo (45’), Kanyanda (81’ s.p) pour le Malawi.

•Avertissements : Hagui, Nafti, Boussaïdi (Tunisie)

Kanda, Kanyanda, Chinokopo (Malawi)

•Expulsion : Eniks (Malawi)

•Formation de l’E.N : Kasraoui, Boussaïdi, Mikari, Hagui, Yahia, Korbi, Nafti, Ben Khalfallah, Dhaouadi (Msakni), Allagui, Jomaâ.

------------------------

Classement

1/ Botswana ......................10 pts (+1)

2/ Tunisie ...........................4 pts

3/ Malawi ...........................3 pts

4/ Togo ...............................2 pts

5/ Tchad ..............................1 pt

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Lun 6 Sep - 14:38

Eliminatoires de la CAN 2012 — En marge de Tunisie-Malawi


Une leçon d'humilité




L'un a cru en ses chances jusqu'au bout, l'autre a vendu la peau de l'ours assez tôt...

La Tunisie a bel et bien raté le coche tout en se compliquant la tâche en cette veillée ramadanesque de samedi. Le Malawi, un illustre inconnu qui fourbit ses classes depuis quelque temps, a évolué à dix durant toute une mi-temps, sans vraiment donner l'impression d'être bousculé par les coéquipiers de Karim Haggui. C'est dire que toutes les conditions étaient réunies pour un cavalier seul tunisien qui n'aurait surpris personne. D'ailleurs, à la demi-heure de jeu, les carottes étaient pratiquement cuites, l'avantage rassurant au score devant permettre aux nôtres de jouer de manière plus décontractée, tout en laissant libre cours à l'inspiration et au plaisir d'évoluer face une assistance certes nombreuse, mais pas toujours acquise à la cause des nôtres, n'est-ce-pas Jomâa...Dès lecture de la feuille de match, la Tunisie avait pourtant fière allure, Bertrand Marchand ne faisant pas mystère de ses intentions offensives. Prônant un 4-4-2 assez souple, le technicien national n'a pas hésité à aligner quatre joueurs à tempérament offensif, avec Ben Khalfallah tantôt en position d'électron libre, tantôt à la manœuvre et de temps à autre en faux ailier, voire en neuf et demi. L'audace tunisienne s'est d'ailleurs avérée payante dès le départ. 8' de jeu à peine, et voilà que le vif Issam Jomâa catapulte le cuir sur le montant. La seconde sera la bonne. Deux minutes plus tard, le canonnier lensois ne se fera pas prier pour ouvrir la marque et donner ainsi une nouvelle physionomie à la rencontre, vu la nécessaire obligation de combler son retard chez un adversaire qui a vite fait de sortir de sa coquille suite au deuxième but inscrit par l'insaisissable Jomâa, ce dernier prenant à contre-pied le gardien. Opportunisme des pointes offensives, avantage intéressant au score et infériorité numérique constatée au sein du onze malawite (durant toute une mi-temps), la messe semblait dite mais le Malawi avait des ressources et la Tunisie des limites criardes... Le rendement des nôtres semblait pourtant tenir la route. Niveau lignes de jeu proposées, le revenant Alaeddine Yahia a constitué l'axe défensif avec Hagui, Korbi et Mehdi Nafti au ratissage, Boussaïdi et Mikari sur les flancs, Ben Khalfallah au relais offensif et au dispatching, Allagui et Dhaouadi dans les couloirs et Jomâa en pointe, ont constitué un onze à connotation et profil offensif, mais c'est en défense que le bât blesse... Sans parler de nonchalance, il est curieux de constater qu'un Malawi amoindri, acculé et condamné à réagir, a pu à force de cœur à l'ouvrage, renverser la vapeur et même frôler l'exploit de temps à autre...45', le Malawi profite d'un flottement pour réduire le score. De retour des vestiaires, la Tunisie prend la direction des opérations et hausse le ton. Combinaisons, passes courtes et triangulations sont à l'honneur. 60', Un tir enveloppé de Allagui heurte la transversale. Le but chauffait et les percées du duo Allagui-Khalfallah en disaient long sur les intentions des nôtres. C'est pourtant à ce moment que le Malawi s'est libéré, n'ayant plus rien à perdre et jouant son va-tout. Tir à ras de terre de Banda, vélocité et incorporation de deux attaquants supplémentaires, les Malawites en voulaient beaucoup plus, alors que les nôtres semblaient être tombés dans la suffisance. 75', nouveau tir de Kanyenda qui frôle le montant de Kasraoui, la menace malawite était réelle alors que la Tunisie n'a pu finalement tenir en respect un adversaire qui a ainsi arboré les habits de trouble-fête.

"Nous sommes une petite équipe..."
83' de jeu, Karim Haggui est l'auteur d'une boulette qui sera fatale à la Tunisie. Un tirage de maillot "évitable" en pleine surface de réparation remettra en selle le Malawi, Kanyenda ne se faisant pas prier pour exécuter la sentence. Le même Kanyenda, profitant du "statisme" tunisien, faillit réaliser le "hold-up", mais sa frappe chaloupée est bien captée par Kasraoui. Les traits tirés, les visages abattus et le mental largement entamé, voilà la configuration d'après-match pour les "Aigles de Carthage". Au-delà du goût d'inachevé imputable à ce semi-échec, les joueurs étaient en colère suite à cette parité. Le meilleur joueur sur le terrain, Fahd Ben Khalfallah, semblait d'ailleurs frustré : "En première période, nous avons appliqué les consignes à la lettre. Après la pause, chacun a voulu faire son numéro et voilà le résultat. Il faut remettre les pieds sur terre et descendre de son piédestal. Nous sommes très loin du haut niveau continental et cela se voit et se paie sur terrain. Bref, nous sommes une petite équipe bien que nous soyons une grande nation de football. Il faut arrêter de flatter son ego et de se remémorer le palier atteint en 2004. Je suis vraiment en colère suite à ce nul. Nous devons coûte que coûte travailler davantage et nous armer d'humilité à l'avenir". Mehdi Nafti est aussi sur la même longueur d'onde que Ben Khalfallah, insistant sur la rigueur qui a fait défaut: " Arrêtons de nous situer parmi le gotha du football africain. Nous ne sommes pas plus qu'une petite équipe continentale qui s'est faite accrocher par le Malawi, un illustre inconnu, dénué de toute tradition footbalistique. Qu'elle est loin la CAN remportée en 2004. On doit apprendre à être humble à l'avenir. Nous avons certes de bons joueurs mais tout est relatif. L'élite de joueurs issus de l'EST, du CA, de l'ESS et du CSS, c'est toujours insuffisant à ce niveau. Je ne vois pas de joueurs "fuori class", militant au Real ou à l'Inter de Milan. Il ne faut pas se voiler la face aussi, mater son ego et reconnaître certaines choses. Toutefois, l'équipe est perfectible, il y a du caractère à revendre mais beaucoup reste à faire pour retrouver notre éclat". A défaut d'être performant, les Aigles de Carthage se sont ainsi montrés loquaces après la rencontre. Le technicien national reconnaît d'ailleurs la mauvaise copie rendue, surtout en seconde période : "Nous avons avancé à reculons en seconde période. Nous avons même été exposés à l'égalisation malawite. Il faudra remédier à cette fragilité collective constatée. Le penalty nous a certes cloués au sol mais au final, on s'en sort avec un nul peu glorieux face au modeste Malawi". Bien des choses sont à revoir au sein du onze tunisien, à commencer par retrouver confiance et assurance. Plus de droit à l'erreur à l'avenir...

Auteur : Khaled Khouini (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mar 7 Sep - 14:15

Débat

Pour ou contre un recentrage sur les «locaux»?

Les joueurs de notre Equipe nationale sont beaucoup plus à plaindre qu’à blâmer voir à être vilipendés de tous côtés. Dans la mesure où certains parmi nos expatriés ont reconnu de vive voix les limites de cette équipe nationale qui a fait d’eux ce qu’ils sont devenus après la CAN 2004. « L’équipe de Tunisie a montré ses limites » dixit Karim Hagui ; « quelques joueurs n’ont pas leurs places en Equipe nationale » a réagi Mehdi Nafti après le match et Fahd Ben Khalfallah de poursuivre «la discipline tactique était absente sur le terrain ignorant les consignes du staff technique. J’ai l’impression que plusieurs parmi mes co-équipiers font fi des couleurs qu’ils portent. »

Un encouragement à l’indiscipline et au laissez-aller

Peut-on être plus clairs quand trois de nos joueurs professionnels évoluant dans le championnat européen font de tels aveux. Ils sont donc conscients du mal qu’ils font au football national avec le reste de leurs co-équipiers de la sélection. Ce qui est plus grave encore, c’est que personne parmi les personnes censées encadrer les joueurs n’est parvenu à dénoncer cet état d’esprit visible à l’œil nu bien avant le rendez-vous de samedi dernier. D’ailleurs pourquoi s’en étonner quand ces mêmes personnes ( des ex- internationaux ) ont tu dans un passé récent les dérapages perçus lors du rassemblement précédant la défaite concédée au Botswana lors de la journée inaugurale des éliminatoires. Plus grave encore quand on sait que la fédération a vigoureusement démenti ce qui a été rapporté par des personnes dignes de confiance.

Cinq points dilapidés en deux rencontres livrées à domicile. Qui est en mesure de faire aussi mal sinon nos joueurs internationaux ? Le public l’a bien compris sinon comment expliquer qu’en dépit des mesures prises pour l’inciter à venir en grand nombre soutenir les joueurs, ils étaient à peine quelques milliers sur les gradins du stade de Radès. Pour assister à un drôle de spectacle : un joueur en l’occurrence Jemâa les narguer puis voir une équipe du Malawi menée au score et réduite à dix pendant toute une mi-temps arracher un partage des points mérité rien que pour y avoir cru.

Réunion d’urgence dites-vous ?

La situation qui prévaut depuis peu du côté de la fédération reflète parfaitement la gestion très approximative du quotidien de notre football. A l’image de la réunion d’urgence décidée par cette même fédération après le flop de samedi dernier. Une réunion qui a débouché sur un avertissement verbal donné au staff technique et le principe d’une sanction financière ( montant à déterminer ! ) pour Jemâa, Nafti et Yahia. Le premier pour son comportement envers le public et les deux autres pour une altercation aux vestiaires après le coup de sifflet final ( un écart disciplinaire à vérifier du moment que nous en doutons fort. ) Alors que l’on s’attendait à des décisions exemplaires, le porte-parole de l’instance fédérale a évoqué lors de son point de presse du lendemain les mesures prises pour une amélioration de la tenue du site internet de la FTF et la prise d’autres décisions qui ne touchent en aucune manière à la situation de notre Equipe nationale à l’heure qu’il est.

Le ver est dans le fruit

D’ailleurs pourquoi s’en étonner de nouveau quand on sait que la victoire face aux bien modestes Tchadiens est perçue comme un exploit ; quand le premier responsable de l’instance fédérale se convertit en conciliateur entre clubs toutes les fois que les règlements sportifs et généraux sont violés ; quand les fédéraux se substituent au directeur technique national pour désigner les entraîneurs des catégories de jeunes ; mais également et surtout qu’après moult déplacements et contacts à l’étranger, on engage un sélectionneur national détenteur d’un diplôme de formateur pour le sanctionner deux mois plus tard d’un avertissement verbal pour n’avoir pas répondu à la confiance placée en lui. Ce n’est pas avec du n’importe quoi que notre football va pouvoir se remettre en cause.

Hier le Bostwana puis le Malawi, demain vraisemblablement le Togo auquel nous allons rendre visite ; aussi notre qualification serait-elle un tant soit peu compromise. Et dire que nous continuons à faire confiance à nos expatriés au nombre de neuf dans l’équipe rentrante samedi dernier face au Malawi. Alors qu’une équipe composée des joueurs aurait fait une bouchée et du Botswana et du Malawi, des joueurs rompus aux safaris africains :

Naouara ( Khalloufi)- Ben Amor- Chemmam- Falhi – Ghezal Korbi – Bergaoui – Zaïem – Darragi – Khalifa – Akaïchi.

Rafik BEN ARFA

-------------------------

Mohsen Jendoubi (ancien international) : «Donner leur chance aux joueurs locaux !»

«Ma déception n’a pas d’égal. Nous n’arrivons plus à imposer nos couleurs face à des adversaires de seconde zone et c’est très inquiétant pour notre avenir. Je suis consterné par la prestation de certains joueurs, surtout ceux expatriés. J’ai l’impression qu’ils viennent juste pour remplir une pige, sans plus. J’ai la sensation qu’ils ne veulent pas s’investir à fond. Je ne doute pas de leur appartenance, mais j’ai le sentiment qu’ils viennent ici pour se reposer, pour fuir un tant soit peu le rythme endiablé et soutenu au sein de leurs clubs. On ne défend pas assez et, comme il se doit, le maillot national. L’équipe que j’ai vue samedi jouer, était sans âme, sans idées, sans jus, sans cachet. Certains joueurs étaient blasés… Autant faire appel, à l’avenir, à des joueurs de notre championnat local, des joueurs qui ont faim, et qui feront tout pour briller sur la scène internationale. Honnêtement, si l’on n’arrive pas à percer dans cette poule, où tous les rivaux ne nous sont pas supérieurs, il y a de quoi être préoccupé, embarrassé et même épouvanté. Notre image, notre rang, notre standing sont en train d’être écornés. Il faut se faire, impérativement, fraicheur à grands sceaux de décisions, aux fins de sortir, dans un premier temps, de cette spirale négative. C’est vital pour notre football qui n’arrête pas de dégringoler, à notre grande stupeur !»

Recueillis par MAE

---------------------------

Mohamed Kouki (Entraîneur ASG) :«Les joueurs blasés n’ont plus de place!»

«C’est avec beaucoup d’amertume que je fais le constat alarmant de la régression effarante de notre niveau footballistique. Un Malawi qu’il n’y a pas trois années, on balayait purement et simplement par un score large et sans appel qui se permet de nous tenir la dragée haute dans nos murs, cela me dépasse et se passe de tout commentaire. Une seule explication à mon sens pour cette débandade, les équipes africaines progressent et nous, nous ne faisons que rétrograder. C’est en quelque sorte le reflet de ce qui se passe dans notre championnat avec les supposées grosses cylindrées se faisant accrocher par les clubs du tiers inférieur du tableau. Chose impensable en Egypte où les ténors écrasent à tous les coups les autres sans coup férir ; d’où les sacres itératifs et mérités de leur équipe nationale !

L’élimination de la coupe du monde serait peut-être encore vivace dans l’esprit des joueurs quoique je n’adhère guère à cette approche. Le staff technique dont je ne mets nullement en cause la compétence est également hors cause du moment qu’il n’a disposé que d’un laps de temps fort réduit pour une refonte globale du groupe volet technique, tactique, mental, etc.

Il faut chercher le mal au niveau de certains joueurs qui, selon moi, n’ont plus leur place parmi notre onze représentatif. Des éléments blasés, aux comptes en banque bien garnis, se prenant pour le nombril du monde, traitant l’équipe nationale par-dessus la jambe et se présentant à ses matches en pensant dans leur fort intérieur qu’ils nous rendent service, que peut-on attendre d’eux ? Prenez le cas de Issam Jemaâ, à maintes reprises il a manqué de respect à nous avec des déclarations frisant l’insolence en mâchant du chewing-gum, pour clôturer son arrogance en intimant à tout un peuple de se taire sans qu’il ne soit sanctionné !

Des éléments de cet acabit, n’ont plus leur place en E.Nle. Nous avons besoin d’une nouvelle cuvée, d’un sang nouveau, de joueurs affamés sur tous les plans : financier, consécrations, palmarès, titres, renommée, etc. Voilà la véritable planche de salut pour sortir notre football moribond de sa désolante et non moins préjudiciable hibernation. »

MSR

------------------------------

Zied Jaziri (ex-international) : «L’absence d’un leader»

«Abstraction faite de ce qui s’est passé lors du match Tunisie-Malawi (incident Jemaâ), je dirais que l’équipe nationale a entamé correctement la partie dont la physionomie et le résultat auraient été autrement s’il ne s’est rien produit . C’est dire s’il ne faut pas relativiser un peu les choses. Il n’empêche j’ai pensé qu’à ce moment l’entraineur aurait relevé Issam Jemaâ non pour le changement mais pour préserver tant soit peu l’équilibre général au sein du groupe. Hélas, les choses ont pris une autre tournure par une succession d’erreur à tous les niveaux. Ceci expliquant cela, je crois que le mal que vit l’équipe nationale se situe plus en dehors du terrain que sur la pelouse. En effet, l’absence d’un leader au sein de l’équipe a affecté énormément le rendement général, rendant plus facile l’échec du onze national . Car au fond ils (joueurs) n’ont pas à commettre autant de fautes. Par ailleurs, il convient aux responsables fédéraux de ne pas agir avec autant de célérité et à chaud pour tenter de réparer le mal faute de quoi l’on persiste dans les même erreurs . Je crois que le moment est venu pour poser se poser les vrais questions et entamer réellement les vrais réformes. Je crois qu’il y va de l’avenir du football en Tunisie… »

SS

------------------------------

Mrad Mahjoub (Entraîneur CA) : «Notre football ne manque pas de compétences»

«Il n’y a rien à dire à la vue de ce qui se passe depuis peu dans l’environnement de notre football et de ses équipes représentatives. Nous sommes en présence d’un football qui est géré sans les techniciens tunisiens comme si nous sommes à court de compétences. En fait qui décide ? Sûrement pas les techniciens, ceci est visible à travers les décisions irréfléchies qui sont prises par un Bureau fédéral censé élu pour remettre sur les rails un sport en nette perte de vitesse. Alors pourquoi s’étonner que notre football se porte aussi mal depuis quelque temps ?

J’ai la ferme conviction que nous irons en phase finale de la prochaine CAN partant du fait que nous possédons des joueurs de qualité qu’il faudra mettre en confiance. Pas tous bien sûr dans la mesure où certains parmi ceux qui sont régulièrement convoqués n’ont plus leur place en Equipe nationale. Je ne souhaite pas avancer des noms mais leur comportement lors du match de samedi dernier est visible au commun des présents. D’autres sont fragilisés psychologiquement, c’est pourquoi je dirai de nouveau qu’une reprise en mains est plus que nécessaire et le plus tôt sera le mieux. Et que cette reprise en mains se fasse avec des gens du milieu footballistique dois-je préciser. »

R.B.A

------------------------------

Ferid Ben Belgacem (entraîneur EGSG) : «Le tribut de l’improvisation»

«Vous savez pour moi, ce match résume tout ce qui se rapporte à notre équipe nationale avec une clarté sans la moindre équivoque. C’est l’image du football tunisien gravement malade de son système, de ses rouages, de ses composantes, de ses dirigeants, de ses joueurs.

La faute incombe à tout le monde et on la décèle à tous les niveaux. Le geste de Issam Jemaâ qui se permet d’adresser impunément un geste aussi dégradant à tout un peuple résume quant à lui le degré de laxisme, d’indiscipline gangrénant le groupe. Du jamais vu dans ma longue carrière ! Se faire piéger par un Malawi amoindri venant limiter les dégâts est inadmissible. Cela dénote clairement la puissance des joueurs et la crainte des responsables à les contrer. Il est vrai que notre football est dirigé par des personnes qui n’ont jamais mis les pieds dans un terrain, des bureaucrates gérant notre sport de derrière leur bureau climatisé.

On a commencé la compétition au mois de juillet sur une décision arbitraire avec une préparation débutant le mois de juin. On a joué au Ramadan à 16h avec des joueurs sur le terrain à 15h pour s’échauffer non seulement le dimanche mais toute la semaine pour les entrainements. Alors qu’en Algérie on ne commence qu’en septembre ! Je suis le seul entraineur en exercice 10 années de suite, personne n’a demandé mon avis quant aux vrais problèmes de notre football exception faite des médias.

Nous avons des sommités en la matière : Chetali, Hizem, Tarek, etc. Pourquoi ne pas demander leurs avis et les impliquer dans la refonte de notre sport roi ? Je dis aux bureaucrates de laisser le football à ses enfants qui l’ont pratiqué et qui en maitrisent les différents rouages. Faute de quoi, notre dégringolade nous mènera vers l’abime et c’est regrettable au vu de ce que l’état dépense pour améliorer notre niveau et nous permettre de nous hisser parmi les meilleurs dans le concert mondial.

Mohamed Sahbi RAMMAH

------------------------------

Abdelhay Laâtiri (Entraîneur ESHS) : «La DTN doit aussi assumer ses responsabilités»

«De toute évidence la situation de crise que vit notre football en général ne peut que se répercuter en premier lieu sur l’équipe nationale. Ce que je constate de prime abord pour la sélection , c’est l’absence notoire de « grands joueurs » qui puissent faire la différence un moment à un autre. C’est vrai que l’on peut prétendre avoir de grands clubs …et encore ! Cependant, hélas la qualité de grands joueurs fait défaut de nos jours. La raison ? C’est encore et toujours l’absence manifeste de programmation à long terme pour une formation de base, de qualité tant au niveau des clubs qu’au niveau des sélections. Il faut admettre que la notion de temps est indispensable en ce sens que le résultat viendra sûrement après coup et non avant. Donc, il est temps que la DTN prenne aussi ses responsabilités quant à l’avenir de notre football en consolidant éventuellement ses pouvoirs… tout en s’éloignant d’une certaine léthargie administrative. Au demeurant le mal que vit l’équipe nationale ces derniers temps, est dû à mon sens à la perte de confiance chez les joueurs. La preuve ? La monumentale faute commise par Hagui dans la zone de réparation face au Malawi, cet incident est difficilement soutenable pour un joueur professionnel qui plus est capitaine de l’équipe. Autant dire que le manque de caractère de certains joueurs influe sur le comportement général du groupe. Il n’y a qu’à voir la mauvaise circulation de balle ( plus d’une touche avec un jeu latéral) lors du dernier match pour s’en rendre compte que l’entente n’est pas le point fort au sein de ce groupe. L’absence d’un vrai patron qui sache emmener les siens , les diriger et surtout redresser la situation au bon moment fait totalement défaut à l’équipe nationale… Ce qui a été dit plus haut explique amplement ce constat amer».

Sadok SLIMENE

------------------------------

Chiheb Ellili (Entraîneur ESZ ) : «Crise générale»

" La situation cauchemardesque de notre football que nous sommes en train de vivre n'est assurément pas étrange ou surprenante ; nous ne faisons que récolter les fruits ( amers ) des errements de ceux ayant eu la responsabilité de notre sport roi ; et si la crise couve depuis de longues années déjà , le niveau de football a commencé à donner des signes évidents de médiocrité bien avant le départ de Roger Lemerre ; mais nos responsables n'ont pas cru bon y faire face ; sa détérioration n'est que la conséquence d'une gestion où la subjectivité , les étroits calculs et les intérêts personnels prirent le dessus sur l'objectivité , la rationalité et l'intérêt national .

Pour ce qui est maintenant de notre match de parité de samedi face au Malawi , la faute incombe avant tout aux choix tactiques et de joueurs . Le staff technique national a opté pour l'offensive à outrance ( Dhaouadi, Allagui, Jemaâ, Ben khalfallah ) certainement dans le but de surprendre l'adversaire en l'assommant dès le début par deux ou plus de buts. Cette tactique à double tranchant a failli au vu de la physionomie de la première période réussir si ce n'était le bradage par nos avants, particulièrement Jemaâ, de plusieurs occasions faciles de creuser l'écart. En seconde mi-temps , je pense que les changements effectués ne furent pas judicieux car j'aurais bien préféré, pour un meilleur équilibre des lignes, que notre coach fasse, au lieu de Msakni, incorporer un troisième pivot car en dépit de leur infériorité numérique nos adversaires réussirent à dominer les débats au milieu du terrain . Sans oublier que Jemaâ , ne serait-ce que pour son cadeau ( le jet de son maillot ) pour une frange de supporters , un geste déplacé pour la discipline et le respect de la vie de groupe, aurait dû être laissé au vestiaire au profit de Akaichi . Ce match nul complique donc plus notre mission; mais pour relever la tête force est de reconnaître que les maux de notre football ne concernent pas particulièrement notre équipe nationale ; ce moment, quoique douloureux à vivre , est propice pour la conjugaison des efforts de toutes les parties prenantes de la gestion de notre football afin de rectifier le tir et repartir sur des bases plus solides ."

Hedi OMRANI

------------------------------

Mokhtar Dhouib ( ex-international) : «Inadmissible que les locaux soient marginalisés»

«Il est totalement inadmissible de voir la sélection descendre si bas malgré tous les moyens mis à sa disposition. Se faire battre par le Bostwana puis concéder un humiliant match nul au Malawi et de surcroît au stade de Radès est tout simplement un affront pour une sélection tunisienne qui occupait jusqu’à un passé non lointain les devants de la scène continentale. Ce que je n’arrive pas à comprendre est le choix de joueurs qui ont fait leur temps et qui n’ont plus rien à donner à la sélection à l’instar de Karim Hagui, Mahdi Nafti, Kasraoui, Mikari et autre Boussaïdi. C’est vraiment une aberration que seuls deux joueurs locaux, en l’occurrence Dhaouadi et Korbi figurent dans la formation rentrante. Et puis comment expliquer que le staff technique ne procède qu’à un seul changement en faisant remplacer Dhaouadi par M’sakni alors que l’ensemble ne tournait pas rond en seconde mi-temps. Je sais que nous n’avons pas le meilleur championnat du monde mais cela ne justifie nullement que les joueurs locaux soient à ce point marginalisés.

L’équipe nationale n’appartient pas au bureau fédéral qui a fait, je pense, un très mauvais choix en désignant un sélectionneur qui ne répond pas au profil requis. La sélection est à tous les Tunisiens et les responsables sont appelés à rectifier le tir car il y va de l’image de marque du football national.

Ameur KERKENNI (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Bazouka
Moderateur
Moderateur


Masculin Nombre de messages : 183
Age : 67
Date d'inscription : 28/02/2009

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 16 Sep - 13:16

La Tunisie (56e) gagne 8 places



La sélection tunisienne de football a gagné huit rangs et pointe désormais à la 56e place du classement de la Fédération internationale de football (FIFA), publié mercredi par l'instance mondiale.

Au niveau africain, l'Egypte occupe la première place (9e) devant le Ghana (20e), la Côte d'Ivoire (23e), le Gabon (31e), le Nigeria (34e), l'Algérie (35e), qui a reculé de deux points, et la Tunisie (56e).


Le Togo, prochain adversaire du onze national en éliminatoires de la CAN 2012 (Groupe K) retrograde 12 places et occupe la 87e place. Le Botswna, leader du groupe, gagne 11 places (82), le Malawi a reculé de 4 places (78) et le Tchad de 10 rangs (134).

Le Maroc a perdu de son côté 12 places et se retrouve au 95e rang alors que la Tanzanie, l'autre équipe du groupe D, a gardé sa 111e place en dépit de son match nul (1-1) à Blida face à l'Algérie dans les éliminatoires de la CAN-2012.

Au niveau mondial, l'Espagne, championne du monde, trône toujours en tête mais a vu son avance diminuer après sa défaite en Argentine en amical (4-1).

Derrière, l’Allemagne (3e) et le Brésil (4e) échangent de place, tout comme l’Angleterre (6e) et l’Uruguay (7e), les deux géants européens profitant de leur bon départ lors des qualifications pour l'Euro-2012.

La plus belle progression du mois revient au Monténégro (40e, +33) qui, grâce à ses deux victoires dans les éliminatoires européennes, intègre les cinquante meilleures nations pour la première fois de son histoire.

Ce classement prend en compte au total 159 matches internationaux "A" disputés au cours des cinq dernières semaines.

Le prochain classement de la FIFA sera publié le 20 octobre prochain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mer 29 Sep - 13:08

Equipe nationale : La surprenante convocation de Jomaâ

Marchand : «Je ne dispose pas d’un Drogba…»



Le retour de Chemmam, K. Saïdi, Nouioui et des deux gardiens, le Cabiste Ben Mustapha et le Sfaxien Khalloufi en contre partie de la non convocation de Kasraoui, Haggui et Mahdi Nafti sont les faits saillants de la nouvelle liste internationale communiquée hier par le sélectionneur Bertrand Marchand. Ce dernier a justifié le choix des joueurs appelés à préparer le match contre le Togo le 10 octobre prochain à Lomé en soulignant qu’il a convoqué les éléments qui jouent régulièrement avec leurs clubs respectifs :


« J’ai appelé les joueurs qui sont les mieux compétitifs donc ceux qui sont susceptibles d’apporter le plus escompte au groupe, à tous les niveaux du jeu. Nous allons en tant que staff technique faire de tout notre mieux pour présenter contre le Togo un ensemble prêt à relever le défi. Il s’agit d’un match à remporter impérativement, en effet, le reste de l’entreprise revient aux joueurs».

Kasraoui : Un bon gardien mais à court de compétition

Concernant l’écartement de Kasraoui, Bertrand Marchand a fait remarquer qu’il est incontestablement un très bon gardien, mais le manque de compétition lui a été très préjudiciable à l’image de son erreur sur le premier but malawite. C’est pourquoi, il fallait le remplacer. Khalloufi tout comme Naouara gardent les bois de deux clubs qui participent aux compétitions africaines et leurs défenses respectives sont les plus solides du championnat national.

L’utilité de Ben Alouane d’être à Lomé



A la remarque que lui a été faite à propos de l’opportunité de convoquer Yoane Benalouane alors que cet élément n’a pas joué ne serait ce une minute avec son nouveau club, Cesena.

Reponse de Marchand : « J’ai convoqué Benalouane pour lui favoriser une rapide intégration dans le groupe. Il ne sera pas titulaire à Lomé mais sa présence même sur le banc lui sera bénéfique à la fois pour lui que pour la sélection ».

Cautionner l’indiscipline

Un joueur qui devait être surpris de voir son nom figurer sur la nouvelle liste. C’est, vous l’avez deviné, le sociétaire du F.C.Lens Issam Jomaâ. Passe qu’il rate deux ou trois buts ayant semblé acquis et qui nous auraient valu de sceller définitivement le sort de la rencontre contre le Malawi, dans la mesure où tout joueur lui arrive de rater de belles opportunités de mettre le ballon dans les filets dans un seul match.

Mais son geste à l’adresse du public après son deuxième but ayant provoqué la réaction de ce dernier et les conséquences qui en ont découlé est condamnable dans la mesure où son attitude a fortement pénalisé la sélection. « L’attitude du public à l’encontre de Jomaâ a été fort préjudiciable à l’équipe nationale, laquelle déstabilisée, a fini par sortir du match ». C’est en ces termes que Marchand expliquait la nette baisse de régime des siens au cours de la seconde mi-temps ayant permis aux Malawites de revenir au score et d’obtenir un nul inespéré. Les propos de Marchand sont des plus accablants pour Jomaâ mais cela ne l’empêche pas pour autant de le convoquer de nouveau. Justification avancée par le sélectionneur national « Il arrive à tous les joueurs de perdre le contrôle de leurs nerfs. Le coup de tête de Zidane adresse à Materazi a coûté à la France de perdre la Coupe du monde. Cela n’a pas empêché Zidane de continuer à faire partie de la sélection tricolore. Pour Jomaâ, je dirai qu’il a fauté mais je ne possède pas un Drogba pour pouvoir me passer des services du Lensois ».

Dans l’intérêt de l’Espérance

Pourquoi Marchand ne manifeste pas plus d’égard vis-à-vis de l’Espérance en se retenant de convoquer ses joueurs en prévision de la demi-finale retour contre El Ahly du Caire.

Réponse de Marchand « Primo je ne peux pas me passer des joueurs de l’Espérance qui forment le gros contingent de la sélection. Secundo, l’Espérance a intérêt de compter contre Al Ahly sur des joueurs qui ont un match de plus dans les jambes et qui ont gagné de ce fait en expérience dans les safaris africains ».

Ameur KERKENNI (Le Temps)

------------------------

Partenariat FTF – Tunisie Telecom

Le contrat de partenariat entre la FTF et le groupe Tunisie – Telecom sera signé dans les tout prochains jours. Ce qui est intéressant de noter c’est l’augmentation substantielle du montant que doit verser l’opérateur national à la FTF

Il passera de 150 mille dinars ( l’ancien contrat) à 2 millions de dinars. Un joli pactole en somme pour l’instance fédérale à court de liquidité à cause surtout du manque à gagner consécutif à la non participation de l’Equipe nationale au dernier mondial Sud-Africain. Un manque à gagner avoisinant les cinq millions de dinars que verse la FIFA aux pays qualifiés pour la phase finale de la Coupe du monde.

------------------------

Les 24 retenus

Wassim Nawara ( E.S.Tunis)

Farouk Ben Mustapha (C.A.Bizertin)

Jassem Khalloufi

(C.S.Sfaxien)

Sami Allagui ( F.V.S Mayens)

Chaker Bargaoui (C.S.Sfaxien)

Yoanne Ben Alouane (Cessena)

Fahid Ben Khalfallah (Bordeaux)

Anis Boussaïdi (Paok Salonique)

Lamjed Chehoudy (E.S.Sahel)

Khalil Chemmam (E.S.Tunis)

Mohamed Amine Chermiti (F.C.Zurich)

Oussama Darragi (E.S.Tunis)

Zouheir Dhaouadi (C.Africain)

Bilel Ifaâ (C.Africain)

Ammar Jemel (Youngs Boys)

Issam Jomaâ (F.C.Lens)

Khaled Korbi (E.S.Tunis)

Mehdi Meriah (C.Africain)

Lassâad Nouioui (Deportivo La Corogne)

Karim Saïdi (F.C.Tours)

Mejdi Traoui (E.S.Tunis)

Alaeddine Yahia (F.C.Lens)

Wissem Yahia (C.Africain)

Chaker Zouaghi (F.C.Zurich)

Rassemblement des joueurs le 04/10/2010 à 14h00 à l’annexe du Stade Olympique El Menzah

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mer 29 Sep - 13:18



Naouara, le mieux placé pour garder les buts tunisiens



Le sélectionneur national a rendu publique, hier, la liste des joueurs retenus pour préparer le match face au Togo dimanche 10 octobre à Lomé, match entrant dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2012.

La lecture de cette liste appelle quelques réflexions que nous avons jugé utile de mentionner ci-après :

Eviction de Kasraoui et Jéridi et rappel de Khalloufi

Comparativement avec la liste qui a précédé la rencontre face au Malawi, nous relevons la non sélection de pas moins de neuf joueurs à savoir Kasraoui, Jeridi, Abdennour, Hagui, Mikari, Souissi, Akaïchi, Chikhaoui et Msakni. Les raisons sont différentes : suspension (Hagui ), blessure (Mikari et Chikhaoui ) baisse de forme pour le reste selon le staff technique.




Cela étant, on savait juste après la fin du match face au Malawi que Kasraoui ne serait pas retenu pour la rencontre suivante. Bertrand Marchand l’a confirmé hier ajoutant que le gardien du RC Lens ne joue pas beaucoup, qu’il manque de confiance et de sérénité à l’heure qu’il est. Reste à savoir comment expliquer la mise à l’écart de Rami Jeridi auteur de très bonnes prestations depuis le coup d’envoi du championnat, il est avec Naoura le meilleur pour le moment.


Le gardien sang et or est bien parti pour garder les bois de la Tunisie face au Togo.

Une mise à l’écart que nous espérons provisoire car il ne suffit pas d’appartenir à une équipe qui joue les compétitions africaines inter-clubs (dixit Marchand ) pour être convoqué en sélection. Raison pour laquelle le sélectionneur a rappelé Khalloufi lequel, à notre avis, n’est pas moins mauvais que le gardien du Stade Tunisien.

Karim Saïdi, la grande énigme

D’autres joueurs retrouvent l’équipe nationale à l’instar de Khalil Chemmam et Lassaâd Niouioui. Il a fallu attendre la blessure de Mikari pour redonner sa chance au latéral gauche de l’Espérance de Tunis, un joueur qui ne méritait pas d’en être écarté et ce n’est pas un hasard s’il n’a raté aucun rendez-vous avec son équipe depuis la saison dernière avec la réussite que nous lui connaissons.

La convocation du sociétaire du Deportivo La Corogne reste énigmatique. Voilà un joueur qui n’a pas totalement convaincu lors de sa première convocation en sélection et qui refait une réapparition que nous estimons injustifiée rien qu’au vu de la présence de deux joueurs qui jouent dans le même registre.

Passe pour Nouioui, mais que fait Karim Saîdi dans la liste communiquée par le sélectionneur national ? Pour ce dernier, Saïdi évolue à Tours, une équipe de la Ligue 2 française au sein de laquelle il donne entière satisfaction. Ce n’est pas parce qu’on lui fait confiance à Tours qu’il faut le convoquer en Equipe nationale. L’absence de Hagui n’explique en aucun cas cette sélection. D’autant qu’on dispose de défenseurs axiaux en mesure de faire oublier l’absence de Hagui.

Plus droit à l’erreur

Il n’empêche. Notre Equipe nationale n’aura pas droit à l’erreur le 10 octobre prochain d’autant plus que les Togolais ne vont pas pouvoir compter sur quelques titulaires dont un certain Adebayor. Quoiqu’on dise, nos joueurs sont mieux rompus à ce genre de rendez-vous, l’effectif retenu pour ce match comme d’ailleurs pour les précédents est de loin de meilleur qualité que celui du Togo.

Nous ne pouvons imaginer un résultat autre qu’une victoire et que l’on ne vienne pas nous convaincre qu’un partage des points ferait notre affaire. Ce serait tout simplement un adieu à la CAN 2012.

Rafik BEN ARFA (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 30 Sep - 14:56

Liste de l'équipe de Tunisie — Point de vue


Confirmations et interrogations...




Marchand a laissé nourrir des questions et des satisfactions. A-t-on les meilleurs joueurs pour ramener une victoire de Lomé?

Il y a de quoi se faire des soucis avant le match de Lomé qui dessinera les contours de l'avenir immédiat de la sélection. On ne partira pas avec la meilleure posture après le dernier match du Malawi. Plus droit à l'erreur, c'est ça le message-clef à adresser aux joueurs et au staff avant de jouer le Togo. La liste communiquée par Bertrand Marchand n'est pas passée inaperçue; entre satisfaits et mécontents voire étonnés de la présence de quelques joueurs en méforme. Est-on sûr que c'est la meilleure composition de joueurs en ce moment et que c'est le profil attendu pour "relooker " l'image biaisée de la sélection ? C'est une question assez profonde que seul Marchand est censé maîtriser. Etant le seul responsable technique du résultat, le Français défend farouchement ses choix malgré tout ce qui a été dit. Deux lectures à faire à propos de cette liste.

Allagui, le plus en forme


Côté satisfactions, on ne peut qu'être heureux de voir Allagui confirmé. On est encore dans l'attente du vrai démarrage du Tunisien en sélection: malgré ses talents de buteur et de joueur rapide, il n'a pas vraiment réussi à s'imposer, et ce, depuis l'ère Coelho. Alors qu'on a une crise d'attaquants, qu'est-ce qui empêcherait Allagui de donner le coup de main escompté? Après le fabuleux but contre le Bayern, Allagui se trouve en superbe forme et on doit le motiver et le mettre dans un schéma de jeu qui favorise ses potentialités. Dans cette liste, on découvre le nom de Benalouane qui devrait faire enfin sa première à l'axe de la défense. Nouioui, Ben Khalfallah et Chermiti, voilà des expatriés qui peuvent donner plus de tonus à la sélection en attaque, tendon d'Achille clair et net.

Occasion...

Côté locaux , on est obligé de dire que certains rappelés ne passent pas par leur meilleure période. Un sélectionneur doit protéger autant qu'il peut ses joueurs de base même quand ils ne sont pas au top de la forme. Bilel Ifa, Mehdi Meriah, Issam Jemâa et Khalil Chemam, ne sont pas réguliers avec leurs clubs, et l'on peut attester qu'ils ont une occasion incroyable pour se montrer disponibles. Un joueur comme Jemâa, contesté de partout, va-t-il se contenter de jouer et de marquer et éviter des dérapages inutiles? Ce qui manque à ces joueurs en ce moment, c'est une stabilité dans l'effort et c'est surtout une confiance dans leurs moyens. On souhaite que tous les joueurs rappelés vont donner le plus et aider la sélection à gagner, mais des interrogations , on ne peut s'en passer. Ça s'impose plus que jamais...

Auteur : R. El Herguem (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 21 Oct - 11:38

ssement Fifa
La Tunisie grimpe de 11 places




Les deux finalistes de la dernière Coupe du Monde, l’Espagne et les Pays-Bas, trônent toujours en tête du classement mondial publié hier. Derrière, le Brésil (3e) et l’Allemagne (4e) échangent leur place.
Grâce à leurs victoires lors des qualifications pour l’Euro 2012, la Croatie (9e) et la Russie (10e) font leur entrée dans le Top 10.
Les qualifications à la Coupe d'Afrique des Nations CAN 2012, battent aussi leur plein, ce qui explique les nombreux mouvements observés dans cette édition du classement mondial.
La Tunisie, vainqueur du Togo à Lomé dans le cadre des qualifications du groupe K de la CAN 2012, a grimpé de 11 places (45e) tandis que la sélection des "Eperviers" pointe toujours à la 87e place.
Le Botswana, prochain adversaire de la sélection nationale le 17 novembre prochain, a gagné deux places (79e).
De leur côté, le Malawi et le Tchad qui évoluent également dans le groupe K, sont respectivement à la 84e et 147e place.
Plusieurs équipes africaines sont parvenues à réaliser des bonds de plus de vingt places par rapport au mois dernier, à l’image de la Guinée (60e, plus 45), de la Libye (81e, plus 26) et du Niger (100e, plus 54).
La République Centrafricaine (112e) a, elle, gagné pas moins de 60 places, une progression justifiée par les trois années d’inactivité de l’équipe, qui occupait encore la dernière position du classement avec zéro point il y a tout juste deux mois. En dominant l’Algérie, les Centrafricains ont parfaitement réussi leur retour sur la scène internationale.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mar 26 Oct - 12:30

Algérie-Tunisie le 9 février à Alger



Il était prévu que le match amical du 9 février prochain entre l’Algérie et la Tunisie se joue à Tunis, mais aux dernières nouvelles, les deux parties se seraient mises d’accord pour que cette rencontre se déroule en Algérie, probablement au stade du 5-Juillet. C’est la partie algérienne qui a insisté pour que le match se dispute à Alger parce que l’objectif majeur de cette confrontation est de préparer le match ô combien important face au Maroc, un mois plus tard, et qui aura lieu en Algérie.

Le match retour, le 7 juin à Tunis

Aussi, le président de la Fédération tunisienne de football s’est-il montré très compréhensif en répondant favorablement à la demande de son homologue algérien. Il a, en contrepartie, proposé de programmer un match retour en Tunisie, ce qu’a logiquement accepté Raouraoua qui confirme la mise sur pied d'un match amical entre les deux pays maghrébins: «J’ai discuté avec le président de la fédération tunisienne et on a convenu de la possibilité d’organiser un match amical avec nos frères tunisiens, probablement au mois de février prochain». Ainsi donc, la sélection algérienne affrontera de nouveau la Tunisie le 7 juin, si toutefois les deux équipes seront toujours en course pour la CAN 2012.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mer 3 Nov - 19:30

Botswana – Tunisie, mercredi 17 novembre la liste des joueurs sera rendue publique, mardi prochain


La date de déroulement du match retour entre le Bostwana et la Tunisie aura lieu, comme prévu, le 17 du mois courant. Un match important qui décidera en grande partie de notre qualification pour la prochaine C.A.N de 2012.



En fait, notre objectif est de terminer à la première place de notre groupe, c’est encore jouable toujours faut-il ramener du Botswana cette victoire qui nous remettra en course pour terminer premiers. Car se contenter de deuxième place constituera un nouveau camouflet pour notre football.


Point de presse, mardi prochain

Le sélectionneur national tiendra son traditionnel point de presse mardi prochain au siège de la FTF. Pour communiquer, bien sûr, la liste des joueurs retenus pour le match du mercredi 17. Et répondre, si besoin est, aux interrogations des représentants des médias.

Cap sur Gaborone le 14 septembre

Gaborone est la capitale du Botswana, lieu de déroulement de la rencontre retour. La délégation tunisienne qui sera conduite vraisemblablement par Ali Hafsi gagnera Gaborone le 14 courant à bord d’un vol spécial.

Vue la longueur du trajet, on limitera au maximum le nombre de personnes qui accompagneront l’équipe. Rien que pour assurer le maximum de confort aux joueurs.

R. B. A

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mer 17 Nov - 14:32

CAN 2012 - (Groupe-K) A Gaborone (14h.HT) - Botswana-Tunisie


Pas d’échappatoire possible !




Normalement et en d’autres circonstances, notre onze représentatif n’aurait fait qu’une bouchée des trois autres sélections de sa poule lors de ces éliminatoires Le Togo, Le Malawi et Le Botswana. En effet, et sans verser dans un nombrilisme de mauvais aloi, aucune commune mesure avec nos adversaires de poule et nous.

Un hiatus énorme sur tous plans nous sépare de nos concurrents : logistique, renommée, historique, consécrations, aura…. D’ailleurs d’aucun lors de la constitution des poules ont crié victoire, quant à notre qualification haut la main et en pôle position qui plus est.

Seulement voilà, des contreperformances essuyées contre toute attente et à la maison même ont contraint les plus optimistes à revoir leur copie. Non que nos concurrents fussent des foudres de guerre, mais la frilosité et le manque de sérieux affichés au grand jour par notre sélection ont fait que ce déplacement à Botswana est appréhendé avec beaucoup de crainte alors qu’en d’autres circonstances, le périple aurait constitué une petite balade de santé , un safari de plaisance pour notre délégation.

Les choses étant ce qu’elles sont, la victoire est impérative à Gaborone pour plusieurs raisons. Effacer avant tout l’ardoise d’une certaine soirée à El Menzah devant ces mêmes Botswanais qui se permirent le luxe de nous battre à la maison à notre consternation générale. Par ailleurs s’agissant du pays qui mène la danse dans cette poule, en venir à bout contribuerait à réduire les distances en attendant notre future confrontation au Malawi. Mais gardons- nous d’y penser pour l’heure en nous contentant de nous concentrer sur cette échéance immédiate qui nous attend !



Une formation remaniée



Aymen Mathlouthi totalement remis de sa méchante blessure reprend normalement son poste à la cage. Karim Haggi suspendu pour 5 matches à la Bundesliga manquera à l’appel. Karim Saïdi et Alaeddine Yahia formeront comme contre le Togo la charnière centrale. Ammar Jmel occupera le flanc gauche alors qu’à droite Khaled Souissi et Anis Bousaïdi sont en ballotage quoique ce dernier parte avec les suffrages du fait de son apport devant jugé supérieur. La récupération sera l’apanage de Khaled Korbi et Chaker Zouaghi à moins que Mejdi Traoui ne remplace le « sang et or » pour une question de fraicheur physique. Le quatuor d’avant disposé en losange sera constitué par Fahid Ben Khalfallah à la base, Zouhaier Dhaouadi, Youssef Mouihbi sur les côtés et Amine Chermiti en pointe. Bien entendu Oussama Darragi et Tijani Belaïd peuvent à tout moment faire leur apparition en cours de jeu et ce selon la tournure prise par les évènements.

Une formation à vocation offensive qui fera tout son possible pour s’imposer dans ce duel, histoire de redorer le blason de notre football national et de se rapprocher encore plus du peloton de tête. Un leadership que nous n’aurions jamais du céder à autrui…

Mohamed Sahbi RAMMAH

---------------------

Programme

A Gaborone (14h00 HT)

Botswana - Tunisie

Arbitre : Kaoma Wellington (Zambie)

A Lomé:

Togo - Tchad

Arbitre : Koman Coulibaly (Mali)

---------------------

Classement actuel

1- Botswana 10 pts

2- Tunisie 7 pts

3- Malawi 6 pts

4- Togo 2 pts

5- Tchad 1 pt

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Zakkar



Masculin Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 16 Déc - 14:38




Marchand et tout le staff de l’Equipe nationale remerciés

La nouvelle à quelque peu surpris l’opinion publique sportive. En effet, rien apparemment ne laissait présager le limogeage de Bertrand Marchand qui fût, rappelons-le, confirmé à son poste par le bureau fédéral au lendemain de la défaite essuyée par la sélection nationale face à son homologue du Malawi.

Hier, c’est chose faite. L’instance fédérale tenait au siège de la FTF un point de presse, décidé d’urgence, pour communiquer le remerciement de la totalité des staffs, technique, médical et administratif de la sélection.

Le bureau fédéral a chargé une commission technique comprenant Mahmoud Ouertani ( le DTN), Kamel Boughzala et Hassan Malouche de trouver un nouveau sélectionneur. Notons par ailleurs que, dans une déclaration expresse du président de la FTF, Ali Hafsi, qu’il a accordée à Radio Mosaïque, celui-ci a fait remarquer que la majorité des membres fédéraux est pour la désignation d’un Tunisien à la tête de la sélection ajoutant qu’aucun technicien n’a été encore contacté à cet effet, infirmant ainsi les rumeurs laissant entendre que Faouzi Benzarti et Ammar Souayh sont les mieux placés pour relever Bertrand Marchand.
Ameur KERKENNI
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakkar



Masculin Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Ven 17 Déc - 16:05

Succession de Marchand
Benzarti, Maâloul, Zouaoui, mais aussi Souayah




Depuis le limogeage de Bertrand Marchand, la succession de l’entraîneur français à la tête de l’Equipe nationale reste ouverte avec trois postulants autochtones, à savoir Faouzi Benzarti, Nabil Maâloul, Youssef Zouaoui et Ammar Souayah.

Quatre techniciens d’envergure qui ont eu déjà une première aventure avec les « Aigles de Carthage », même si le passage de Benzarti, n’était que de courte durée, alors que Maâloul a merveilleusement collaboré avec Lemerre pour remporter l’unique titre continental dans le palmarès du onze national, en 2004.

Dix ans auparavant, lors de la phase finale de la CAN en Tunisie, la chance a carrément tourné le dos à Youssef Zouaoui, en dépit d’une préparation pleinement réussi avec de remarquables sorties en amical face à des mastodontes comme la Hollande et l’Allemagne, entre autres.

Pour ce qui est de Ammar Souayah, il a veillé aux destinées de l’Equipe de Tunisie au Mondial asiatique (2002), avant de s’exiler au Golfe, pour se charger actuellement de l’E.N olympique.

Là, c’est le quatuor qui part favori pour prendre la relève de Marchand.

Néanmoins, Mrad Mahjoub mérite lui aussi une chance de reprendre en main le onze de Carthage, sachant qu’il s’agit du seul entraîneur qui n’a perdu aucun match avec l’E.N lors d’un premier passage au début des années « 90 ».

R.C (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakkar



Masculin Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Ven 17 Déc - 16:06

Ammar Souyah sur les pas de Abdelhak Ben Chikha ?

Dans les instants ayant suivi le communiqué du limogeage de Bertrand Marchand, le président de la fédération tunisienne de football a déclaré sur les ondes de radio Mosaïque que la grande majorité des membres fédéraux est pour la désignation d’un technicien tunisien au poste de sélectionneur national. Ali Hafsi n’écarte pas pour autant la piste d’un entraîneur étranger ; l’essentiel, a-t-il fait remarquer, c’est qu’il réponde au profit requis et soit en mesure d’insuffler un sang neuf à la sélection à même de lui permettre de réaliser les objectifs qui lui ont été fixés.


Le président de l’instance fédérale a, par la même occasion, démenti les rumeurs laissant entendre que la candidature à la succession de Bertrand Marchand est circonscrite entre Ammar Souayah et Faouzi Benzarti :« une commission tripartite a été chargée de trouver dans les meilleurs délais un nouveau sélectionneur. Pour le reste il ne s’agit que de simples rumeurs sans le moindre fondement » a ajouté Ali Hafsi à ce propos.

Sincérité à ne point mettre en doute et, tout compte fait, il n’y avait absolument rien qui devait pousser le président de la fédération à jeter le moindre voile sur ce sujet : « Ammar Souyah ne nous est pas étranger, étant l’entraîneur de la sélection olympique, il a donc toute notre confiance tout comme Faouzi Benzarti , un authentique enfant du pays .L’un comme l’autre figurent parmi les noms susceptibles de relever l’ex-sélectionneur national mais c’est à la commission créée à cet effet qu’il appartient de nous proposer un nom » a conclue Ali Hafsi.

Chances accrues pour Ammar Souayah

Propos bien clairs, ne prêtant à aucune équivoque du président de la fédération tunisienne de football, qui laissent la porte ouverte à toutes les éventualités .Seulement et à bien voir les choses de prés, les chance de Ammar Souyah d’être désigné au poste de sélectionneur national, sont les meilleures. Elles tiennent, au delà du CV de ce technicien, à ses fonctions d’entraîneur de l’équipe nationale olympique à laquelle appartiennent plusieurs joueurs de l’équipe nationale ‘’A ‘’ tels que Youssef Msakni, Choudi, Akaïchi, Ifa, Ben Mustapha entre autres. C’est dire donc qu’au cas où il est désigné au poste de sélectionneur, Ammar Souyah aura affaire à un groupe qu’il connait, pour une bonne part, de très près. Pareille éventualité devant, par conséquent, assurer à la sélection première, à un degré appréciable, la continuité requise.

Toujours est-il que si cette éventualité se concrétise elle ne sera pas sans nous rappeler le cheminement de Abdelhak Ben Chikha que nos voisins algériens ont commencé par lui confier la sélection de la CHAN avant de le nommer, au lendemain du Mondial sud africain, à la tête de la sélection’’A ‘, en remplacement de Rabah Saadane .

Ameur KERKENNI (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakkar



Masculin Nombre de messages : 43
Age : 24
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Ven 17 Déc - 16:10

L’Equipe Nationale et le limogeage de Bertrand Marchand


Dossier instruit par Mohamed Sahbi RAMMAH - Finalement et après moult tergiversations, Ali Hafsi le patron de notre football est sorti de sa réserve en prenant la décision de se séparer non seulement de son entraineur national Bertrand Marchand, mais également de tous les staffs technique, administratif et médical de notre onze représentatif. Une réunion eut lieu le mercredi entre les deux hommes et une séparation à l’amiable mit définitivement un terme au bail du français.


Il va de soi que Ali Hafsi dut aller de la somme de 200 mille dinars comme indemnité de licenciement équivalant à 4 salaires. Rappelons que le porte- parole de la FTF Anouar Haddad sur nos colonnes avait souligné avec force que le contrat du français avec nous était à objectif. Et que le jour où il n’atteindrait pas ce premier objectif tracé, la qualification pour la prochaine CAF, l’entraineur partirait sans la moindre indemnisation. Oui mais comme le glas n’a pas encore définitivement sonné pour nos chances de participer aux prochaines joutes africaines et que nous gardons tout de même un soupçon de chances d’y figurer, il était logique d’indemniser le français pour cette mise à l’écart décidée unilatéralement par nos instances. Faut-il souligner au passage que deux clubs et non des moindres pistent déjà Marchand ces dernières semaines lui proposant des ponts en or : Al Ahly d’Egypte et Al Aïn Emarati. Les pourparlers ont déjà atteint des stades très avancés surtout avec les cairotes et il n’est pas exclu que le français débarque en Egypte dans les heures à venir mais çà c’est une autre histoire.

Deux questions sont soulevées suite à cette séparation : le moment est-il opportun pour pareille mesure ? Le trio Mahmoud Ouertani, Belhassen Malouche et Kamel Boughzala désigné par Ali Hafsi pour dénicher un remplaçant à Marchand, ce trio devrait-il piocher dans le vivier local ou chercher un entraineur étranger ?

Nos techniciens apportent déjà quelques éléments de réponse à ces questions. Ecoutons-les :

--------------------------

Abdelmajid Chetali : « Pour le bien de tout le monde »

Pour commencer et avant de vous répondre, je pense qu’il est préférable pour les dossiers que vous instituez de laisser deux voire trois jours de réflexion aux techniciens que vous approchez histoire de leur permettre de bien potasser les questions et de bien préparer leurs réponses.

Concernant cette séparation, je pense qu’elle est bénéfique pour les deux parties prenantes, entendre Marchand et FTF. Je dis cela sans vouloir entrer dans les détails. Il a fait de son mieux mais il s’est laissé quelque part faire, en permettant à certains de piétiner ses plates-bandes et d’empiéter sur son territoire. Fatalement, son départ est des plus souhaitables et pour lui et pour nous. Avec ces 6 mois à venir avant notre confrontation avec le Tchad ,nous avons suffisamment de temps et surtout la latitude de dénicher l’oiseau rare en mesure de nous mener à bon port. Non je ne peux et ne veux me prononcer sur la nationalité et encore moins sur le nom du futur sélectionneur national. C’est un exercice de très haute voltige par les temps qui courent… croyez-moi et qui n’est pas dans mes cordes en dépassant de loin mes humbles potentialités. Encore un grand non, Abdelmagid Chattali ne sera jamais plus à la tête de la sélection comme vous me le faites suggérer.

--------------------------

Youssef Zouaoui : « Il devait impérativement partir »

Ce départ est des plus logiques au vu du comportement et du profil du français. A titre d’exemple, après chaque déconvenue mortifiant profondément tout un peuple, il m’a toujours donné l’impression par ses déclarations de ne pas appréhender à sa juste valeur l’ampleur des échecs ressentis par nous tous. Pour lui, ces revers étaient à prendre avec philosophie et ne constituaient pas un véritable drame. Rien que pour cela, il devait partir. Sans oublier les matches amicaux programmés et annulés au gré de ses humeurs. Pour l’immédiat, nous devons « exister » dans cette CAN même si nos chances d’aller très loin dans ces joutes sont minimes. C’est malheureux de le dire mais c’est la réalité et nous devons faire avec. Mais nous devons dénicher le sélectionneur en mesure de corriger toutes nos lacunes et de dresser une stratégie rentable et efficace pour réussir dans les deux ans à venir à redorer notre blason et à rendre à notre football son prestige et son aura d’antan. Ne pas tout gommer, mais garder ce qu’il y a de bon et construire avec le futur d’un grand club Tunisie.

--------------------------

Mokhtar Tlili : « Le nettoyage idéal »

C’est une décision très courageuse quoique très tardive car normalement elle aurait dû être prise depuis longtemps pour ne pas dire juste après notre dernière humiliante défaite. Mais je félicite tout de même Ali Hafsi et ses pairs pour ce magistral coup de pied énergique et non moins radical dans la fourmilière. Mais ils ne doivent pas s‘arrêter en si bon chemin : d’autres décisions similaires sont à prendre si on veut vraiment crever l’abcès et le mettre comme disent les chirurgiens complètement à plat. Les joueurs qui ne sont pas à la hauteur doivent également être mis de suite à la retraite nonobstant leurs identité, passé, aura, appartenance,…richesses. Ainsi le nettoyage à sec sera des plus parfaits, des plus opérants, des plus rentables pour notre football. Faouzi Benzarti doit impérativement prendre en main les destinées de notre EN mais attention, ils doivent lui fournir tous les moyens et toute la logistique pour réussir et être patients avec lui comme ils l’ont toujours fait avec les étrangers.

--------------------------

Ridha Akacha : « Je ne comprends plus rien ! »

Franchement je ne saisis pas les buts et les objectifs de cette manœuvre et encore moins son timing. Et je fais assumer l’entière responsabilité à la situation délétère où se meut notre équipe nationale à Ali Hafsi et à son bureau. Des décisions contradictoires avec les déclarations antérieures, du n’importe quoi et ne sait pas sur quel pied danser avec eux ! Qui fait quoi ? Cette décision va contribuer à créer un imbroglio monstre dans l’esprit des tunisiens de par le moment choisi par le BF. Faouzi Benzarti parti à Sfax, Je vois Youssef Zouaoui ou Ammar Souwayah comme probables postulants au poste.

--------------------------

Taoufik Zaaboub : » Profiter des 6 mois à venir »

Personnellement j’ignore les raisons profondes ayant poussé nos décideurs à agir maintenant. Toujours est-il que le futur entraineur national aura largement le temps de préparer ses plans et de bien arrêter sa stratégie avant notre futur match contre le Tchad dans 6 mois. Toute l’opinion publique est pour Faouzi Benzarti, alors donnons lui cette chance et laissons le travailler en paix. Je suis pour les cadres tunisiens qui n’ont rien à envier à leurs homologues étrangers connaissant parfaitement la mentalité de nos joueurs et surtout se prévalant de la fibre patriotique.

--------------------------

Mahmoud Bacha : « Il était temps ! »

Sincèrement, je pense que ces changements sont tombés à pic pour sauver ce qui pourrait encore être sauvé des meubles. Car il est inadmissible qu’avec un groupe aussi faible, notre qualification à la prochaine CAF ne soit pas déjà largement assurée et depuis les deux voire trois premiers matches disputés de notre poule. Mais les choses étant ce qu’elles sont, il est grand temps je pense que toutes les parties prenantes prennent leurs responsabilités pour le bien de notre sport roi qui ne cesse de péricliter dangereusement. Faouzi Benzarti est l’homme de la situation si d’aventure on pense à confier notre onze national à un tunisien. Il est grand temps qu’on rompe définitivement avec ces étrangers qui débarquent chez nous appâtés par notre climat en parfaits touristes.

--------------------------

Mohamed Kouki : « J’applaudis très fort »

C’est une décision réfléchie prise par le BF. Ils ont pris leur temps et ne se sont pas précipités à la décréter à notre retour de Botswana. J’ignore les dessous réels ayant motivé cette prise de position mais je l’applaudis très fort. Maintenant, ils doivent enchainer dans le bon sens en confiant les nôtres à un technicien local. Nous avons une pléiade d’excellents entraineurs qui peuvent réussir pleinement dans cette tâche exaltante. Et pourquoi ne pas mettre autour de lui tout un collège d’entraineurs assistants ou adjoints pour l’aider comme cela se passe partout dans le monde ? Un staff composé par un groupe homogène de jeunes techniciens me parait la meilleure façon pour faire rebondir notre équipe nationale et la sortir du marasme où elle n’a eu de cesse de se débattre. Nos techniciens ont toutes les qualités et toutes les potentialités pour y réussir mais encore faut-il faire appel à eux et leur donner leurs chances pleinement à l’instar de ce que nous avons toujours fait avec les étrangers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bazouka
Moderateur
Moderateur


Masculin Nombre de messages : 183
Age : 67
Date d'inscription : 28/02/2009

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Mer 22 Déc - 18:53

Le nouveau sélectionneur entre certitude sportive et contingence de résultats


Savoir patienter




Benzarti, Souayah ou autre ne devraient pas chercher du côté d’autres expériences l’exemple à suivre, le modèle incontournable qu’ils aimeraient reproduire. Les joueurs qu'ils auraient à gérer méritent quelque part qu'on comprenne leurs défauts autant qu’on apprécie leurs qualités...

Passion à tous les échelons, ambition à tous les «étages», l'équipe de Tunisie reste l'objectif primordial des entraîneurs tunisiens qui se voient capables d'y assumer une responsabilité. Plus encore : certains se considèrent même comme étant des sauveurs en ces temps de transhumance.
La sélection, telle qu'elle aurait cependant besoin de se revendiquer, devrait être celle d’aujourd’hui et celle de demain. Dans tout ce qu’elle est tenue désormais à entreprendre, dans les leçons à retenir, elle est censée ne rien oublier, ne rien céder. Quelque chose de typiquement tunisien. Un genre d’implication et d’adhésion inconditionnelle, une fraîcheur dans l’expression, mais aussi dans le comportement et dans l'attitude.
La puissance de feu, tout le monde peut en avoir. Mais encore faut-il savoir s’en servir plus que les autres.
Le nouveau sélectionneur, que les hommes de la fédération cherchent encore, serait appelé à favoriser des arguments de jeu susceptibles d'être à la fois un stimulant et une finalité. Surtout qu’il devrait y peser de son poids, de son expérience, mais aussi d'un sens de l'équilibre et de la bonne gestion. Toute autre considération ne devrait au fait que s’incliner devant l’approche destinée à donner plus de réalisme et une signification toute autre au jeu de l’équipe. Jouer en sélection, c’est agir, sommes-nous tentés de rappeler à certains qui, quelque part, ont oublié la signification de porter le maillot de la sélection. Et c’est en définitive à cause de tout cela qu’on ne saurait passer sous silence la noblesse de la responsabilité à laquelle ils devraient adhérer.
Il nous semble, et d’ailleurs il n’en sera peut-être jamais autrement, que ce qui devrait s'accomplir en équipe nationale ne peut être le seul apanage du sélectionneur. La réhabilitation, à laquelle on tient énormément, ne devrait avoir d’égal que dans l’idée que l’on se fait de plus en plus sur l’apport incontournable des joueurs qui devraient donner un nouvel élan au jeu de l’équipe.
L'équipe de Tunisie ne saurait redevenir ce qu'elle devrait être réellement si elle ne parvient pas à dépasser ses propres défaillances. Elle le devient encore moins, si elle ne saurait répondre aux aspirations quand l’invitation paraît si évidente. Il faut dire que la vocation d’une équipe de grande envergure n'aura de sens et de raison d'être que dans la durée et dans la constance. Aussi lourde la pression qu'elle sera appelée à assumer, le nouveau sélectionneur devrait en premier lieu penser à faire de ses joueurs les vainqueurs d’aujourd’hui et ceux de demain. Qu'ils aient les ressources suffisantes pour aller encore plus loin dans l’affirmation des intentions et des idées. Une équipe qu’on aimerait tout particulièrement pour ses mille feux. Une équipe qui aura un signe fort. Un signe de fierté pour un football censé professer la bonne parole, le beau geste partout où il passe.

La fin et le commencement…

Tout cela peut être difficile à réaliser par une équipe constituée dans sa majorité de joueurs dont le talent n’a su combler le manque de réalisme. Mais cela n'écarte pas pour autant l'aptitude à pouvoir rassembler les deux bouts entre certitude sportive et contingence de résultats…
Il serait certainement plus propice qu'elle puisse installer une autorité fondée sur l’affirmation d’un tempérament et d’un capital confiance. Ce n’est d’ailleurs pas seulement au niveau du résultat qu'elle pourrait revendiquer un nouveau statut, mais aussi et surtout dans le développement d’un football originel, dans le domaine de la stratégie également qu’elle pourrait affirmer sa suprématie. Elle se devrait par conséquent d'exploiter tout ce qui est de nature à lui procurer une plus grande dimension de jeu. Pas seulement par intermittences, ou encore selon l’esprit du moment. En un mot, elle ne saurait se contenter d’intégrer les contraintes auxquelles elle faisait face. Mais aussi et surtout de les devancer et de s’en protéger même.
Il faut dire que devant autant d'obligations, le nouveau sélectionneur devrait pouvoir favoriser l’état d’esprit, le comportement et le rendement auxquels l'équipe aspire réellement. Des obligations qui devraient reproduire les priorités d’un ensemble, qui, dans sa version actuelle et devant autant d’impératifs, avait longtemps cherché n'importe comment un rôle à jouer, plutôt que de se construire.
Le temps ne devrait plus manquer à une équipe, même si l’exigence des résultats immédiats impose forcément un mode de fonctionnement incompatible avec les stratégies à long terme. Benzarti, Souayah ou autre ne devraient pas chercher du côté d’autres expériences l’exemple à suivre, le modèle incontournable qu’ils aimeraient reproduire. Les joueurs qu'ils auraient à gérer méritent quelque part qu'on comprenne leurs défauts autant qu’on apprécie leurs qualités...

Auteur : Jallel MESTIRI (La Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bazouka
Moderateur
Moderateur


Masculin Nombre de messages : 183
Age : 67
Date d'inscription : 28/02/2009

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Ven 7 Jan - 17:55

Sami Trabelsi reconduit au poste d’entraîneur national adjoint : « Il faut un championnat performant pour former une bonne équipe nationale»

«Ma reconduction? Oui je m'y attendais» - Il n’était pas, pour autant tombé, en disgrâce quand le bureau fédéral décida le licenciement de la totalité du staff technique de la sélection. Sa reconduction comme adjoint (en compagnie de Ferid Ben Belgacem) du nouveau sélectionneur national, Faouzi Benzarti, est une marque de confiance renouvelée en ce jeune technicien qui, mieux est, a été chargé de conduire l’Equipe Nationale des locaux à la prochaine CHAN devant se dérouler au Soudan du 4 au 25 février prochain.


Sami Trabelsi nous a fait part de ses impressions suite à sa nouvelle investiture qu’il perçoit comme une lourde responsabilité « personne n’a droit à l’erreur désormais par ces temps où notre football a besoin plus que jamais de la conjugaison des efforts de toutes les parties concernées pour qu’il puisse retrouver rapidement sa place au soleil » Entretien :

LeTemps : Vous venez d’être reconduit au poste d’entraineur national adjoint. Franchement vous vous attendiez à ce qu’on fasse de nouveau appel à vous?

S.Trabelsi : A vrai dire je m’y attendais un peu car quand à chaque fois que j’étais seul maitre à bord je me suis tiré convenablement d’affaire

Pour être plus explicite à cet égard ?

J’ai pu qualifier l’équipe nationale des joueurs locaux pour la phase finale de la prochaine CHAN au Soudan. Sous ma direction l’ Equipe Nationale ‘’A’’ a été l’auteur d’une honorable sortie face à son homologue tricolore au stade de France (match nul sur le score de un but partout). Autre facteur qui plaidait en ma faveur: les relations excellentes imprégnées de respect et de considération que j’entretenais avec les responsables et les très bons rapports que j’ai tissés avec les joueurs.

Comment percevez-vous cette nouvelle marque de confiance placée en vous par le bureau fédéral

Il s’agit d’une lourde responsabilité et je ne ménagerai aucun effort pour être à la hauteur de la confiance placée en moi. Bien sûr que le métier d’entraineur nécessite une lucidité d’esprit de tous les instants, une poigne de fer et une solide formation. J’ai beaucoup appris en matière de discipline et je continue d’apprendre. Tout comme je suis en train d’améliorer mes connaissances en effectuant des stages de formation. Deux stages m’attendent le premier dans un club anglais et le deuxième dans un club italien.

Faouzi Benzarti séléctionneur national on ne te demandera pas de nous donner votre avis sur ce choix mais de nous dire ce que pourrait être son apport pour le groupe à la lumière de l’expérience que vous avez vécue en tant que son assistant lors de la précédente CAN qui s’est déroulée en Angola ?

Bien que l’Equipe Nationale n’ait pas répondu aux attentes des Tunisiens, il y a lieu de noter que sous la férule de Faouzi Benzarti le groupe a beaucoup gagné en discipline et en motivation. Seulement la période au cours de laquelle il prit en mains la sélection était bien courte et il était très difficile dans les conditions qui prévalaient alors de faire mieux.

C’est la première fois, je pense, que Benzarti se voit accorder suffisamment de temps pour pouvoir effectuer le travail de longue haleine et méthodique attendu de lui. Mais Benzarti ne pouvait pas à lui seul mettre sur pied une sélection performante s’il ne dispose pas de bons joueurs. Et seul un championnat de haut niveau est susceptible d’en fournir. Or notre compétition n’est pas, ces dernières années, de la meilleure espèce et il ne faut pas s’étonner que les joueurs de qualité ne font plus légion dans nos contrées. Nos clubs doivent prêter davantage d’intérêt à la formation des jeunes, assurer une meilleure stabilité de leurs staffs techniques. L’état de nos terrains doit s’améliorer ce qui devrait aider à soigner la qualité de notre football. L’entreprise comme on peut le constater est collective et toutes les parties y doivent être totalement impliquées.

Quelle estimation faites-vous des chances de notre qualification pour la phase finale de la CAN 2012 ?

Là où en sont les choses il faut être réaliste et reconnaitre que notre qualification, sans être compromise, est devenue difficile puisque cette qualification passe inéluctablement par une victoire face au Malawi sur son terrain. Nous gardons une chance et nous allons tout faire pour la défendre chèrement jusqu’au bout.

Mais en attendant les échéances de la CAN, celle plus proche de la CHAN qui se déroulera au Soudan du 4 au 25 février prochain, pointe son nez. Comment voyez-vous venir notre première participation à cette compétition surtout que vous avez été chargé de diriger la sélection dans cette joute?

Bien que créée récemment cette compétition est en train de gagner en intérêt puisque les pays africains commencent à lui accorder une importance accrue. Nous concernant nous comptons aller le plus loin possible et réussir le parcours escompté de nous qui sera synonyme d’un nouveau départ pour notre football sur la scène internationale.

Ameur KERKENNI (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 20 Jan - 15:09


Benchikha :

“Le match amical face à la Tunisie maintenu”


Lors d'un point de presse organisé hier au centre de presse de l’Office Olympique Mohammed Boudiaf, Abdelhak Benchikha, le sélectionneur algérien, a précisé que «la joute amicale du 9 février prochain contre la Tunisie est officiellement maintenue».

La sélection tunisienne A' pour remplacer le Luxembourg

Le forfait de la sélection luxembourgeoise qui a refusé de se déplacer en Algérie pour croiser le fer en amical avec les Verts, Benchikha a affirmé que la FAF a déjà envoyé une demande à son homologue tunisienne, «on aura la réponse ce soir au plus tard demain», a t-il précisé.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Zakia
debutant
debutant


Féminin Nombre de messages : 61
Age : 36
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Jeu 27 Jan - 13:31

Préparant le CHAN 2011 Tunisie-Maroc, aujourd’hui à Rabat


La sélection des joueurs locaux s’est envolée hier pour le Maroc où elle effectuera l’ultime phase de la préparation du CHAN qui sera déroulera du 4 au 25 février prochain au Soudan. La délégation tunisienne forte de 37 membres est présidée par le membre fédéral OuadÏ El Jarï.



La liste des joueurs comporte les 23joueurs suivants :




Gardiens : Aymen Methlouthi, Farouk Ben Mustapha, Rami Jeridi


Défenseurs: Khaled Souissi, Iheb M’barki, Oualid Hechri, Aymen Abdenour, Saifallah Hosni, Fateh Garbi, Hatem Bejaoui.

Milieux: Chadi Hammami, Youssef Msakni, Wissem Ben Yahia, Khaled Korbi, Mejdi Traoui, Oussama Darragi, Zouheir Dhaouadi.

Attaquants: Lemjed Choudi, Maher Haddad, Adel Chedli, Hamza Younés, Ahmed Akaïchi , Slama Kasdaoui.

Nizar Kanfir, en adjoint

Comme annoncé précédemment, Sami Trabelsi est à la tête du staff technique de l’EN des joueurs locaux qui disputera la phase finale du CHAN au Soudan, avec pour assistant Nizar Khanfir l’entraineur de la sélection des moins de 21 ans. Kaled Azaiz, l’entraineur des Gardiens et wissem Malla, le préparateur physique complètent le staff technique marocaine.

L’Equipe Nationale s’opposera cet après-midi à son homologue marocaine et ce test sera, à ne pas douter, des plus précieux pour le staff technique à la lumière duquel celui-ci devra apporter les rectificatif nécessaires. Sami Trabelsi espère disputer un second test au Maroc contre un sparring partner qui pourrait être constitué d’une sélection des clubs de la capitale notamment les FAR et le FUS. La sélection sera de retour le dimanche à Tunis.

Ameur Kerkenni (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Dim 30 Jan - 16:28

Amical
Algérie- Tunisie, le 9 février à 20h30



Le coup d'envoi du match amical international qui devra opposer le 9 février prochain la sélection algérienne de football à son homologue tunisienne au stade du 5 juillet à Alger, sera donné à 20h30.

"Le début de cette rencontre est prévue à 20h30", a indiqué samedi le sélectionneur national, Abdelhak Benchikha, à la radio nationale algérienne.

En prévision de cette joute amicale, le coach national a fait appel à 19 joueurs qui devront entamer un stage de préparation le 6 février, qui s'étalera jusqu'au 10 du même mois à Alger.

Cette rencontre entre dans le cadre des préparatifs des deux sélections en prévision de la prochaine journée des éliminatoires de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2012, prévue fin mars.

L'Algérie, qui figure dans le groupe C, accueillira le Maroc, alors que la Tunisie se déplacera à Blantyre pour affronter le Malawi, comptant pour le groupe K.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Equipe de Tunisie Football   Aujourd'hui à 19:21

Revenir en haut Aller en bas
 
Equipe de Tunisie Football
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Equipe suisse -21
» Droits TV pour le National
» Compétitions feminines Haute Loire 2011/2012
» Reglement sur les mutations
» Tournoi international Djibril Cissé u11 u13

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Football National :: Equipe de Tunisie-
Sauter vers: