Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baklawa 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Baklawa 2010   Mer 5 Mai - 12:33

Pour qui sonne le glas ?

Il y a quelques mois, l’été dernier pour être exact, au Stade Tunisien, un fait particulier avait retenu notre attention, et nous en avions attiré l’attention des responsables du club du Bardo. A l’époque cette direction sportive fraichement venue au monde, n’hésitait pas recruter à droite, et à gauche, sans l’aval définitif de l’entraineur principal qui venait à peine de prendre les clés de la maison. Nous nous étions demandé, ici même, qu’il n’est pas raisonnable que les recrutements se fassent d’une manière unilatérale, sans aucune concertation et, posé, ici même, une question on ne peut plus logique : en cas d’échec, en fin de saison, qui sera tenu pour responsable, le staff technique ou cette fameuse direction sportive qui a quasiment tout arrangé en matière de recrutement? On s’est soucié de notre remarque, comme d’une guigne…
Voilà quelques mois après, le Stade Tunisien se retrouve le bec dans l’eau. Il est en train de payer les errements de cette cellule qui a étalé toute son impéritie. Nous sommes sûrs que nous touchons là, la corde sensible, mais les responsables stadistes ont été roulés dans la farine, en faisant confiance à certains cadres dont le costume s’est avéré plus grand qu’eux.

A chacun sa spécialité Il y a certainement eu quelques erreurs commises par le staff technique, mais, en toute honnêteté, le Stade Tunisien, avait fait une saison correcte, et, avec un tel effectif, à bien réfléchir, il ne pouvait faire mieux. La qualité des joueurs, recrutés n’est même pas moyenne, pour pouvoir aspirer à de meilleurs résultats. Sans chercher des noises à qui que ce soit, il est connu que la fonction de directeur sportif ne s’improvise pas, elle demande de la disponibilité, de la présence, du suivi, de la supervision… On ne peut pas être un maitre Jacques, c'est-à-dire, entraineur, préparateur physique, psychologue, consultant, critique… l’époque où un cadre passe pour l’homme à tout faire est révolue, depuis belle lurette. Dans un football qui se veut moderne, il n’y a plus de place aux ‘passe-partout’. A chacun sa spécialité, plus de place au cumul des rôles. Autre chose encore, quand on a fait ses preuves ailleurs, quand on n’a quasiment jamais bouclé une saison partout où on a exercé, quand on a eu la chance de se faire dorer la pilule, pendant toute une saison au Stade Tunisien, et, que les résultats, plutôt les fiascos, sont là, il est inutile de se poser la question pour qui sonne le glas. Inutile de jouer les prolongations, le club du Bardo est grand, a besoin de grands, pour revenir aux devants de la scène. Certains stadistes (une minorité infime) qui ne voient pas plus loin que leur nez, n’hésitent pas à tenir Patrick Liewig pour responsable de cette déroute de fin de saison. A tort, le Stade Tunisien a beaucoup gagné en engageant ce technicien, et, si on l’écoute bien, le club du Bardo, si on suit ses conseils, la saison prochaine sera celle du vrai décollage.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 12 Mai - 12:48

Nous sommes tous concernés !

Où sont donc passés les temps où le football était synonyme de fête, harmonie, où il offrait à travers sa compétition, un modèle de morale et d’équité, où il était un espace sanctuarisé, raffermi et soudé par des valeurs partagées, tels que l’amitié, le respect, la solidarité, le fair-play, l’éducation, la convivialité, la courtoisie, l’antiviolence, le bénévolat…


Cette vision angélique d’un sport pur, vertueux est mise à mal, car à l’approche de chaque fin de saison, certains tropismes, contraires à nos principes, s’évadent de cette maudite ‘boite de Pandore’, pour foutre beaucoup de désordre dans nos arènes sportives. On voit de plus en plus dans les enceintes sportives, des gosses (et cette saison, pas que des gosses), jeter et projeter des objets divers, allumer des engins pyrotechniques, casser des sièges et en faire des projectiles, casser des murs, pour en faire des ‘obus’, on voit de plus en plus des responsables, des encadreurs censés être éducateurs, envahir de plus en plus, les pelouses, allumer la mèche de l’anarchie…

Où donc a-t-elle été enterrée cette fameuse phrase du grand De Coubertin qu’on enseignait dans les cours d’instruction civique des écoles primaires, selon laquelle « l’esprit sportif, avant de lutter contre l’autre, il faut, d’abord, qu’il se connaisse, se gouverne, et, se vainc ! »

Toute une chaine…

Voilà, aujourd’hui plus que jamais, le sport est en danger, après ce qui s’est passé dans certaines arènes qui ne sont plus (hélas) sportives, les bonnes paroles doivent laisser la place aux actes. En 1998, en Argentine, un juge fédéral avait ordonné la suspension des championnats professionnels de football, jusqu’à ce que la sécurité dans les stades ait été assurée et que les actes de brutalité, de vandalisme éradiqués. Une idée à prospecter sérieusement. En Italie, pendant les années 80, certains grands clubs du nord, ont été localisés (500 km loin de leurs bases) à cause des mauvais comportements de leurs tifosi. La liste d’exemples est longue… Depuis une quinzaine d’années, devant le déferlement de la violence auquel nous nous sommes confrontés, l’attitude la plus fréquente était le repli frileux, presque dans l’indifférence et la réclamation aux pouvoirs publics de plus de moyens pour la réprimer. Sûrement pas la meilleure solution. Qu’a-t-on fait au niveau des clubs, en matière de prévention ? Que font ces présumés comités des supporters, sinon, l’organisation des matches, des déplacements, et du ‘business’ de la billetterie? Un jeune supporter imite le bien et le mauvais, le bon geste, et celui qui est blâmable. Que voulez vous qu’il fasse, quand il voit ‘son’ champion tricher, contester, simuler, asséner un coup de pied, un coup de tête, ou un coup de poing à un rival? Qu’est qu’on doit attendre de lui, quand il voit le coach de son club préféré enflammer par sa conduite saugrenue toutes les enceintes? Que voulez vous qu’il fasse quand il entend qu’un responsable éminent de ‘son’ club chéri, provoquer une scène pugilat ?... Quel langage voulez vous qu’un gosse adopte quand il écoute ses aînés banaliser tout ce qui est coloré, ordurier, indécent?...

Faux exemples

On parle trop souvent ces derniers temps de la violence dans les stades, et on ne sait pas pourquoi on a peur de critiquer les entourages des terrains, à l’origine de pas mal de désordres. Lorsqu’un technicien ou un responsable administratif, sensé être éducateur, conteste en permanence l’arbitrage, cela ne peut qu’instaurer un climat qui peut virer à tout instant. Cette agressivité gratuite doit être désactivée. L’Angleterre est un bon exemple dont il faut peut être s’inspirer. Dans tous les matches, qu’il nous a été donné de suivre sur nos écrans, lorsqu’il y a une faute, l’arbitre réagit avec calme, explique d’abord, ensuite il sanctionne. Face à ce système, le joueur coupable n’a rien à dire. Accepter la décision de l’arbitre, quelle qu’elle soit, devrait devenir un geste normal. La pression que le ‘banc’ exerce, sans relâche, ou que les parents cultivent (dans les catégories des jeunes), ne fait que compliquer davantage le rôle d’un arbitre. Il est important, pour les hommes de loi en short, de ne pas se sentir abandonnés. On ne peut pas imaginer dans l’absolu, qu’un arbitre puisse officier à sens unique, avec la ferme intention de faire gagner une équipe. On voit souvent, chez nous, que lorsqu’une équipe gagne, elle trouve l’arbitre bon, et si quelques semaines après, elle perd avec ce même arbitre, elle le trouve mauvais. Pour faire bref, les arbitres ne sont en définitive que des êtres humains, ils font des erreurs comme tout le monde. Il est impératif, donc, de leur offrir plus de soutien pour leur donner plus de possibilités d’arbitrer juste, et ainsi limiter, justement, les fautes. Tant que les bancs ne dédramatisent pas, les scènes de gabegie, ne seront jamais éradiquées. Tant que le respect fait défaut, tant que les paroles (venant des bancs) ne sont pas correctes, les fins de matches seront éternellement en queue de poisson. On a, à maintes reprises entendu certains ergoteurs citer en exemple le football anglais qui a su, selon eux, mater le hooliganisme. Il est vrai que le phénomène est sous contrôle, mais il n’a pas complètement disparu, qu’on le sache bien! Actuellement, il sévit dans les divisions inférieures et, plus dans la ‘Premier league’. Il nous a été de suivre les finales de la coupe d’Angleterre, au tout début des années 70, et les souvenirs que nous gardons de ces fêtes sont extraordinaires. L’animation à Wembley était mirifique. Aujourd’hui ce n’est plus le cas : les stades anglais de l’élite, ont gagné, il est vrai, en sécurité ce qu’ils ont perdu en ambiance. Tout simplement, messieurs, parce que les clubs anglais pratiquent une sélection par l’argent en rendant très onéreux le prix des billets d’accès (le plus cher d’Europe), écartant, en conséquence de quoi, les milieux populaires. Nous ne pensons pas que c’est une voie à suivre chez nous. Il faut préciser, que pour préoccupante que soit la situation, elle n’est toujours pas aussi intenable quand on la compare à d’autres championnats, mais on doit beaucoup faire pour le retour à la normale, quitte à imposer à cette minorité, une réponse spécifique à ses dérives, qui sont des infractions de droit commun, et, qui doivent être jugées au même titre que celles qui n’ont aucun lien avec le sport. Au point où en est arrivé l’état des choses, il serait dangereux de ne pas frapper un grand coup afin de dissuader certains spectateurs de passer à l’acte.

Education et prévention

On a souvent entendu ce discours, mais il est regrettable de ne jamais traiter de la prévention. On ne parle quasiment jamais d’éducation, et c’est dommage. Les banderoles, les spots télévisés sont utiles, mais à l’heure actuelle, ils sont insuffisants. Il faut d’abord revenir à la base. Dans les cours d’instruction civique, et les premiers cours de sport, nos maîtres nous enseignaient tout, entre autres, comment traverser la rue, comment manger, le respect du voisin, de la personne âgée, d’un rival sportif, l’obéissance aux décisions de l’arbitre, l’antiviolence sous toutes ses formes… «Le sport a des vertus, mais des vertus qui s’enseignent», disait Maurice Baquet. L’éducation sportive va bien au-delà de l’éducation technique, et cela, malheureusement, la quasi-totalité des responsables de club, s’en soucient comme d’une guigne… Au niveau des grands principes, il faut absolument qu’on rétablisse cette chaine éducative, qui part des parents, et, qui arrive aux dits responsables sportifs (éducateurs), en passant par l’école. Il faut retrouver l’esprit de compétition tourné, bien entendu, vers la victoire, mais pas à n’importe quel prix. Il faut que toutes les fédérations sportives se liguent pour l’organisation de séminaires de formation dont l’objet est, le perfectionnement du rôle de l’éducateur. On est presque tous inconscient de l’importance du rôle que cette fraction de personnes peut jouer dans le sport. Bref, il ne faut plus que ce dernier, serve de support à l’expression de comportements agressifs, ou, violents, que ce soit dans les enceintes, ou, sur le terrain de la compétition. Nous sommes tous concernés par ce devoir audacieux, dont le dessein premier, est de repousser le plus loin possible les violences, et, aussi, toutes les incivilités.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 12 Mai - 13:46



Le Stade, ça vaut quoi ?

L'équipe stadiste est finalement redevenue ce qu'elle devait être et non pas ce qu'on souhaitait qu'elle soit, au-delà de ses exigences permanentes et quotidiennes

Le Stade Tunisien de cette saison avait tout pour retenir l'attention, pour impressionner même. Il faut dire que le travail entamé avec de nouvelles stratégies, un sang neuf, des hommes d'une plus grande envergure a dû l’emporter sur toutes autres considérations. Le travail, mais surtout aussi la patience. Comme rarement dans le passé, le ST est parvenu à se faire une raison d’être à ce niveau. Mais ses ambitions n'ont jamais dépassé ses moyens et ses aptitudes. L'équipe est finalement redevenue ce qu'elle doit être et non pas ce qu'on souhaitait qu'elle soit, au-delà de ses exigences permanentes et quotidiennes.
Avant de penser aux résultats, l’équipe stadiste a dû certainement favoriser la nécessité de se doter des arguments susceptibles de lui procurer un autre profil de jeu, de comportement et d'argument. A travers les différentes épreuves devant lesquelles elle était passée, elle éprouvait le besoin de se renforcer et surtout d’évoluer dans le bon sens. On ne saurait justement lui demander, et encore moins exiger d'elle des choses dont elle est incapable. Individuellement, mais aussi collectivement.

Ils combattent le doute...

Pour ainsi dire, la valeur d’une équipe comme le Stade se mesure en particulier à sa capacité à se mettre en évidence et à s’imposer dans le jeu et dans un genre d'épanouissement particulier sur le terrain. C’est à ce niveau-là qu'elle donne de plus en plus l'impression d'apprendre à se construire et à s’octroyer par conséquent un nouveau monde. Le constat est clair : le ST est aujourd'hui suffisamment averti pour se libérer des maux qui ne cessaient de le conditionner outre mesure.
Il faut dire que cette métamorphose n'est pas venue par hasard. Il y a des hommes et des volontés qui l'ont bien préparée, provoquée même. Et le ST en avait tellement besoin qu’il ne manque pas aujourd’hui de se faire une nouvelle raison d’être aussi bien sur le terrain qu’à l’extérieur. Un souffle et des repères nouveaux.
Ceux qui appellent aujourd'hui à un changement dans la direction administrative du club, ceux qui mettent en cause le travail entamé depuis deux ans par l'actuel bureau directeur ne donnent point l'impression de pouvoir discerner entre ce qui doit se faire, s'accomplir et ce qui est rêvé. L'on ne peut, l'on ne doit parler du renouveau stadiste sans impliquer les personnes qui y sont à l'origine, les acteurs les plus influents. De nouveaux visages ont fait leur apparition. Certains, certes, sans convaincre et sans en assurer une parfaite responsabilité, mais beaucoup avec brio et responsabilisation.
D'ailleurs, l'on ne peut être insensible a tout ce qui a été accompli jusque-là, mais surtout tout ce qui reste à faire, encore et toujours...
La confirmation dont aura besoin une équipe comme le Stade passe inexorablement par le passage au haut niveau. Avec tout ce que cela pourrait engendrer de contraintes et d’obligations.Il faut dire qu’une pareille exigence à l’égard de tout ce que peut aspirer l'équipe dans sa nouvelle version ne semble pas lourde à assumer. Bien au contraire, elle fait partie du destin de l’équipe.

Auteur : Jallel MESTIRI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Jeu 13 Mai - 14:59



Khaled Zaïri en série A ? D'après le site spécialisé italien itasport, Catania, (15e en série A) serait fortement intéressé par la tour de contrôle stadiste, Khaled Zaïri, 23 ans d'âge. Longuement pisté par trois grands clubs de ligue1 (EST, CA et ESS), Zaïri a aussi failli débarquer à Wolsburg, il y a peu, alors que le Borussia Monchengladbach garde un œil sur lui.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 15 Mai - 11:54

Côté gafsien : Le match de la saison
Côté stadiste : Première de Marouène Touzri


L’effervescence est à son paroxysme non seulement à Gafsa mais dans toutes les localités avoisinantes. D’ailleurs les billets pour ce dernier match à domicile se sont volatilisés en un clin d’œil tellement l’engouement était énorme et on jouera à guichets fermés.

Il ne pouvait en être autrement quand seulement 90 minutes seulement séparent les protégés de Faouzi Ktari du salut. Toute une saison, tout un avenir, tout un destin tributaires de la prestation de cet après-midi.

Gare au blocage psychologique

Sur le plan physique et en fin de saison, les organismes sont bien rodés et la tenue athlétique des troupes est au point. Mais tout le monde est conscient à Gafsa que l’affaire se jouera sur le mental. D’ailleurs, durant la quinzaine, les joueurs ont été bien entourés et on a fait l’impossible pour les rassurer et minimiser l’importance de ce dernier match. Hatem Meddeb et Jalel Kadri n’ont pas chômé avec des entretiens multiples et en aparté avec chaque joueur. La pression sera étouffante et risquera de peser très lourd alourdissant les jambes et tétanisant les muscles. Le blocage psychologique à l’instar d’un joueur de tennis jouant le « match point » est tout de même à redouter en dépit de tous les efforts déployés pour les sécuriser.

Formation probable

Aymen Zidane, Charfeddine Belhadj, Habib Souï, Khalifa Bannani, Hamza Zakkar, Aymen Mnafeg, Bilel Gontassi, Nabil Tlijani, Abdelkader Dhaou, Gérard Ado, Radhouane Ben Ouannès

MSR (Le Temps)

---------------------

Côté stadiste : Première de Marouène Touzri


Le Stade Tunisien aura à honorer tout à l’heure sa dernière pige de la saison, et, il est réconfortant de remarquer qu’il a déjà plongé dans ‘son’ avenir, puisque Liewig a convoqué un junior issu du vivier, dont on dit beaucoup de bien : Marouène Touzri. Ce gosse est un attaquant qui a toutes les chances de briller dans très peu de temps, s’il travaille à l’entrainement. Sinon pour le reste, le coach est déplacé à Gafsa avec son armada habituelle.

Formation probable

Rami Jeridi – Fahd Ben Chagra – Jamel R’houma – Saïfallah Hosni – Khaled Zaâïri – Aboubacar Tembadou – Brahima Ba – Mohamed Jedidi – Marouène Tej – Alves Leandro – Marouène Touzri

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 15 Mai - 12:18

Pour El Gawefel la Victoire est impérative…

La victoire face au ST est plus que jamais impérative. Tout autre résultat équivaudra à jouer avec le feu…

EGSG tient désormais son destin entre les mains. La voie du salut passe par une victoire face au ST. Le cas échéant, et en cas de nul ou de défaite, il sera contraint à attendre la tournure des événements dans les autres matches qui comportent le même enjeu. Mais dans les milieux du club, on s’accorde à dire que l’équipe possède les moyens requis pour passer l’écueil stadiste et pérenniser son séjour en Ligue 1. La victoire face à l’ASK a permis d’unifier les rangs après l’ambiance tendue qui a régné tout au long de la saison.
Pour Radhouane Ben Ouanès, buteur de l’équipe avec 8 réalisations, l’heure de vérité a sonné. «C’est le scénario tant rêvé, et la victoire aux dépens de l’ASK nous a ouvert les portes du maintien pour décider de notre propre sort. Ce sera le match de vérité pour nous, pour prouver qu’on mérite notre place parmi l’élite et faire oublier à nos supporters les déboires de la saison».
Mais comment se présentera tout à l’heure El Gawafel? La victoire de la journée précédente a permis certes de passer d’une rive à l’autre, mais l’équipe a perdu une pièce maîtresse. Ogbona, expulsé, manquera affreusement à la pointe de l’attaque. La quête d’un suppléant au Nigérian a été au-devant des priorités du staff technique et à la lumière des essais multipliés, c’est l’Ivoirien Gerrard qui part avec les faveurs. Même constat au niveau du flanc droit avec la sanction infligée à Mohamed Hakim.
Le retour de Belhadj après deux mois d’absence, à cause d’une blessure, offre à Jallel Kadri deux choix: associer ce dernier aux hommes de l’entrejeu pour renforcer la ligne médiane et titulariser Hammali comme latéral droit. Deuxième choix, Belhadj évoluera dans son poste de prédilection sur le flanc droit, et la ligne médiane gardera la même ossature.
Le temps d’un «match», les choix tactiques cèderont la place à la volonté des joueurs à se surpasser. Ils auront besoin, tout court, de la «grinta».
Auteur : H.T. (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Dim 16 Mai - 14:35

EGSG – ST : (2 à 0)
El Gawafel, avec mention


L’enjeu, pourtant était de taille : Côté local, le spectre de la relégation hantait tous les esprits, côté visiteurs, on tenait à cette quatrième place que le club n’avait jamais occupée depuis deux décennies au moins. Les premiers étaient sérieux, rigoureux et appliqués, les seconds semblaient avoir l’esprit en vacances.

Il est aussi à remarquer que l’arbitrage n’a pas été à la hauteur des aspirations et la conduite des deux parties était à louer. L’homme en noir, n’a pas eu assez de courage pour brandir au nez de Neffati, le carton rouge. Si, comme on dit, l’intention vaut l’action, il n’avait à sortir de sa poche, seulement, le carton jaune. L’intervention du joueur stadiste méritait bien plus. Ensuite, ce même arbitre, ‘brode’ un penalty pour l’équipe locale, que M’afeg matérialise (26ème). Ceci dit, la domination des camarades de Zidane n’a souffert d’aucune contestation, mais, pas excès de précipitation, ou par déficit de concentration dans le geste final, le préposé au tableau d’affichage n’a pas eu à s’employer plus.

Au retour des vestiaires, le Stade Tunisien, montrait finalement (il a mis du temps), le bout de son nez devant la cage locale, mais, vers la 51ème, une distraction de l’axe central, (et là, tout le monde s’accorde à dire que l’absence de Hosni, s’est fait sentir), coûta cher à toute l’équipe. M’sakni subtilise la balle au milieu, passe comme un couteau dans du beurre, se présente seul devant Jeridi, et, n’eut aucune peine à doubler la mise, au grand bonheur des siens. Les quelques mouvements entrepris par le banc stadiste, avaient, il est vrai, rafraichi le jeu, mais Alves, qui avait une meilleure solution privilégia celle individuelle (le montant lui refuse le but), et, le jeune Touzri, n’a pas été plus heureux que son compère, puisque son tir passe légèrement à côté. Le score devait en rester là, reflétant parfaitement la physionomie des débats. Les locaux ont atteint leur objectif, puisqu’ils sauvé leur place parmi l’élite.

MAE (Le Temps)


Synopsis

Stade du 7 novembre de Gafsa


Temps beau

Assistance nombreuse

Pelouse en bon état

EGSG – ST : 2 à 0

Buts de : M’naffeg (26ème), M’sakni (51ème)

Arbitrage de Aouez Trabelsi, assisté par

Formations des deux équipes

EGSG : Zidane – Hammali – Zakkar – Bannani – Thlijani – Gontassi – M’naffeg - Thlijani - M’sakni – Ben Ouannès - Dhaou

ST : Jeridi – Ben Chagra – R’houma – Dridi – Zaâïri – Ba – Tembadou – Riahi – Neffati – Touzri - Jedidi

Joueurs avertis : Neffati (ST)

Changements :

EGSG :
Dhaou par Belhaj, M’sakni par Chouaia

ST : Jedidi par Tej, Riahi par Alves

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Dim 16 Mai - 14:41

Ligue I — 26e et dernière journée: EGSG-ST : 2-0La résurrection…

Trois points qui valent le maintien pour un EGSG qui en a vu de toutes les couleurs cette saison

Stade 7-Novembre à Gafsa. Temps chaud. Public nombreux. Arbitrage de Aouez Trabelsi. EGSG bat ST (2-0). Score à la mi-temps (1-0). Buts‑: A. Mnafeg (25’ s.p.) pour EGSG et I. Msakni (51’).
EGSG : Zidane, Hammali, Zakkar, Bennani, Souii, Thlijani, Gontassi, Mnafeg, Dhaou (Belhadj), Msakni (Chouya), Ben Ouannès (Baba).
ST : Jeridi, Chagra, Rhouma, Zaïri, Dridi, Bâ, Tombado, Riahi (Cherni), Neffati, Touzri, Jdidi (Alavez).
Pour la deuxième saison de suite, EGSG a attendu l’ultime journée pour assurer son maintien. Face au ST, le club de Gafsa était devant l’obligation de gagner et ne pas attendre la tournure des événements dans les autres matches. L’entame des débats fut à l’actif du club du Bardo, dégagé de toutes pressions et c’est ce facteur qui a conditionné l’évolution des deux protagonistes, du moins jusqu’à l’ouverture du score pour les locaux à la 25’. D’ailleurs, dès la 3’, le ST aurait pu ouvrir le score par Touzri dans un face à face avec Zidane, sorti au bon moment. Les protégés de Lewieg quadrillèrent bien le rectangle avec un pressing haut, empêchant les locaux de construire, d’où le recours au jeu direct et les renversements sur Ben Ouannès, soutenu par Msakni. La mobilité du duo de pointe stadiste (Touzri-Jedidi) donne des sueurs froides aux locaux. Mais, c’est à partir de la 15’ minute que les Gafsiens se libèrent de cette pression.
La charnière centrale stadiste (Zaïri-Dridi) assure une couverture remarquable face aux assauts adverses, alors qu’en attaque, le ST péche par un jeu disloqué. ‑25’, slalom de Thlijani dans la surface de réparation et fauchage de Zaïri. Le penalty réussi par Mnafeg libère les siens.
Cet avantage au score stimule les locaux qui font mainmise sur le jeu où la ligne médiane retrouve ses repères. Après la pause, l’entrée fracassante des Gafsiens, mieux organisés que les Bardolais, leur a permis de doubler la marque à la 51’ par M’sakni qui hérita d’un service judicieux de Ben Ouannès.

Les jeux sont faits
A 2-0, c’est une avance sécurisante avec un ascendant qui aurait pu leur permettre d’aggraver le score. 53’ Ben Ouannès alerte des 25 mètres Jridi, mais son tir effleure le montant droit. Riposte timide des visiteurs, Jdidi en veilleuse dribble son vis-à-vis et tire en force mais ce n’était qu’un feu de paille, puisque El Gawafel revient à la charge avec Ben Ouannès (dans un grand jour) qui bénéficie des espaces concédés par les Stadistes.
L’entrée du Brésilien Alavez a permis au ST de trouver le relayeur qui lui a manqué jusque-là. Ce dernier passe à côté du but à la 80’ lorsque son heading heurte la transversale. EGSG était plus motivé que son hôte. La victoire alliée à la manière, on n’a pas vu ça depuis belle lurette !

Auteur : Hafedh TRABELSI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 18 Mai - 14:11

Patrick Liewig ne peut pas quitter le Bardo

Bien avant la fin de l'exercice, la folle course aux armements a déjà commencé. Le cas Patrick Liewig, actuel entraîneur du Stade Tunisien fait actuellement couler beaucoup d'encre. Il aurait été contacté depuis belle lurette par le CSS, par personne interposée par le CA, mais c'est l'ESS qui aurait le plus insisté pour l'engager. A la régulière ou pas, c'est une autre paire de manche.

Ce qui est certain, c'est que Patrick Liewig est sous contrat avec le Stade Tunisien pour une période de trois ans, à compter de juin 2009. Il lui reste donc à honorer deux ans de travail.

Ce qui est certain également, c'est que si le technicien veut quitter le club du Bardo pour aller monnayer son talent à Sousse, il faut qu'il verse à son employeur l'équivalent de 24 mois de salaire* qui lui restent à respecter, comme le stipule l'article 9 (ci-joint) du contrat établi entre les deux parties depuis juin 2009.

Patrick Liewig reste, enfin

Patrick Liewig, malgré toutes les sollicitations, va rester au Stade Tunisien. Ces derniers jours, chacun en rajoute une couche, sur une certaine presse, et, pour mettre définitivement fin aux rumeurs, et, aux spéculations, le technicien et Mohamed Dérouiche président du club, vont faire dans le courant de cette journée une déclaration en commun, aux fins de confirmer la prolongation du bail.

M.A.E (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 19 Mai - 11:52

Le rideau est tombé sur la saison 2009/2010
Mêmes soucis, mêmes scénarios !…


Le trio de tête toujours dans le même ordre, des arbitres contestés, un «championnat» en bas du classement enflammé, sans oublier quelques révélations, la saison 2009/2010 n’aura rien apporté de nouveau.
Sommes-nous en train de (re)voir les mêmes scénarios en championnat ? C’est qu’au fil des saisons, les mêmes fautes ou presque sont en train de se répéter. Ce sont les mêmes clubs qui luttent pour brandir le sacre, et c’est le même scénario qui se produit en fin de saison.
Une équipe a du souffle (cette année c’est l’EST) et profite de la chute d’un ou de deux concurrents (le CA et l’ESS qui ont brillé par leur inconstance !) pour foncer vers le titre de champion. Ce n’est pas tout. Regardez ce qui s’est passé en bas du classement. La lutte pour la survie en Ligue 1 s’est également avérée enflammée et endiablée. Aucun sentiment alors, mais surtout des surprises, des revers et des victoires qui ont chamboulé le profil du classement, et qui ont fini par assommer l’USM et l’ASK. Il ne faut pas oublier également l’intensité des matches qui ont opposé directement les clubs menacés de relégation. Un certain ASK-EGSG ne sortira pas si vite des mémoires. Ce serait le match qui a mis Gafsa sur la voie du salut, et qui a mis l’ASK, victime de son public, sur la voie de la Ligue 2.
Le championnat 2009/2010 aura connu une rupture d’un mois, une rupture qui ne peut pas passer inaperçue. Il s’agit, en fait, de deux «championnats» : l’avant-trêve et l’après-trêve.
Entre-temps, tout a été refait, de la préparation physique aux recrutements, en passant même par le staff technique. Des clubs ont su se rebiffer pour retrouver le sourire, tels que le CSS, le CSHL, le CAB ou l’ESHS. D’autres ont perdu les repères et la continuité tels que l’ESS, le CA, l’USM ou le ST, dont la phase retour a été quelconque.

Encore les arbitres !

Ceux qui ont gagné ne parlent pas de la prestation des arbitres. Ceux qui ont perdu le font et crient au scandale. Le phénomène est inquiétant. Les clubs tunisiens n’ont plus confiance dans la prestation de l’homme en noir.
Qu’ils soient favoris ou non, qu’ils parlent de la volonté de protéger l’arbitre tunisien, ils sont convaincus qu’il n’est pas encore prêt à trancher dans les matches à enjeux.
Le championnat 2010 a condamné d’une façon irrévocable l’arbitre tunisien. Ce n’est pas parce qu’un Tunisien va diriger la finale de la Coupe que les choses ont changé. N'oublions surtout pas les accusations pures et dures adressées à l’encontre des arbitres tunisiens à l’issue des 26 journées. Ben Naceur, Jedidi, Herzi, Trabelsi, Lagguem, Aguir et Souiden, pour ne citer que ceux-là, n’ont pas été ménagés. Naceur Kraïem et le nouveau bureau fédéral ont beau accorder leur confiance à nos arbitres, la crise est visible et incontestable. C’est beaucoup plus complexe que l’on pense !

CAB, retour aux sources…

Si le ST a bien commencé la saison pour avancer petit à petit au classement, il a mal terminé l’exercice avec des résultats moyens qui lui ont ôté la 4e place. Chose qui a irrité un Patrick Liewig qui a révolutionné le Stade. Le Français aura constitué une grosse satisfaction pour les Stadistes. Autoritaire qu’il est, il a coupé court aux vieux réflexes pour redonner aux Stadistes la valeur qu’ils méritent.
Mais le modèle à ne pas oublier pour cette saison aura été le CAB et son entraîneur Larbi Zouaoui. Ce dernier, nanti d’un grande expérience et d’une connaissance approfondie des rouages du CAB, a réussi, malgré les critiques infondées qui venaient de partout, à instaurer un modèle de club formateur qui n’a pas besoin de verser des grosses sommes d’argent sur des joueurs en fin de carrière pour réussir.
Saïd Lassoued, président du club bizertin, a enterré les mauvaises habitudes de son prédécesseur : pas de folies au mercato et une confiance totale dans le cru. Les Cabistes ont bien commencé la saison pour s’installer en tête. Une baisse de régime, des plus inattendues, n’a pas empêché le CAB de rebondir en fin de saison. Ce n’est donc pas un coup de hasard si cette jeune et talentueuse équipe termine à la 4e place. Mieux, le football que présente le CAB est, à notre avis, le plus raffiné de tout le championnat. Passes courtes, progression intelligente de la balle et une facilité à transpercer les défenses. Tout cela, sans compter la valeur des individualités que Zouaoui a pu encadrer pour les transformer en une force collective. Ben Mustapha, Ben Salem, Baratli, Sylla, H’mizi, M’barki et dernièrement Chehoudi sont les vraies révélations du championnat. Le CAB a été la belle «surprise» de cette saison. Il a réussi à nous sortir de la monotonie et des préjugés «sportifs». Aujourd’hui, le CAB a deux choix: soit continuer ce projet sportif en renforçant l’équipe qui peut jouer les premiers rôles, soit favoriser la logique économique et céder un ou deux de ses joyaux et renflouer ainsi les caisses. L’avenir dépendra de ce choix fatidique.

Et maintenant?

La JSK qui réussit — malgré le fait d’avoir perdu sa vocation de club formateur — à s’installer en Ligue 1, bien qu’elle ait pu terminer au meilleur classement, est aussi un fait de la saison. Le CSHL, fidèle à sa courbe de forme ascendante dans la phase retour, l’ESZ qui change deux entraîneurs avant de trouver «l’équilibre» avec Sofiène Hidoussi, et l’OBéja de Rachid Belhout qui lance des jeunes du cru sont des constats indéniables.
La relégation de l’USM demeure la sensation de la saison. Personne ne s’y attendait, il y a quelques semaines. L’équipe qui a eu trois entraîneurs en une saison (chose peu courante à Monastir) devra tout revoir. Ce n’est pas la fin du monde de rétrograder en Ligue 2. Retrouver l’identité et les méthodes du club aideront sans doute l’USM à regagner confiance et efficacité.
Cette saison 2009/2010 n’aura pas bouleversé la physionomie de la course. Les acteurs ont changé, mais ce sont les mêmes faits et surtout les mêmes causes qui expliquent les mêmes effets.

Auteur : Rafik EL HERGUEM (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 22 Mai - 12:37

Plusieurs dossiers sur la table


En fait, dans les coulisses du club, les préparatifs pour la nouvelle saison ont déjà été entamés. En toute discrétion, un bon sac de dossiers a été mis à table mais, pour une fois, tout est gardé en secret. Par nos moyens, nous avons tout de même appris que Gérard Buscher, avec lequel un précontrat a déjà été signé depuis novembre 2009, avait choisi de rallier le Bardo, pour faire le directeur technique des jeunes du Stade Tunisien.


Il entamera sa mission le 1er juillet prochain. Toujours à propos de techniciens, l’entraineur des gardiens de but Adel Zouita vient d’être promu en tant qu’adjoint au ‘team manager’. Pour ses connaissances mais aussi pour ses grandes qualités professionnelles et morales, ce jeune technicien mérite cet honneur. Dans le même volet, le poste de préparateur physique est toujours vacant, les deux ou trois spécialistes sur la place avaient placé la barre très haut. En tous les cas, il y a des chances que ce rôle soit joué par un étranger, et il sera probablement français, une connaissance de Patrick Liewig.

Khaled Zaâïri en Allemagtne ?

D’autre part, au moins une dizaine de joueurs sont sur les tablettes. Mohamed Derouiche, qui en mission à Paris, rencontrera l’agent du joueur Sierra-Léonais, Mohamed Kabia, sociétaire de Est End de Freetown, et, à son retour, il annoncera le transfert du dit joueur au Bardo. Le club du Bardo s’intéresse aussi depuis quelque temps à un international marocain qui a toutes les chances de jouer contre notre équipe nationale. Volet départs, pour le moment seul Aboubacar Tembadou dispose de quelques offres sérieuses dont une émanant d’un grand club libyen. En ce qui concerne les locaux, il est quasi-certain que Haj Kacem, Jedidi, Kasdaoui ne poursuivront pas leur expérience au Stade Tunisien. Khaled Zaâïri, dispose de trois offres sérieuses de trois clubs allemands. Avant son départ en France, Mohamed Derouiche avait discuté en catimini avec un groupe d’agents venus d’Allemagne, et a exigé que les offres doivent être couchées noir sur blanc et adressées au club. Il parait, d’après notre source, l’affaire est sur la bonne voie.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Dim 23 Mai - 15:14

.صابر خليفة يقترب من البقلاوة
بات مهاجم نادي حمام الأنف صابر خليفة قريباً من الإنتقال إلى الملعب التونسي بعد أن عبر فريق باردو عن رغبته في ضم اللاعب في الموسم القادم بعد التألق اللافت لهذا اللاعب خلال الموسم الحالي وتسجيله 12 هدف فالبطولة وربما يحسم هذا الموضوع في وسط الأسبوع القادم

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Lun 24 Mai - 14:07


Patrick Liewig«Je n’ai jamais négocié avec l’Etoile...»
Je reste au ST

Ça fait plaisir d’être l’objet du désir
Il est important que Derouiche soit en position de force
Oui, je suis cassant
Avec Khemir, Akrout et Alves, on aurait pu remporter le titre

«Quand je rencontre des collègues étrangers, je suis toujours étonné par le fait qu’ils parlent volontiers du beau temps, de la plage et de la bonne bouffe en Tunisie et si peu du football…»
Que Patrick Liewig nous en excuse, mais il s’agit là de la seule phrase «off» que nous nous permettrons de balancer. Il n’y aura pas d’autres «fuites» car l’homme ne mérite sûrement pas d’avoir des ennemis. Du moins pas des collègues censés exercer le même métier que lui, qui débarquent chez nous, repartent et reviennent avec du soleil plein la tête, pas de véritable projet et qui ne laissent que le vide derrière eux.
Fini le temps des Kristic, Fabio, André Gérard, Pazmandy, Nagy et d’autres encore. Patrick Liewig, lui, est porteur d’un projet comme on n’en fait plus en Tunisie. Un projet qu’il se bat pour mener à bien au Stade Tunisien, qui a séduit l’Etoile et Hamed Kamoun au point de… Mais commençons plutôt par le commencement.

Alors, vous restez ou vous partez ? Et pourquoi ne pas l’avoir clairement annoncé?
Je reste pour la simple raison que j’ai un profond respect pour mes dirigeants. Pas tous, je tiens à le préciser, mais c’est le cas pour mes interlocuteurs directs tels MM. Derouiche, Ennaïfer et Guiga. Avec ces gens-là, j’ai toujours eu un discours transparent. Maintenant, il y a eu au ST des événements lors de la dernière reprise du championnat qui m’ont profondément meurtri pour avoir touché à mon intégrité morale et mes convictions profondes. C’est peut-être ce qui aurait pu me faire quitter le club, et ce, en dépit des relations privilégiées dont je vous parlais.
Vous m’excuserez de ne pas rentrer dans les détails mais ceux concernés par la vie et la marche du club le savent. A ce propos, j’ai eu il y a quinze jours une réunion avec mes principaux interlocuteurs et j’ai été très clair là-dessus : je continue au Stade Tunisien mais il ne faut pas banaliser certaines choses. Choses qui ont du reste influé négativement sur notre fin de saison.

Quand on vous écoute dire tout cela, on a presqu’envie de vous poser la question suivante : vous restez au ST par obligation contractuelle ou alors par envie et conviction ?
Aucune ambiguïté sur ce plan : j’ai un contrat de trois ans au ST qui n’est pas à proprement dit un contrat-type qu’on voit normalement déposé à la Fédération. C’est moi qui l’ait voulu et conçu en y définissant mes missions, mes fonctions, mes objectifs, et mes responsabilités au sein du club. C’est un contrat d’entraîneur-manager. De ce fait, je me mets à la disposition du club, mais je suis au même titre le décideur pour le staff technique. De A à Z. Avec évidemment, l’aval de mon président. Cela, sachant qu’un contrat ça se respecte. Réciproquement, c’est un contrat qui comprend des responsabilités de l’entraîneur qui ne peut toutefois exercer ses fonctions s’il y a ingérence.
Sachez, par ailleurs, qu’en signant pour un bail de trois ans, je me suis délibérément auto-bloqué. Cela pour vous dire que je suis honnête et que je suis parti sur un projet avec le Stade Tunisien. Dernière précision : il n’y a pas de clause libératoire dans mon contrat. C’est vous dire…

Soit, mais être l’objet du désir de l’Etoile ou d’un autre grand club, c’est tout de même tentant. Vous n’avez pas été tenté ?
Pourquoi le cacher, être l’objet du désir est tentant sur le double plan humain et professionnel. J’ajouterai même qu’être sollicité par l’Etoile, l’EST ou le CA, c’est super flatteur. Par ailleurs, il est tout à fait normal que j’ai des relations avec d’autres personnalités du football tunisien. Je ne suis pas là pour vivre en vase clos. Et si l’on parle avec d’autres personnes, d’autres clubs, cela ne veut pas forcément dire qu’il y a négociations. On peut parler de ce qu’on fait pour faire avancer les choses. Il est important que les clubs travaillent bien. Il n’y a pas de secret : si le football tunisien devrait progresser, ce sera grâce à ce qui se fait dans les clubs. Moi, en tout cas, j’ai besoin de faire la connaissance d’autres personnes qui construisent dans mon domaine qui est le football. Avec l’Etoile, j’ai déjà parlé avant le mercato d’hiver. Maintenant, il faut être honnête : j’ai rencontré Hamed Kammoun.

Nous y voilà ! Ça s’est passé quand, la première fois ?
Il y a environ un mois. A ce propos, je tiens à préciser qu’il n’y a pas eu de négociations mais une simple discussion sur son projet concernant l’Etoile.
Vous trouverez normal que, par exemple, le président de Lyon présente un projet sportif à l’entraîneur de Lens ? Ça prête tout de même à équivoque…
C’est toujours intéressant de découvrir et de discuter d’un projet sportif avec des personnes nouvellement débarquées dans un club. Mes dirigeants étaient au courant de cette rencontre. Point barre. Je le répète : il n’y a jamais eu de négociations.
Pour en revenir au projet de l’Etoile, je pense qu’il est bon et qu’il devrait leur permettre de revenir au top, et ce, quel que soit l’entraîneur. Il y a eu une seconde rencontre avec Kammoun il y a une semaine (précision : la famille de Patrick vit à Sousse).
Maintenant, laissez-moi vous dire quelque chose : même si Kammoun et l’Etoile se proposaient de racheter mes deux ans de contrat, je n’aurais pas accepté. Il y a trois ans quand j’étais à l’ASEC, j’avais également décliné une offre de l’Espérance.
Cela ne m’empêche pas de comprendre les entraîneurs qui plient tout le temps bagages car il se passe parfois des choses bizarres dans les clubs et qu’un entraîneur qui gagne se met paradoxalement en danger.
Justement, on dit de vous que vous êtes l’homme d’un projet et, pour un passionné, le ST ce n’est pas mal du tout : un chantier intéressant et un président de club qui vous offre pratiquement les clés de la maison.
Ce que vous dites est vrai même si, au départ, j’étais malgré moi dans la continuité de ce qui s’est fait avant moi. Je n’étais pas derrière les recrutements, je n’avais pas choisi le staff technique et la structure médicale était déjà en place. J’aurais de ce fait davantage de visibilité pour la seconde saison. J’ai réalisé une sorte d’audit. Attention, il n’y aura pas de révolution mais une amélioration tant au niveau du staff technique que médical.

Des précisions?
Commençons par le staff technique. Walid qui mérite d’entraîner un club de première division ne sera plus là. Il y aura deux adjoints dont un véritable préparateur physique. Le second sera Adel Zouita qui entraînera en même temps les gardiens et qui a une excellente connaissance des joueurs et du foot tunisien. Concernant le staff médical, on avait déjà entamé la restructuration autour du Dr Mekki lors de la saison qui vient de s’achever. Car, si on veut être vraiment performants, un bon staff médical s’impose. Il y aura un kiné à temps plein et d’autres avec lui.

Justement, on vous a vu un peu partout cette saison au ST. Vous vous êtes même occupé des terrains. C’est votre conception du boulot ou alors vous vous êtes un peu retrouvé à remplir des vides? Enfin, vos exigences sont-elles dans les moyens d’un club comme le Stade Tunisien?
Je vous ai bien précisé au départ que je ne suis pas là pour être uniquement l’entraîneur. Je suis également là pour structurer le club avec pour atouts la visibilité actuelle et des gens sur lesquels moi-même et le club pouvons compter.
Si c’est dans les moyens du Stade Tunisien? Oui, avec toutefois, une constante essentielle : le président doit rester et être fort au sein du club entouré d’un noyau dur avec la volonté d’aller au bout du projet.
Avouez tout de même que la tâche s’est avérée un peu plus compliquée que prévue avec notamment des insuffisances à tous les niveaux…
Quand vous débarquez, vous travaillez sur vos convictions et avec l’ambition d’améliorer les choses. Ma priorité a été d’instaurer une vie de club, ce qui n’était pas possible avec les entraînements à Radès où nous étions des nomades. Les joueurs qui ne voulaient pas se confronter aux supporters étaient réticents au départ mais ils ont fini par adhérer.
Outre l’aménagement d’un terrain réservé aux seniors, il fallait restaurer le département médical et installer une salle de musculation, même à petite échelle. Bref, vivre au Bardo est essentiel à mes yeux pour consolider le groupe et l’esprit d’appartenance au Stade Tunisien.
En vous entendant parler ainsi, c’est comme si les choses se sont mises sur place naturellement…
Le danger, c’est de vous épuiser à force de dépenser votre énergie. Mais avec mes convictions et l’appui de mes collaborateurs importants, nous sommes parvenus à gagner du temps sur tout ce qui est extra-sportif. Le projet Stade Tunisien passe par là. Il passe par un président fort et avec qui je partage la même philosophie.

Il vous faudra des moyens…
Oui. Il nous faudra par exemple recruter même si je ne me suis jamais plaint sur ce plan car j’ai un profond respect pour les joueurs déjà en place.
Vous êtes dans la lignée d’une tradition française qui n’existe plus tellement, celle des entraîneurs-formateurs. On demande d’ailleurs si l’école française existe encore vraiment?
Je peux parler de ma génération où nous avions tous été formateurs. Avec Houiller, le directeur technique de la FFF, les choses ont un peu changé. En bien, je pense. Le moule est toujours là au niveau de la formation des cadres et de la mentalité. Mais le style de jeu, c’est avant tout la sensibilité des personnes. Et puis, il voit ailleurs. Comme à Torino où il y a la meilleure école de football de jeunes en Italie sans forcément de grands moyens. Houiller s’est ouvert à d’autres écoles, envoyé des entraîneurs français voir l’étranger avec à l'arrivée une synthèse pour une méthode de travail.
Pour en revenir au ST et aux jeunes, nous aussi nous formons des jeunes avec des moyens rudimentaires.

Votre fin de saison a été tout de même bizarre, frustrante…
C’est une œuvre inachevée faute de concertation et de finition. Je suis très déçu par rapport au projet mis en place pour la phase retour. Comme j’ai été fou de rage de la tournure des événements lors du stage de Catania en Italie. Deux rencontres face à un club de première division italienne nous auraient fait aborder nos matches face à l’Etoile et l’Espérance avec une toute autre mentalité. Il fallait nous donner les moyens de terminer à la 3e place et cela n’a pas été fait.

On a vu parfois un Stade Tunisien trop attentiste au niveau du jeu, qui sacrifiait pratiquement la première mi-temps...
Etre troisième nous avait permis de jouer un football plus offensif alors que le Brésilien Alves m’a déçu au niveau de l’efficacité lors de la deuxième phase où nous nous sommes tout de même créé plus d’occasions de but. Pourquoi le cacher, il y a eu des erreurs, pas toutes de notre ressort. Laisser partir Khemir n’était pas opportun même si le club l’a fait pour de l’argent et que le joueur n’est pas parvenu à entrer dans mes plans. Avec ce dernier, Akrout et Alvez, on aurait peut-être pu remporter le championnat. Jedidi, lui, avait besoin d’être mis en confiance par rapport à sa situation matérielle. Il va falloir résoudre ce genre de problème pour passer au jeu. Je reste au ST avec cette assurance de la part de ses dirigeants.

Parlons d’autres choses, on vous accuse d’être un peu cassant. Et ce n’est pas uniquement l’avis de vos détracteurs…
J’ai des convictions et l’envie de mettre les choses en place pour que le Stade Tunisien se place dans le haut niveau. Pour ce faire, il faut être cassant et ce n’est pas à mon âge que je vais m’améliorer. Je le fais pour le bien du club car il y a ceux qui agissent et ceux qui parlent. J’aurais été un entraîneur-mercenaire, j’aurais composé avec certaines choses et certaines personnes. Or, je suis un formateur.

Sami Akrimi (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 25 Mai - 13:17

Esperense Sportive de tunis


On s'intéresse à Zaïri




Le défenseur axial stadiste est sur les tablettes des dirigeants "sang et or"

Renforcer l'effectif par des joueurs de qualité, telle est la priorité des responsables "sang et or" à moins de deux mois de la première sortie comptant pour la phase des poules de la Ligue africaine des champions, face à l'Entente de Sétif et qui aura lieu entre les 16 et 18 juillet. Aller encore plus loin dans l'épreuve continentale est le vœu le plus cher des "Sang et Or". On s'affaire donc pour doter l'équipe de renforts qui cadrent avec ses ambitions. C'est pourquoi, on s'active dans les coulisses pour chercher l'oiseau rare, censé apporter le plus escompté à un groupe qui regorge certes de bonnes individualités, mais qui a besoin aussi d'être plus garni, en nombre et en qualité. Et s'il y a un compartiment qui est au centre des préoccupations, c'est bel et bien la défense. D'ailleurs, le défenseur axial stadiste, Khaled Zaïri, est sur les tablettes des dirigeants espérantistes. Officiellement, rien n'a été entrepris mais ça ne devrait pas tarder. "Khaled Zaïri serait un renfort de qualité. Nous n'avons pas encore entamé de négociations officielles pour l'enrôler. Responsables et staff technique sommes conscients que l'effectif actuel a besoin d'être renforcé. La nouvelle saison sera plus dure à négocier. Outre la phase de poules, nous aurons à disputer la prochaine édition de la Ligue africaine des champions, outre le championnat et la Coupe de Tunisie. Soit une cinquantaine de matches. Il nous faudra donc plus de solutions de rechange", nous a déclaré M. Badine Tlemçani, vice-président du club.

Réunion prévue ce vendredi

Responsables et staff technique devront se réunir ce vendredi . A l'ordre du jour : le dossier des recrutements et la préparation à l'inter-saison. En défense, on aspire à disposer de plusieurs solutions de rechange : Ben Amor et Afful sur le flanc droit, Ben Mansour et Chammam sur celui de gauche, Ben Youssef, Derbali et Hichri dans l'axe. Le souhait des responsables espérantistes est que Khaled Zaïri complète le quatuor de la charnière centrale. Pour cela, il faudra convaincre son employeur, le Stade Tunisien.

Un attaquant de couloir droit

Les besoins en matière de renforts offensifs se précisent. En effet, on est à la recherche d'un attaquant de couloir droit qui épaulait le revenant Hamza Baghouli qui évolue à gauche. Rappelons que ce dernier a repris le chemin des entraînements au mois de mars dernier après avoir été acquitté par la Cour d'appel de Bizerte. Il devra reprendre progressivement la compétition la saison prochaine.
Si l'équipe a carburé avec 18 joueurs la saison écoulée, on espère en disposer de 22 à 23 lors du prochain exercice.


Auteur : Walid NALOUTI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 26 Mai - 9:41


_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 26 Mai - 12:24

Reprise, le 21 juin

L'effectif stadiste est en vacances depuis le milieu de semaine passée, mais les responsables techniques et administratifs, sont en plein préparatifs pour la saison prochaine. A l'issue d'une longue réunion les cadors ont programmé la reprise pour le 21 juin prochain. Elle sera ponctuée par deux stages à Hammam Bourguiba. Le premier se tiendra du 27 juin au 4 juillet, le second du 11 au 18 du même mois.

Les nouveautés du staff technique
Pour la prochaine saison, le Stade Tunisien, compte l'aborder avec un staff technique, à 50% remanié. L'entraineur principal sera toujours Patrick Liewig, contrairement à tout ce qui s'est dit. Adel Zouita, entraineur des gardiens, sera promu au grade d'adjoint. En ce qui concerne le poste de préparateur physique, quelques contacts ont été faits avec des techniciens français, mais, il parait qu'il y a du nouveau dans ce volet, puisqu'un spécialiste local semble tenir le bon bout. Wassim Moalla, un spécialiste, qui a une belle expérience derrière lui, et qui a fait un excellent travail au CSS. Fethi Skhiri, coach des Espoirs, s'occupera désormais du recrutement, et, déjà, il a entamé son nouveau job par une mission à Sousse (dimanche dernier). Ouahid Hidoussi, qui va donner, bientôt, le témoin à Gérard Buscher, va passer chez les 'pro', puisqu'il s'occupera du 'groupe élite' (17 - 20 ans).

Réunion tripartite
Comme nous l'avions annoncé Mohamed Dérouiche se trouve pour des raisons professionnelles en France, mais demain, il se réunira avec Patrick Liewig, et l'agent de Mohamed Kabia, attaquant d'East End de Freetown, qui semble avoir plu au coach. En principe, si l'agent revoit un peu à la baisse ses exigences financières, le Sierra Léonais sera bientôt stadiste.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Ven 28 Mai - 11:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 26 Mai - 15:28

Wahid Ben Abderrazak:
"Il m'est impossible de continuer avec Liewig"


Aussitôt la saison footballistique finie, on enregistre la demission de l'entraineur adjoint du Stade Tunisien, Wahid Ben Abderrazak.
Malgrès l'insistance du bureau directeur pour que leur entraineur adjoint revient sur sa decision, ce dernier persiste et signe pour le non reconduction de son contrat.
Wahid nous signale qu'il lui est impossible de continuer à travailler avec un entraineur qui ne jure que par ses idées à lui, même si elles sont des fois fausses. Mr Liewig est un très bon entrianeur certe mais, son travail en solo ne me permet pas de continuer avec lui. Pourtant lorsqu'on l'interpèle il ne parle que du travail de groupe et du scuccè qu'il peut engendrer mais dès qu'il se met au travail plus personne ne peut lui suggerer quelque chose.
Cela dure depuis mainteant 4 ou 5 mois, je n'ai pas voulu créer un amalgame et j'ai attendu la fin de l'exercice pour le dire.
Je suis né au Bardo et j'y reside, le Stade Tunisien est mon club de toujours, je l'adore, je reviendrai peut être un jour mais pas tant que Mr Liewig exerce. Je n'ai pas non plus des propositions d'ailleurs mais ça ne tardera pas.
Je souhaite tout de même bonne chance à toute l'équipe et à Mr Liewig que je respecte malgrès bon gré.


_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 26 Mai - 16:22


_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Ven 28 Mai - 14:23

Robertinho à Tunis

Uniquement pour des vacances?

L’ex-coach du Stade Tunisien n’a pas oublié notre pays et le large cercle d’amis qu’il s’est fait tout au long de son expérience du côté du Bardo. Nous l’avons croisé hier et essayé de savoir plus sur le motif de sa visite. Il a tenu à nous confirmer qu’il était à deux heures de vol de Tunis et que s’il est parmi nous, c’est tout simplement parce qu’il aime notre pays.




Ses amis les plus proches ont été plus bavards que lui, puisqu’ils nous ont révélés, qu’il a des touches avec un grand club de Tunis, (le CA ?) et un second du nord (le CAB ?). Affaire à suivre !
MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Lun 31 Mai - 12:25

L’impromptu du lundi


Patrick Liewig: « Il n’a jamais été dans mes intentions de quitter le Stade Tunisien»


Il vient à peine de boucler une première saison du côté du Bardo, et, sur tous les plans, les changements sont tangibles. Seuls, ceux qui ont un brouillard devant les yeux, n'ont pas remarqué les progrès réalisés au Stade Tunisien. Patrick Liewig, pour ceux qui feignent ne rien connaitre sur son aventure stadiste, compte bien vieillir avec l'actuelle équipe dirigeante, qui fait la fierté de toute la localité, puisque gagnante.


Avant de rentrer dans son pays natal, pour de courtes vacances, il était de notre devoir, de le contacter, aux fins de mettre au clair certains faits relatifs à ces prétendues tractations avec l'Etoile Sportive du Sahel, de parler du présent, c'est-à-dire du bilan général, et, bien entendu de l'avenir. Ceux qui nous feront l'amitié de lire ses propos, vont certainement découvrir en filigrane, un professionnalisme vétilleux, que tout le monde apprécie.



L'épisode de Sousse

"Durant cette saison que je viens de boucler, là où je suis passé, j'ai noué des relations avec des personnes de l'ensemble des clubs. Le lien que j'ai pu avoir avec le président de l'Etoile en faisait partie, et, était convivial. De fil en aiguille, on a parlé de son projet, étant habitué à évoluer dans cet esprit de haut niveau durant les six années que j'ai passées à l'ASEC. Pendant cet échange, il n'a jamais été question de négociations, comme certaines mauvaises langues ont fait circuler. Mon contrat avec le Stade Tunisien (trois ans), je l'ai 'construit' moi-même, et, je suis ferme là-dessus. Pour conduire à bon port, un projet, il faut un minimum de trois ans de travail. Il n'a jamais été dans mes intentions de quitter le Stade Tunisien, et, sachez que je ne le ferai jamais. J'ai toujours honoré mes engagements, partout où j'ai exercé. J'en ai encore pour au moins deux ans encore, et, je compte bel et bien aller jusqu'au bout en atteignant les objectifs qu'on s'est fixés au départ, ceux là mêmes qu'on a longuement débattus, avec MM. Dérouiche, Haddad (à qui je souhaite toute la réussite dans sa nouvelle mission), Guiga, Berbèche, Enneïfer, Zargouni, et, bien entendu, les personnes que l'on voit moins, mais qui sont très importantes pour le club. Dans tout contrat, tout le monde doit le savoir, il y a réciprocité. Nous nous attelons à la même charrue, et nous tirons tous vers le même sens. Il y a une reconstruction du club, qui a déjà été amorcée depuis l'été dernier, sur des bases indéfectibles. Des objectifs, à court, moyen, et long termes ont été fixés, et, une fois ceux-ci atteints, le Stade Tunisien, retrouvera automatiquement sa place dans le haut niveau national comme il l'a été par le passé. Je ne permettrais jamais à quelqu'un de s'immiscer, dans les décisions techniques, je ne tolèrerai jamais le fait que quelqu'un cherche à déstabiliser le club. J'ai les meilleures relations avec le président du club, et les principaux décideurs, mais s'il y a quelqu'un cherche à intervenir dans l'expression de ma fonction, je peux à ce moment là, aller au clash. Pour le moment, je ne suis pas dans cette démarche. J'ai une grande considération pour le Stade Tunisien, je connais la culture sportive au Bardo, partout où je me rends, j'ai un renvoi plus que positif et très sympathique. Je ne veux pas que tout cela se détruise. Je continuerai à travailler de toutes mes forces, à construire le club, et, on y arrivera ! Pour moi, tout ce qui a été dit, et, tout ce qui m'a, par moments, été attribué, je ne vais pas le démentir, la caravane passe... Je ne vais pas perdre mon temps à répondre à ces bassesses. Pour en finir avec cet épisode, je vous informe que, je travaille ici, avec des gens qui sont pour moi des frères de cœur, et, que si je vais changer de club, ce sera pour une raison plus profonde. La déontologie et l'éthique, pour nous autres entraineurs français, comptent plus que toute autre chose!"



J'assume !

"A mes yeux le bilan est positif, parce que, les objectifs que l'on s'était fixés ont été d'une manière globale atteints. Il faut savoir, que lorsque j'ai débarqué au club, tout était sur place. Je n'ai pas choisi mon staff, le groupe 'pro' était aussi arrêté, et, parce qu'on manquait de munitions offensives, je devais recruter Leo (Alves), et, Kasdaoui. Pour des 'raisons d'état', Akrout devait être transféré. Cela étant, j'ai dû bâtir une équipe avec des joueurs que j'ai connus sur le tas, et, dans la première phase, on avait atteint des résultats très bons sur le plan comptable. On était à deux points du leader, et, un du dauphin. On a mis sur place, et, là je rends hommage aux joueurs, de la discipline, de la rigueur tactique, des règles de vie, une ambiance de vestiaire, qui étaient la cause de ces résultats. Tous les joueurs se sont fondus dans un collectif, et, les principes de travail imposés ont fait que, même avec des éléments, qui n'ont pas forcément un potentiel au dessus de la moyenne, le projet pouvait avancer. Ceci nous a hissés à cette fameuse troisième place au classement final de la 'phase-aller'. D'une équipe moyenne, on est devenu une grande. Il faut savoir aussi, que ce classement de mi-parcours, a eu des répercussions sur l'ensemble du club, à savoir que le projet collectif, a été oublié, au point (par moments) de s'effriter, et, remplacé par des petits projets individuels. Le retour a été entamé avec la même mentalité, la préparation a été bien programmée, mais cet épisode de Catane, n'a pas été négocié comme on le voulait, comme on le souhaitait. On devait préparer nos deux grands matches d'ouverture (ESS, et, EST) avec un grand mental, avec de la confiance, et, avec l'envie d'entamer avec beaucoup d'optimisme. Au lieu de jouer des 'pros', on avait joué des enfants de moins de 20 ans... Sachant que quand on joue ces deux clubs (ESS, et, EST), cela influe beaucoup sur la suite de la compétition, surtout sur le plan comptable. Les joueurs avaient travaillé, mais avaient été démobilisés, si bien qu'on a dû organiser une rencontre amicale, quatre jours avant la reprise du championnat. Impensable! Il est entendu que cela n'explique pas tout! Au cours du match contre l'ESS, on a démontré beaucoup de qualités, mais on a beaucoup péché au moment du finish. Tout le monde était satisfait sauf moi. Il fallait au moins prendre un point, pour préparer, disons, de la juste manière le second, celui contre l'EST. Deux de mes joueurs se blessent un quart d'heure avant le coup de sifflet initial. Le huis clos, ne nous a pas permis de nous surpasser, comme on l'a fait au match aller. Ceci explique pourquoi mon équipe, dans son esprit, était devenue beaucoup moins forte. Et j'enchaine sans vouloir vexer qui que ce soit : notre équipe n'est pas sur le papier plus forte que Kasserine, Bizerte, Zarzis, Béja (que je félicite au passage pour le trophée glané), et, toutes les autres si je retire les quatre clubs les mieux structurés. On a fait des résultats sans marquer beaucoup de buts, parce que notre organisation était quasiment sans faille. Une donnée importante, et, il n'y a que les idiots qui ne changent pas d'idée : le départ de Jemaïel Khemir pour des raisons économiques, son prêt, a été une obligation. C'est vrai aussi que ce joueur a beaucoup fait banquette, et, qu'il n'a réintégré le groupe qu'en fin d'année. Sur le nombre d'occasions créées au retour, il aurait pu nous aider. J'assume toute la responsabilité de la seconde phase, mais, il faut reconnaitre aussi, que tels étaient les joueurs à ma disposition. Il faut avoir des gens qui sont capables de la mettre au fond. Je ne manque de respect à personne (je tiens à le redire et préciser), mais on n'avait pas, devant, l'élément pour pouvoir espérer atteindre un meilleur niveau. Dans toute vie de club, il y a des éléments positifs, et, d'autres négatifs. C'est à travers ces derniers que l'on découvre, les vraies stadistes."



L'avenir nous appartient !

"Après une année passée au club, j'ai acquis une certaine visibilité des choses. Je sais maintenant quels sont les gens avec lesquels on peut sûrement avancer dans notre projet collectif. Je saisis cette occasion pour rendre hommage à tous ceux qui ont collaboré avec moi, mais il est normal que certains changements doivent être opérés. En ce qui concerne le secteur 'pro', l'entraineur manager, a le pouvoir décisionnel de la composition de son staff, et, puisqu'on a évoqué tout à l'heure mon contrat, sachez que tous les staffs, et, l'intendance sont sous ma responsabilité. Je crois que cela n'a pas été bien compris par certains esprits. En tous les cas, positivons, et, regardons devant, vers l'avenir. Le secteur 'pro' fonctionne selon des règles et des principes, que certains ignorent... Le climat de confiance qui exista entre le président du club, ses collaborateurs les plus proches, et, moi-même est à louer. Certaines décisions ont déjà été prises d'un commun accord. Il y aura un adjoint, chargé de la préparation des gardiens (Adel Zouita). Il y aura un adjoint chargé de la préparation physique. On ne travaille pas d'une manière hiérarchique, mais plutôt de concert. On travaille avec une même ligne de conduite, une unité de penser, une homogénéité dans nos actions. C'est à partir de ces choses qui paraissent élémentaires, mais ô combien capitales, que l'on pourra nous orienter vers la performance. Dans ce même ordre d'idée, c'est-à-dire de la composition du nouveau staff, le groupe 'post-formation' (17 - 20 ans) sera confié à Ouahid Hidoussi. Il connait tous les jeunes sur le bout des doigts, et, sa compétence n'est pas à discuter. Fethi Skhiri, qui était coach des espoirs, va dorénavant occuper le poste de recruteur du secteur professionnel, sous ma responsabilité, à savoir, repérer des talents entre 17 - 20 ans, les suivre de près, assister à toutes les compétitions, et, me dresser chaque semaine un rapport détaillé. Je lui ai confié quelques missions, et, à chaque fois que j'ai eu besoin de lui, il ne m'a jamais déçu. Cette équipe va travailler avec un même langage, une même philosophie, et, je suis sûr que l'on atteindra des objectifs encore plus hauts la saison prochaine, sur laquelle on a déjà commencé à bûcher. Il y aura un nouveau directeur technique des jeunes, Gérard Buscher, quelqu'un de très compétent, qui laisse les meilleures impressions là où il exerce. La passation se fera le plus normalement du monde, j'en suis certain. Voilà un peu le topo de la situation chez nous. "
Recueillis par MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Mer 2 Juin - 14:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Bazouka
Moderateur
Moderateur


Masculin Nombre de messages : 183
Age : 67
Date d'inscription : 28/02/2009

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 2 Juin - 14:11

Attaquant d’East End Lions (Sierra Leone)
Mohamed Kabia, enfin, stadiste!


Le joueur sierra léonais, Mohamed Kabia, qui a laissé d’excellentes impressions lors des deux matches disputés contre l’Espérance Sportive de Tunis, en Ligue des champions, passera dès cet été au Stade Tunisien. Comme nous l’avions révélé ici même, le dit joueur, vient de passer quelques jours du côté du Bardo et le discours tenu par les responsables du club et par le coach Patrick Liewig lui a beaucoup plu.
L’affaire a dû trainer pendant deux semaines, le temps de tomber d’accord sur le volet financier. Mohamed Derouiche, s’est même rendu en France, pour discuter avec le manager du ‘futur’ stadiste. Après de longues tractations le dossier a été solutionné et, hier, le secrétariat du club du Bardo a envoyé le contrat paraphé par le président du club à l’agent. En principe un rendez a déjà été fixé pour la signature officielle de toutes les parties.

Soucis dans les milieux des supporters
On murmure dans les rues sportives de la localité du Bardo que certains cadors de l’équipe, auraient été approchés par des responsables de clubs présumés plus huppés. Renseignement pris auprès des dirigeants stadistes, rien n’est officiel, mais que ceux qui sont inquiets doivent se rassurer, car la direction du club saura se défendre et les contrats des joueurs visés sont blindés. On nous a même priés de rapporter à tous ceux qui seraient tentés par une aventure en terre stadiste, ils seraient poursuivis en justice par la cellule juridique du club.

Reprise avancée !
Initialement prévue pour le 21 juin, la reprise, finalement, a été avancée d’une semaine. Le staff technique a déjà commencé à travailler sur le dossier et un bon sac de tests est au menu. Une bonne préparation d’avant saison s’étale en principe sur une quarantaine de jours.

MAE (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Jeu 3 Juin - 13:32

A quoi joue Gérard Buscher ?

Dans notre édition du lundi, sur ces mêmes colonnes sportives, Patrick Liewig, entraineur principal du Stade Tunisien, vantait le professionnalisme des entraineurs français. Il disait texto, avec l’onction d’un prélat courtois: «la déontologie et l’éthique, pour nous autres entraineurs français, comptent plus que toute autre chose.» Il répondait en quelque sorte à une minorité qui pensait qu’il allait quitter le Stade Tunisien, club avec lequel il est lié par un contrat triennal.

Serait-il encore du même avis, en apprenant que son compatriote, Gérard Buscher, dont il louait, dans la même interview, les mérites, avait pris la définitive décision de ne pas honorer son engagement avec le club du Bardo. Rappelons pour la déontologie dont parlait Liewig, que, l’hiver dernier, avant de prendre le train en marche à Hammam Lif, le même Buscher, avait signé un précontrat avec le Stade Tunisien selon lequel il sera investi, à partir du premier juillet, de la fonction de directeur technique des jeunes. Mieux encore, au cours d’une entrevue conviviale, organisée il y a quelques jours, il aurait même certifié aux responsables stadistes qu’il ne rallierait jamais le Bardo, que si, et seulement si, le Real Madrid l’apostrophait.

Le bureau directeur stadiste a été surpris par la volte-face du technicien, parce que la ‘partition’ des jeunes a volé en éclats, et, que tout est à refaire.

Le dossier a déjà été confié aux responsables juridiques, qui ne comptent faire aucune concession au dit technicien. Pour pouvoir être libre, et entrainer ailleurs, Gérard Buscher doit verser au Stade Tunisien la bagatelle de vingt mille dinars, tel que stipulé dans la clause libératoire.

Celui qui a, un jour, dit que, «les principes sont faits pour être violés», n’a pas tout à fait tort. Toujours est-il, que ce n’est pas sérieux du tout de la part de M. Buscher. Il l’aurait fait avant, personne n’aurait crié au scandale…

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Ven 4 Juin - 13:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Ven 4 Juin - 13:46

Reprise avancée au 15 juin

Initialement prévue pour le 21 juin courant, la reprise a été avancée d'une semaine, attendu que le championnat, sera entamé vers le weekend du 24 juillet prochain. La préparation comprendra, un bon nombre de tests, et, sera ponctuée par 52 séances d'entrainements, réparties entre le Bardo et Aïn Draham, où deux stages seront tenus. Au programme aussi, cinq matchs amicaux. Naturellement, elle a de fortes chances d'être modifiée en cours de route.

Action... lundi !
Pour la première fois, au Stade Tunisien, rien n'a encore filtré au niveau des recrutements. Ce qui est certain, c'est que le club a fait un énorme bond qualitatif, car, cette saison, tout est ciblé. On nous a même précisé que, tout éventuel recruté doit être meilleur de ceux qui sont sur place, sinon, il n'a aucune chance d'endosser le maillot stadiste. Quoi qu'il en soit, les dossiers sur lesquels, Raouf Guiga, travaille, et, qu'il tient en secret, seront en principe finalisés lundi prochain, a-t-on appris.

La correction des responsables stadistes
Tout le monde sait que le portier de l'A. S. Marsa est en fin de contrat, et, pour des raisons personnelles, il compte aller monnayer son talent dans un autre club. Aux dernières nouvelles, il a trouvé un terrain d'entente avec le Stade Tunisien, et, il ne reste plus qu'à concrétiser le compromis noir sur blanc. En bon responsable, le président stadiste, Mohamed Dérouiche, au nom de tous ses collaborateurs, a tenu à informer son homologue marsois de toute la démarche, et, il lui a même promis, que rien ne se concrétisera sans son aval.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Sam 5 Juin - 22:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 5 Juin - 21:59

Mohamed Amine Belkhouja signe pour 2 ans

Le Bureau directeur par sa cellule de recrutement ne chôme pas, les contacts avec les nouveaux joueurs qui pourront renforcer l'équipe pour le prochain exercice bat son plein. Ainsi après l'accord de principe avec l'avant Sierra Lionais, voila l'engagement pour deux ans du gardien de l'ASMarsa, Mohamed Amine Belkhouja.

Un bon renfort pour les stadistes et une loyale concurrence entre le titulaire actuel Ramy Jeridi et l'arrivant Belkhouja. L'entraineur des gardiens ne fera aucun cadeau pour les deux hommes voir, les autres gardiens qui seront mis à sa disposition.

Patrick Liewig a delegué une commision de recrutement à leur tête Fathi Skhiri pour s'occuper du tri des joueurs pouvants renforcer le groupe. Le critère est donné, aucun joueur ne sera engagé s'il ne depasse pas les capacités des joueurs existants. En aucun cas le bureau directeur ou le staff technique ne veulent reproduire la même erreur de l'année passée.

Radhouane Ben Ouannès (EGSG), Nizar Garbouj (OB) Mouaaine Chaabani et Sabeur Khelifi (CSHL), sont succeptibles de rejoindre la famille stadiste. Les pourparlers sont dejà ouverts. Wait and see.

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Mar 8 Juin - 11:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 8 Juin - 11:16

Ben Ouannes et Zakar signent

La reprise des entraînements étant prévue pour le 15 juin, les responsables stadistes sont en plein chantier des recrutements et, après Belkhodja, c'est Ben Ouannes et Zakar qui viennent d'être recrutés

C'est hier, à midi, que l'attaquant Radhouan Ben Ouannes et le défenseur Hamza Zakar, ex-sociétaires de Egsg, ont signé pour le compte du Stade Tunisien. Et si le premier a signé un contrat d'une seule année, le second a signé pour une durée de deux ans. Avec le gardien, Amine Belkhodja, ancien marsois, les renforts commencent à donner une idée sur les intentions du bureau stadiste qui reste discret quant aux tractations concernant un éventuel transfert de Khaled Zaïri. Ce dernier demeure une cible confirmée pour plusieurs clubs locaux et étrangers, vu le potentiel de ce joueur qui a tant fait parler de lui jusque-là. Rappelons que Zaïri est lié au Stade par un contrat jusqu'à 2013.

Attaque en point de mire

L'arrivée de Ben Ouannes confirme les vives soucis du manque d'efficacité offensive des "rouge et vert" durant la saison écoulée avec seulement 22 buts inscrits.
Pour rester dans ce même ordre d'idées, on croit savoir qu'un attaquant de Sierra Leone débarquera le 18 juin au complexe du Bardo. Il aurait joué face à l'Espérance lors de la dernière édition de la Ligue des champions.
Aussi, les stadistes seraient sur les traces de quelques autres attaquants locaux et il va falloir attendre la reprise des entraînements pour les voir débarquer au complexe sportif "rouge et vert" en vue d'y effectuer un test. Les moyens financiers du Stade demeurent un handicap pour voir une grosse pointure débarquer au Bardo...

Adel Zouita, assistant


Pour la reprise, qui était initialement prévue pour le 10 juin, a été reportée pour le 15 dudit mois. Pour le moment, le staff stadiste comprend Patrick Liewig comme entraîneur principal avec qui on vient de nommer Adel Zouita en tant qu'assistant et entraîneur des gardiens.
D'autre part, les responsables stadistes ont choisi un nouveau préparateur physique de l'équipe senior qui n'est autre que Ouassim Moalla, ex-préparateur du CSS.
Avec la reprise, l'on s'attend, comme d'habitude, à une affluence d'un bon nombre de joueurs locaux qui désirent intégrer l'effectif "rouge et vert". Entre autres, deux joueurs, un attaquant et un demi défensif de Ben Guerdane débarqueront le 15 juin.
Par ailleurs, le complexe sportif du Bardo est en chantier. En effet, le site connaît un réaménagement de la partie avoisinant le nouvel échangeur de la route X. Espérons qu'en attendant l'ouverture du stade Chedly-Zouiten, les stadistes n'auront pas de problèmes à gérer les entraînements de toutes leurs catégories...

Auteur : Nizar HAJBI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Aujourd'hui à 1:18

Revenir en haut Aller en bas
 
Baklawa 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 5Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» [video] Cola Stunt Ride 2010
» [GP] Malaisie, le 10 octobre 2010
» [10 octobre 2010] - Rallye VTT de Choisel
» récapitulatif bourses moto 2010 en Vaucluse
» H Cup 2010 / 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Stade Tunisien :: Revue de Presse-
Sauter vers: