Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Baklawa 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 15 Mar - 22:12

Stade TunisienSombres journées
Mohamed Derouich part en fin de saison. Les temps sont durs du côté du complexe du Bar
do.
En embarquant en cours de route lors de l’avant-dernière saison dans le navire stadiste, Mohamed Derouich et son équipe avaient de grandes ambitions pour le club du Bardo. L’objectif final étant de redonner au Stade Tunisien la place qu’il a perdue depuis des décennies et, particulièrement, la première qui a succédé à l’indépendance du pays avec neuf titres : 5 coupes et 4 championnats.
Depuis, le club du Bardo a connu des fortunes diverses avec, il faut bien l’avouer, plus de bas que de hauts et, surtout, la perte presque totale de sa base populaire.
C’est, qu’aujourd’hui, dans le vieux fief de ce club prestigieux et dans les quartiers avoisinants, il est de plus en plus rare de trouver des supporters «vert et rouge». Et, dans les rues, et de plus en plus rares dans les terrains vagues, les gosses courent derrière un ballon avec sur le dos un maillot de l’Espérance, du Club Africain, du Real Madrid ou de Barcelone.
Faut-il, en effet, rappeler que le Stade Tunisien se trouve en bas du classement au niveau des affluences et que la situation n’est pas prête de s’améliorer, même avec la gratuité décrétée par Mohamed Derouich et ses collaborateurs. Une initiative devait servir à fidéliser de nouveau les supporters potentiels, les rapprocher du club et des joueurs afin qu’ils constituent le véritable douzième homme. Or, le Stade Tunisien joue toujours à onze. 

Le temps est suspendu

Pis encore, il y en a même qui se permettent d’aller demander des comptes au président, à l’entraîneur et aux joueurs, alors qu’ils n’achètent même pas un billet pour aller supporter leur équipe !
Aujourd’hui, les jeunes Stadistes doivent bouger davantage, s’unir et se réunir pour que le club puisse enfin bénéficier d’un véritable public avec un apport tant sportif que financier.
Voilà pour le premier volet, directement lié au second, du reste, et qui est celui des finances. Mohamed Derouich et son équipe avaient mis en route un programme à court, à moyen et à long terme. L’idée de départ est de faire en sorte que le Stade Tunisien puisse dans les toutes prochaines années disposer d’un budget susceptible de lui permettre de jouer pour les titres. Car il ne faut pas se leurrer, pour remporter des titres, il faut avoir les moyens pour. Les prévisions étaient de l’ordre de 3 millions de dinars cette saison, or, voilà que débarque la révolution, ses élans de joie et ses contraintes. Sans Promosport, sans droits de télévision, sans l’habituelle aide de la municipalité et des traditionnels amis du club et avec le transfert avorté de Ibrahima Ba, le Stade Tunisien est aujourd’hui à l’arrêt. La solution? Mohamed Derouich propose que les joueurs renoncent à une partie de leurs droits, et ce, en l’absence totale de perspectives. A ce point de la situation, il n’écarte même pas la saison blanche.
C’est, qu’hormis deux ou trois clubs, tous les autres sont dans la même situation.
Ce blocage financier a également un autre coût car, outre l’arrêt de la compétition, c’est tout le programme sportif qui est à la traîne, même si Patrick Liewig se bat tous les jours et se démène pour faire comprendre à ses joueurs que la situation exige des sacrifices et parallèlement le même sérieux au niveau des entraînements. C’est vrai que ce n’est pas évident, mais que nos footballeurs, ceux du Stade Tunisien et les autres sachent qu’ils ne sont pas les seuls dans cette situation et que des sacrifices, tout le monde doit en faire en ce moment.
Temps durs donc pour le Stade Tunisien qui doit toutefois trouver les moyens humains et matériels de ne pas sombrer. Mohamed Derouich a, lui, décidé de partir en fin de saison…
Auteur : Sami AKRIMIA

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 16 Mar - 13:20

Mohamed Dérouiche décidé à passer le témoin dès la fin de l'actuel exercice!

Joint au téléphone dimanche après-midi, pour justement, vérifier la véracité d’une indiscrétion murmurée dans les rues sportives de la localité du Bardo, et, qui commence à prendre de plus en plus d’ampleur, Mohamed Dérouiche, président du Stade Tunisien, ému n’a pas caché son intention, pour quitter le club qu’il cornaque, et ce, dès le mois de juin prochain, c'est-à-dire dès la fin de l’exercice en cours.

Des raisons familiales, et, aussi professionnelles sont derrière cette résolution. Il est également, usé par la pression, mais surtout déçu de se sentir seul, quelque part lâché par des personnes qu’il croyait plus proches de lui. Il annonce avec beaucoup d’amertume son futur départ, mais il promet d’assurer la transition en toute transparence, et, dans les meilleures conditions.
Il chérit trop son club, comme il dit, et, répète, pour ne pas continuer à œuvrer pour le voir toujours aux devants de la scène sportive, et, jure qu’il épaulera de toutes ses forces la future équipe dirigeante, à qui, il n’hésitera pas à préparer le terrain. «Je ne vais pas enfiler des pantoufles, me caler dans un fauteuil, et, ne plus m’engager dans la vie de mon club. Je ferai de mon mieux pour aider au bon fonctionnement de celui-ci, que ce soit sur le plan matériel, financier, ou moral», nous a-t-il déclaré. Ensuite, il nous a ajouté, qu’il passera, très probablement au comité des sages, parce que cette mission de fédérer toutes les forces vives du club, qu’il a toujours visée, sans pouvoir la réaliser, lui tient à cœur. Toutefois, le plus urgent, il est prioritaire dans son esprit, de redonner au club toute sa sérénité. «Je suis conscient que la situation qui prévaut actuellement est très difficile, mais que tout soit clair, tous nos engagements seront respectés», a-t-il conclu.
MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 29 Mar - 14:02

Le Stade Tunisien, pas encore libre !

A propos des nouvelles sportives fusant de la localité du Bardo, il faudra se poser la question, pourquoi, de tous les clubs de Tunisie asphyxiés par cette crise financière qui n’est plus un secret pour personne, seul le Stade Tunisien externalise-t-il, tout son linge sale. Le récent coup d’état avorté, le comportement de quelques supposés proches, et, supporters du club nous procurent matière à réflexion, et, la thèse avancée par la majorité silencieuse, à cet aboutissement justifiant tout ce qui s’est passé dans les coulisses, est la plus plausible.

En fait, l’analyse approfondie de la situation actuelle, nous conduit à la conclusion que des forces ombrageuses cherchent par tous les moyens à faire perdurer cet état patibulaire des choses.

La vérité est que le Stade Tunisien, de par sa situation géographique, et, entouré par des cités des plus populaires du pays, a été depuis une bonne quinzaine d’années, infiltré par la politique. La jeunesse très nombreuse des agglomérations avoisinantes faisait peur à l’ancien régime qui devait avoir un œil, et, surtout une oreille pour contrôler la situation. Et c’est ainsi qu’elle (la politique) s’y est impliquée, s’y est engouffrée, jusqu’au point d’influer sur toutes les décisions.

Tous les bureaux directeurs qui se sont succédé à la tête du Stade Tunisien, n’étaient, en réalité, jamais libres de tous leurs mouvements. Omdas, délégation, comité de coordination (RCD), municipalité, et, même quelques députés devaient être informés de tous les choix, de toutes les résolutions, de tous les débats, de tous les programmes… Bien entendu, tout ce quintette, entretient tout un réseau, introduit au sein même du bureau directeur du ST, de mouchards, d’indicateurs, aux fins d’avoir l’œil à tout, de contrôler tout, bref pour veiller au grain. Les abus sont innombrables, qui à monter en place et lieu de l’ancien stade - où le club a peint ses meilleurs tableaux sportifs, et, qui pouvait très bien devenir un espace vert - un mastodonte de béton, ‘Bardo Centre’ qui n’a fait que générer des problèmes circulation, de pollution (de tout genre), qui à chercher par tous les moyens à liquider la salle couverte (plus de 15OO mÇ), patrimoine national, où des souvenirs impérissables écrits avec des plumes trempées dans l’encre indélébile de l’histoire du club, que cet homme lige qu’est Mohamed Achab a défendu, puis sauvé de l’extorsion…br /br /Bref pour ne pas sortir de notre sujet, nous sommes quasiment sûrs, aujourd’hui que, le Stade Tunisien, est bel et bien victime, de toutes ces anciennes pratiques de personnes balayées de la scène décisionnelle du club, qui enregistrent un manque à gagner, et, qui n’hésitent devant la manipulation de certains supposés proches du club, dans le dessein de fomenter des foyers d’incendie. Interruption des entrainements, injures, et, accusations irrecevables du président du club, critiques infondées du staff technique, insultes grossières de quelques joueurs, tentative de création de ce ridicule comité de ‘sauvetage’ du club, tels sont les menus de ces derniers jours… Que nous sachions la crise financière, est générale, si l’on excepte deux clubs qui n’en sont pas touchés, et de surcroit, le Stade Tunisien, est classé quatrième au championnat, et, qualifié aux quarts en Coupe. De quoi veut-on le sauver? br /br /En tous les cas, la majorité silencieuse des stadistes a commencé à annoncer haut et fort son avis, et, des actions de récusation des comploteurs sont farouchement menées sur certains sites sociaux. Nous avons vu, ipso facto, le weekend dernier, que quelques membres du bureau directeur se sont insurgés sur cette trame maléfique. Ce sont là, les premières salves de réaction, mais, il est temps que le bureau directeur, prenne son courage des deux mains, et, condamne ouvertement cette faune qui gesticule, qui se pavane dans des endroits obscurs, et qui fait tout pour revenir aux méthodes et procédés d’avant le 14 janvier.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 12 Avr - 14:40


Présidence du ST

Anouar Haddad sollicité


Depuis que l’actuel président stadiste Mohamed Dérouiche, a dévoilé son intention de quitter son poste dès la fin du mois en cours, le bureau du vice-président de FTF, Anouar Haddad est assailli par les enfants purs, et, propres du club du Bardo, et ce, aux fins de le pousser à prendre le témoin.


Maintenant que, Ali Hafsi vient de démissionner de son poste, il y a de fortes chances, que tous les membres du bureau fédéral de FTF, lui emboitent le pas. Affaire à suivre, mais ce qui est sûr et certain c’est que, du côté du Bardo, Anouar Haddad, jouit à l’unanimité de l’estime de toute la localité, pour son amour infini au ST, pour son intégrité, et, également, pour son passé irréprochable de responsable. Tout le monde voit en lui le futur président du club.


Union sacrée

Les réunions officieuses des membres de la grande famille stadiste ne se comptent pas, depuis que la nouvelle de la probable démission de Mohamed Dérouiche, a fait le tour des rues sportives du Bardo, comme une trainée de poudre. Cela procure matière à réfléchir, car, la médiocrité bat son plein. Désolant de constater que certains parents de joueurs, certains paumés, certains sans foi ni loi, parlent au nom du Stade Tunisien, et, trouvent des fois un stylo prêt à noter leurs minables remarques, ou un micro disposé à leur offrir une chance pour s’exprimer. La situation est tellement sérieuse qu’un ancien responsable retiré du circuit, mais pas de la vie du club, respecté de tous, Abdelkader Ben Salah, a décidé de prendre son bâton de pèlerin pour réunir toutes les personnes dont les intentions sont sincères, positives, et, transparentes. Il était vraiment temps, car quand on voit, ces derniers temps, les têtes qui parlent au nom du club, on déduit tout de go, que si cela persiste, le ST va droit au mur. Espérons qu’on arrivera au plus vite à enlever toutes ces mauvaises herbes qui poussent dans les parages du club du Bardo.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 19 Avr - 12:23

Nuages persistants

L’équipe du Stade Tunisien avance péniblement comme d’aucuns le constatent, et, franchement, heureusement que son capital-points est assez rassurant, sinon, faute à la démission totale de ses responsables, le pire est envisageable.
Peut-on être plus exigeant des joueurs qui n’ont pas su imposer leurs couleurs face à la JSK? Peut-on faire le moindre reproche au staff technique, lequel, malgré vents et marées assume son rôle de coaching, d’animation, d’éducation?

Nous sommes certains que beaucoup de gens n’ont pas une idée sur l’extraordinaire investissement de Patrick Liewig, et, ses collaborateurs, sur le sacrifice qu’ils sont en train de faire, et, tout le monde est sûr, aujourd’hui, que la majorité des responsables du club, se sont avérés en deça des aspirations escomptées.
Qu’est ce qu’un club dira le plus commun des mortels, sinon qu’un ensemble, de dirigeants, de divers staffs, de bénévoles… Le football est un sport collectif, la bonne marche d’un club dépend aussi de l’entente de toutes ses composantes. Au Stade Tunisien, plus personne n’a cette impression.
Encore une fois, et, quitte à nous seriner, cette histoire de démission du président du club, du silence, et, du retrait de tous ses collaborateurs ou presque, est très mal conçue. Mais comme le coup est parti, plus question de faire marche arrière.
Un groupe de jeunes ‘quinquas’ dont l’appartenance au club est indiscutable joue depuis quelques jours à découvert et ne cache plus ses ambitions, et, c’est tant mieux pour le club. Les Anis Bettaïeb, Adel Chamakh, Anis Ben Mime, Ridha Srasra, Jalel Ben Chaâbane, Kamel Snouissi, Salah Ben Amor, constituent pour le moment le noyau dur, du futur comité directeur qui serait chapeauté, selon certains, par Anouar Haddad. Mais est-ce que ce dernier serait prêt à quitter son actuel poste pour venir au secours de son club? That’s the question!
D’ici l’assemblée, il y a, d’abord un déplacement difficile à négocier, et, quelques problèmes urgents doivent être solutionnés au plus vite… Les petites annonces effrontées que certains petits gestionnaires d’épiceries du coin essaient de véhiculer, comme quoi, la situation financière (qui sera léguée) est stable, sentent bel, et, bien l’odeur de la tartuferie. On se moque de la rectitude orale, car, au fond, elle est diamétralement opposée à ‘leur’ réalité.

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
DenDen



Masculin Nombre de messages : 36
Age : 29
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Jeu 21 Avr - 14:17

Stade Tunisien

Le combat de Patrick



Et s’il n’en restait qu’un, ce sera celui-là…

Le président a pris la poudre d’escampette; un éternel candidat en a profité pour s’autoproclamer président par intérim et sauveur du club; quelques énergumènes ont saccagé une pelouse patiemment et amoureusement entretenue; d’autres viennent régulièrement dans l’intention de régler son compte à l’entraîneur; les joueurs sont impayés et font malgré tout de la résistance; des candidats dont on ne connaît ni les programmes, ni ce qu’ils peuvent vraiment apporter au club; des supporters depuis belle lurette aux abonnés absents; des, des, des… et des dizaines d’autres choses que nous préférons taire par pudeur, pour ne pas insulter tout à la fois l’avenir, le dernier carré des vrais supporters et l’histoire d’un club qui a donné à notre football Diwa, Braïek, Moheiddine, Moncef Chérif, Abdelwahab Lahmar, Abdallah, Ahmed Mghirbi, les frères Kerrit, les frères Limam et bien d’autres encore.

Le désert des Tartares

La situation de Patrick Liewig et du Stade Tunisien nous rappelle étrangement le fabuleux best-seller de Dino Buzzati «Le désert des Tartares», merveilleusement adapté au cinéma par Valerio Zurlini et magistralement interprété par Jacques Perrin.
Le long métrage et le roman traitent de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l’attente et de l’échec, sur fond d’un vieux fort isolé à la frontière du «Royaume» et de «l’Etat du Nord» (le stade du Bardo), séparés par un désert énigmatique (le présent et l’avenir du club). Le lieutenant Drogo (Patrick Liewig) attend la gloire (la restructuration et la renaissance du Stade Tunisien) dont la maladie (ce qui se passe actuellement au club du Bardo) le privera.
En effet, après une longue carrière ritualisée par les activités routinières de la garnison du vieux foot bastion : (le travail de tous les jours, les entraînements, le suivi, etc.), il voit arriver, enfin, l’attaque des Tartares (l’aboutissement du travail, les titres), qui, à force d’être attendue, est devenue mythique.
Evacué pour des raisons médicales (démission, ce qui n’est pas le genre de Patrick ou encore une décision des prochains patrons du ST), Drogo (Patrick, bien sûr) ne participera pas au combat et se rendra compte, à l’heure de son dernier souffle, que son seul ennemi n’était pas les Tartares, mais plutôt la mort. Ainsi, il réalisera que les Tartares n’avaient été qu’un divertissement, une occupation lui ayant permis d’oublier cet ennemi cruel et féroce dont il avait tellement peur. Cette œuvre renvoie pour une part à l’influence (que Buzzati a toujours réfutée) par l’esprit de démission et l’expression de l’impuissance humaine face au labyrinthe d’un monde inintelligible (celui du football tunisien).
Aujourd'hui, le lieutenant Drogo, pardon c’est de Patrick Liewig que nous parlons, bien évidemment, seul ou presque car on doit à la vérité de citer avec Patrick, Raouf Guiga, Lassaâd Mghirbi, Anis Ben Mime, Ridha Frafra, Jalel B. Chaâbane, Abdallah Zdiri, Zied Habri, Adel Chamakh, Hammouda Dridi, Salah Ben Ammar, Ben Gatem Ben Braïek, qui se battent contre la mort lente d’un club tombé dans l’indifférence totale de ses partisans, ou ce qu’il en reste.
Savez-vous, messieurs-dames, stadistes de tous bords, que l’équipe seniors du Stade Tunisien n’a pas 110 dinars pour payer un terrain d’entraînement à Radès ? Savez-vous qu’un stadiste de bonne volonté et qui ne veut pas qu’on cite son nom a glissé mille dinars à Patrick pour que celui-ci résolve de petits problèmes au quotidien?. Savez-vous que Patrick Liewig a une femme malade (nous sommes de tout cœur avec toi Sylvie!) mais qu’il est toujours là à se battre pour le ST ?! Savez-vous enfin que Michael Richardson, fraîchement nommé directeur technique des jeunes au CSS, était le candidat de Patrick, qu’il a tout fait pour le ramener au Stade Tunisien et que l’affaire a bêtement capoté.
Ceci pour rappeler que l’avenir pour le Stade Tunisien, c’est maintenant. Demain, il sera peut-être trop tard. Patrick et les siens ne peuvent faire éternellement de la résistance!

Sami Akrimi (La Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
DenDen



Masculin Nombre de messages : 36
Age : 29
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 30 Avr - 11:23

Le énième sauvetage




• Raouf Guiga, nouveau président par intérim
• Encore un président et encore un petit miracle pour continuer à vivre…


Cela a tout d’abord débuté par la énième grève de joueurs, excédés par le retard de versement des salaires, mais aussi et surtout par une situation à la fois confuse et trouble.
Faut-il en effet rappeler que le président, Mohamed Derouiche, est parti, qu’on chuchote que le passif du club s’élève à presque 700 mille dinars, qu’il n’y a aucun candidat pour le poste de président et que l’Assemblée générale, prévue hier, a été reportée aux calendes grecques.
Comment voulez-vous dans ce cas que les joueurs soient sereins, qu’ils s’entraînent et, surtout, qu’on exige d’eux des résultats ? Pourtant… pourtant, une poignée d’hommes continuent à se battre pour que ce club prestigieux — presque — abandonné par tous continue à vivre. Fût-ce artificiellement…
Ils étaient donc une trentaine à se réunir avant-hier soir pour parer au plus urgent. Une urgence ultérieurement compliquée par le départ de Karim Berbèche, le président par intérim qui a succédé à Mohamed Derouiche. Raouf Guiga devient ainsi le troisième président du Stade Tunisien cette saison et il a bien du mérite d’assumer sa responsabilité en ce moment «dramatique» de la vie du club. L’histoire s’en rappellera comme elle se rappellera de tous ceux qui regardent «leur» club se battre contre la mort dans une salle de … réanimation.
Ils sont donc une trentaine qui continuent à assumer et ils se sont débrouillés avant-hier soir pour faire une collecte qui a rapporté une trentaine de milliers de dinars qui ont déjà permis de régler une partie du salaire de février des joueurs revenus hier après-midi à l’entraînement.
Des joueurs qui ont bien du mérite car ce n’est pas facile pour eux. Et pas seulement sur le plan financier.
Une trentaine de résistants donc, les joueurs et l’incontournable Patrick Liewig qui a tenu à rencontrer avant-hier en fin de matinée les cadres de son équipe. «La situation étant ce qu’elle est, leur a-t-il dit, il est inutile de faire la grève. Il faut se montrer responsable, continuer à se battre et entretenir la flamme».
Ce n’est pas évident mais Patrick Liewig arrive toujours à convaincre ses joueurs car ils ont appris à lui faire confiance.
Dans tout cela, le Stade Tunisien se porte plutôt bien sur le plan sportif avec une cinquième place, à un petit point du CSHL qui se déplace à Gabès. Le Stade Tunisien reçoit pour sa part le CAB et a de fortes chances de se retrouver à la quatrième place. Une belle «humiliation» pour tous ceux qui ont quitté le bateau. Qui ne nourrissent aucun complexe de culpabilité…
Ah, nous avons oublié : merci à maître Anis Ben Mime qui fait très bien son boulot de porte-parole officiel du Stade Tunisien et de… supporter.


Auteur : S.A.(La Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
100%ST
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 233
Age : 37
Date d'inscription : 28/04/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Ven 27 Mai - 13:32

Raouf Guiga (président du Stade Tunisien par intérim)


«Jeridi n’ira pas au CA»






• Une offre pour le gardien au Portugal
Ce n’est pas toujours évident d’aller aux nouvelles dans notre football. En plus du silence qui est le mot d’ordre dans nos clubs, trop d’intervenants, trop de parasites et trop d’intox.
Difficile dans ce cas d’avoir la véritable information.
Une source officielle du Club Africain (un journaliste, ça ne révèle jamais sa source) nous a informés que Rami Jeridi, le gardien du Stade Tunisien, sera la saison prochaine au Club Africain contre 150.000 dinars et le prêt de Khaled Zaïri et le gardien Khayati.
Nous ne nous sommes pas arrêtés là, puisque nous avions contacté hier Raouf Guiga, président par intérim du Stade Tunisien. Il nous a fait l’affirmation suivante : «Tant que je serai à la tête du Stade Tunisien, aucun joueur n’ira à un autre club tunisien. Nous ne répondons qu’à une offre de l’étranger.» Et de poursuivre, «Concernant Jeridi, nous n'avons jamais été contactés par le Club Africain et quand bien même cela pourrait avoir lieu, il n’ira pas au Parc A. Je vais vous faire une confidence : Jeridi détient une offre d’un club portugais de première division».
Dont acte !

Sami Akrimi (La Presse)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Zakia
debutant
debutant


Féminin Nombre de messages : 61
Age : 36
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 5 Juil - 14:48

Le gardien de but Rami Jeridi intransférable

Hier après-midi le comité du Stade Tunisien s’est réuni d’urgence. A l’issue de cette réunion, un consensus s’est dégagé pour préserver le gardien de but Rami Jeridi très sollicité ces derniers temps.

MAE (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakia
debutant
debutant


Féminin Nombre de messages : 61
Age : 36
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 5 Juil - 18:29

La Ligue Nationale de Football Professionnel a décidé aujourd'hui lors de sa réunion
hebdomadaire de déclarer l'Avenir Sportif de la Marsa perdant dans sa rencontre face au Stade Tunisien.

Cette rencontre de la 23ème journée de la Ligue 1 s'est déroulée au Stade de la Marsa et elle est finie sur un résultat nul d'un but partout. Mais le Stade Tunisien avait alors formulé une réserve contre la participation du gardien de but de l'Avenir Sportif de la Marsa Hassene Bejaoui.

Une décision de plus de la part de la Ligue Nationale qui concerne une équipe qui lutte pour son maintien en Ligue 1 et qui en fera sûrement pas détendre l'atmosphère en cette fin de saison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 28 Sep - 20:36


Tournoi de l'amitié, match aller ESS-ST 1-1

Un super Iheb Msekni promu capitaine du Stade Tunisien.

Le match aller de ce tournoi de l'amitié de l'étoile du Sahel entre l'Etoile S. du Sahel et le Stade Tunisien s'est terminé sur le score de un but partout. Le score de parité était logique, les deux équipes procédaient à des essais d'effectifs. Nabil Kouki pour le stade Tunisien a voulu joué avec un bloc haut pour contrer l'évolution de l'équipe étoilée, il a réussi puisqu'il a même monopolisé le ballon et marquer endeans le quart d'heure. Un but de Msekni qui a profité du lenteur de Bejaoui pour lui suptiliser la ball et dribler Mathlouthi sorti à sa rencontre.
La première période était stadiste une seule fois à la 26' Felhi (ESS) a pu inquiété Ramy Jeridi d'un coup de tête suite un coup franc de Marwen el Ghoul. Mehdi ben Dhifallah donnait du fil à retordre à l'arrière garde étoilée épaulé par son jeune coéquipier Ben Ammar. La palme revient au chef d'orchestre Iheb Msekni qui a lui seul a su donner le rythme à cette rencontre, il haussa et diminuer ce rythme comme il voulait.
En seconde période et dès la 46' Ramy Jeridi enleva un but tout fait devant le néo étoilé Hamza Younès qui s'est présenté tête à tête avec lui, Jeridi d'un geste de gardien de Handball devia le ballon et évita l'égalisation. Les étoilés ont durcicé les contacts en cette deuxième période dès fois à la limite de la régularité. L'égalisation pouvait venir à n'importe quel moment sur une phase de jeu sauf sur celui ou l'arbitre accorda un coup franc que lui seul l'a vu et Danniello ne se fait pas prier pour ramener le score à 1-1, Ramy Jeridi a quand même quelque chose à se reprocher sur ce but.
Mondher Kebaier a fait tourné tout son effectif excepté Balbouli et Daniello ont joué toute la rencontre.
Nabil Kouki a procédé à quelques changements mais il n'a pas touché à sa defence qui a donné entière satisfaction, surtout les excentrés Marcel Kouassi à droite et Marwen Tej à gauche. On a vu aussi un très bon milieu stadiste avec comme pivots Oban Kouakou et Melek Landolsi, Mosrati à gauche et Iheb Msekni à la baguette.
On peut dire pour une première apparaition et surtout contre une équipe qui a repris les entrainements depuis presque trois mois, le Stade Tunisien peut être satisfait, lui qui n'a repris que depuis quatre semaines. Les jambes lourdes sont apparues à la fin de la rencontre d'ailleur pour les deux équipes.

Les faits saillants

15' Iheb Msekni pressait Béjaoui qui n'a pas su maitriser le ballon, avec un geste technique de gande classe il mystifia Mathlouthi sortit à sa rencontre et loge le cuir au fond des filets étoilés.
27' Un tir de Mehdi Ben Dhifallah de peu à côté
38' Lamjed Chehoudi tire mais sans inquiété Jeridi
46' Ramy Jeridi sauve son but devant Hamza Younes
55' Iheb Msekni sur une lumineuse passe de Mosrati inquiéta Malthouthi mais son tire du gauche n'etait trop appuyé.
65' Daniello égale sur coup franc à la limite des 18 mètres, malgrès le placement du mur stadiste , le Brésilien l'a contourné et marqua, Ramy Jeridi n'etait pas clean sur ce but.
90'+3 Ramy Jeridi sauve son but sur un tir de Mossaaob Sessi qui se trouva à quelques mètres de Jerdi son envoi n'était pas bien puissant.

Les Formations

ESS : Mathlouthi, Jebnoun (Chagra), Bedoui (Slimène), Felhi (Rafael), Bejaoui (Brigui), Nafkha (MRabet), El Ghoul (Sassi), Daniello, Meité (Ltifi), Chehoudi (Lahmar), Younès (Adams). Entr : Mondher Kebaier

ST : Jeridi, Kouassi, Guizeni, Ayari, Tej, Oban, Landolssi (Ouerteni), Msekni (Touzri), Mosrati, B. Ammar (Chaaleni), B. Dhifallah (Maatoug). Entr : Nabil Kouki

Arbitre : Naaim Hosni

Footn (RadioBardo.com)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Zakia
debutant
debutant


Féminin Nombre de messages : 61
Age : 36
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 5 Nov - 22:32

USMo - ST (0-1)
Le réalisme des Stadistes
L’USMo cueillie à froid !


Le duel entre l’USMo et le ST a tourné à l’avantage des visiteurs, grâce à l’opportunisme de leur attaquant Selliti (57’), lorsqu’il hérita d’une belle remise de Msakni pour se déjouer de son ange gardien et s’en aller battre Braik impuissant. Pourtant ce n’est pas faute d’avoir tout essayé et cela dés la 2’ lorsque le remuant Ogbonna rata l’aubaine d’ouvrir le score. les locaux ont peut-être pêché par précipitation et manque de sérénité dans l’organisation du jeu .

La maladresse des « usémistes »
La partie qui fut entamée sur un rythme lent gagna en intensité au fur et a mesure que les deux équipes retrouvèrent leurs marques après plus de cinq mois d’inactivité. Le jeu resta limité à la zone médiane tant les deux équipes jouèrent la prudence excessive parfois. Ce qui n’a pas empêché les bleus de prendre l’initiative ( 16’ tir puissant de Derbali détourné par Jeridi) pour se montrer dangereux devant la cage de ce dernier (21’, 30’ et 40’). Mais toutes ces tentatives demeurent infructueuses tant le gardien stadiste était dans un grand jour. Le ST, en revanche, très vigilant en défense procéda par des contre rapides où la dextérité d’un certain Msakni n’est pas absente pour mettre Selliti et Ben Ammar dans de bonnes positions face au but adverse.
En seconde période, conscients que pour gagner il faut marquer, les usémistes se lancèrent à l’attaque (46’ 49’ Ogbonna et Nasri faillirent encore une fois ouvrir le score mais en vain) pour tenter de surprendre l’adversaire mais c’était sans compter sur le métier de Selliti pour profiter de la remise de son coéquipier pour prendre l’avantage. Ce fut la douche froide au stade Ben Jennet. Touché dans leur orgueil, les joueurs de l’USMo jettent toutes leurs forces dans la bataille. Mais l’énervement gagnant les esprits, les usémistes en dépit de nombreuses actions entreprises pour tenter de rétablir la situation ne parvinrent point, tant la précipitation et la maladresse sont légions dans le camp des bleus. Même les changements opérés par Belhout pour donner un second souffle au groupe n’ont pas été probants. En effet, les stadistes plus réalistes sont restés dangereux en profitant des espaces concédés par les locaux. Le score resta inchangé.
Au delà du fait qui gagne et qui perd, il est une certitude que quand l’arbitre se montre trop hésitant dans ses interventions, il met les deux équipes d’accord pour fustiger la prestation de ce dernier. C’était le cas hier à Monastir où il a distribué 8 cartons jaunes (6 ST, 2 USMo), sans parler de l’arrêt de la partie pendant quatre minutes. Autant dire qu’il n’y aura pas de jeu sans un bon arbitrage.
Sadok SLIMANE

Synopsis

Stade Ben Jennet. Public moyen. Pelouse en bon état . Temps nuageux.
But : Selliti 57’
USMo : Braik, Ladab, Makhlouf, Ayadi, Derbali, Tka, Essnani ( Ben Romdhane 71’), Gani (Din Din 71’), Hannachi, Ogbonna, Seghair (Chka 81’)
ST : Jeridi, Kouassi, Tej, Ayari, Guizani, Kouakou, Landoulsi (Zakkar 84’), Msakni, Mosrati, Selliti (Dhiffalah 67’), Ben Ammar ( Chaâlani 90’).
Avertissements : Jeridi, Kouassi, Tej, Ayari, Kouakou, Mosrati (ST) Makhlouf, Tka (USMo)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zakia
debutant
debutant


Féminin Nombre de messages : 61
Age : 36
Date d'inscription : 19/10/2010

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 28 Fév - 16:41

3ème défaite consécutive !
Où va le Stade Tunisien ?


Dans notre couverture du ‘non-match’ livré par le Stade Tunisien face à cette, ô combien sympathique équipe gafsienne, nous avions évoqué les errements de tous les joueurs de champs stadistes, ou, presque, et, aussi des erreurs de choix du staff technique. Mais avant de décortiquer ces deux volets, analysons sommairement le rendement individuel des joueurs qui avaient pris part à cette rencontre.


En deçà des aspirations!

On avait peur pour Belkhodja qui manque de compétition, et, finalement le remplaçant de Jeridi, est à créditer d’une sortie honnête. Il ne pouvait rien sur le but encaissé. Le jeune Mejri ne peut pas être jugé pour son premier match chez les grands. Il est loin de faire l’unanimité autour de sa prestation, et, s’il veut se frayer du chemin, il doit beaucoup travailler. Zakkar, ne fait pas l’affaire sur le flanc, car défensivement, il est dépassé, et, offensivement, il n’a été d’aucune utilité. Ses sautes de concentration lui ont valu le carton rouge. Inacceptable de la part d’un joueur dit professionnel. Les fautes commises par Guizani sont inadmissibles. Discuter inutilement avec l’arbitre, et, commettre une faute aussi banale que celle qui lui a coûté une deuxième biscotte, synonyme d’expulsion, cela ne pardonne pas dans le haut niveau. S’il ne retient pas la leçon, il n’ira pas loin dans sa carrière. Ayari, un joueur d’expérience, n’a pas l’étoffe d’un leader de la défense. La fougue, seule, s’est avérée insuffisante. Il lui manque la tête. Il s’exprime mieux sur le flanc gauche. Là, il commet moins de fautes. Aubin, est encore jeune, et il a encore beaucoup à apprendre, mais, franchement dans un tel milieu (niveau technique très moyen de ses compères), il ne pourra pas évoluer. Dommage, il a tout d’un grand. Landolsi, a de bonnes intentions, mais tant qu’il ne se défait pas de certains réflexes, tel que le jeu pour la parade, il va stagner. Mosrati, lui, c’est la pluie, et, le beau temps. Irrégulier, s’il ne se ressaisit pas, il finira pas perdre sa place de titulaire. Ben Ammar, lui, n’a pas eu son rendement habituel, bien au-dessus de la moyenne. Il a été sacrifié par son staff technique. Le poste de Denisio, ou celui de Selliti lui vont mieux. Justement, Denisio, parlons-en! Que fait ce papy au Stade Tunisien? Quand on engage un étranger, il est impératif qu’il ramène une plus-value au groupe, sinon on ne doit pas le faire. Du côté du Bardo, le copinage bat son plein. ‘Les copains d’abord’ disait Brassens. Selliti affaibli par des bobos de santé récurrents, n’est plus le joueur que l’on a connu. Des piges au Stade Tunisien, au crépuscule d’une carrière ne se refusent pas. Voyons maintenant les prestations de remplaçants. Le jeune Dridi dont tout le monde parlait il y a trois ans n’a pas progressé d’un pouce. Un seul assaut en quarante-cinq minutes de jeu, c’est insuffisant. Tant qu’il s’occupe plus de son look, tant qu’il ne veut jouer que pour lui, il ne sera jamais titulaire. Un joueur qui a beaucoup reçu du club, sans jamais rien donner en contrepartie. Akrout est un joueur assouvi, accompli, depuis belle lurette, et, avec tout le respect qu’on lui doit, et avec son physique imparfait, son retour ne s’imposait pas du tout. L’affection a beaucoup plus compté que la raison dans cette affaire. Il nous reste à discuter de Sallami, le seul joueur qui ait tiré son épingle du jeu, pour le peu de temps qu’il a disputé. Il a fait de son mieux pour mettre un peu d’ordre dans la maison, mais le rejet de toute discipline de jeu de ses camarades était incurable.

Insuffisance collective

Depuis que la balle est ronde, Il est connu que, lorsqu’une formation perd tous ses duels individuels, elle ne réussit en général rien de bon sur le plan collectif. Le Stade Tunisien, a de nouveau pris de l’eau, tout simplement par ce qu’il manque de leader, de réalisme, de rigueur en défense, et, surtout de munitions offensives. Il faut comprendre que l’effectif actuel est limité, et, qu’il faut le prendre par conséquent comme tel. On ne peut rien reprocher au coach principal qui vient à peine d’arriver, mais par contre, et, quitte à nous seriner, il y a encore beaucoup à dire sur l’éviction ‘programmée’ de Moncef Ben Saïd, ancien membre du staff technique, qui connaît mieux que quiconque la valeur réelle des joueurs. A-t-on tout dit (la valeur des potentialités) à Hubert Vélud? Franchement, personne n’y croit. Bien entendu, certains choix ont troublé plus d’un. Avant-hier, Ben Ammar, n’aurait pas dû jouer à ce poste. Denisio, et, Selliti ont été des pétards mouillés. Au milieu, on n’a rien compris des rôles de chacun. Derrière, tous ceux qui ont vu les débats s’accordent à dire que Zakkar était en difficulté sur le flanc gauche, et, qu’il fallait soit le sortir, soit encore le glisser dans l’axe, et envoyer à sa place Ayari. Autre chose encore, s’est-on réellement penché sur la gestion psychologique du groupe? Il est tout de même ahurissant de voir, à chaque match un ou deux cartons rouges brandis aux nez des joueurs… Lors de ce match, on n’avait jamais senti ou remarqué une joie de jouer, même insignifiante, une quelconque union ou solidarité entre les acteurs, et cela ne peut qu’être le reflet des dissensions entre les membres du bureau directeur, lesquels, ne partagent pas les mêmes idées…
Pointé du doigt par les supporters le bureau directeur, déjà sous une pluie de critiques, risque d’en prendre sérieusement pour son grade, si l’équipe n’arrive pas à s’extirper de cette spirale négative où elle est installée.
MAE (Le Temps)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Dim 4 Mar - 12:45

CAB - ST
Côté bizertin : La passe de huit ?
Côté stadiste : Prudence !


Mis sur orbite, suite à une entame sur les chapeaux de roues qui fut suivi d’une reprise en trombe de la compétition, totalisant sept victoires, l’ensemble cabiste espère bien réussir la passe de huit en vue de confirmé sa forme du moment et réussir un autre succès afin de préservé son invincibilité et son leadership ce dimanche devant son homologue Stadiste, considéré comme sa bête noir…

Voilà, pourquoi on a vu, les coéquipiers de Ben Mustapha très concentrés sur leur sujet, lors des séances d’entraînements de la semaine,. Néanmoins, Maher Kanzari, l’entraîneur cabiste qui connaît assez bien son adversaire du jour, demeure confiant en les possibilités de son équipe qui sera pourtant privée des services de son latéral gauche Houssem Haj Mabrouk pour cumul de trois cartons jaunes, tout comme l’attaquant Libyen Ahmed Mahmoud Zway blessé

Bonne application
Ceci dit, le coach bizertin a soumis ses joueurs des séances d’entraînements intenses, axées sur la coordination entre les trois compartiments qui doivent évoluer en bloc pour ne pas céder d’espace à leur adversaire stadiste. Les exercices poussés, mettant les joueurs dans différentes situations qu’ils peuvent rencontrer en cours de jeu ont été privilégiés par Kanzari .Pour le dynamique pivot Hatten Baratli « C’est un match difficile mais très important pour nous, afin de réussir la victoire. Sans mésestimer la valeur de notre hôte qui demeure difficile à manier même loin de son fief, nous somme déterminés à réussir une autre victoire salvatrice pour rassurer notre public car nous tenons à réussir une saison exceptionnelle » devait affirmer Baratli.
L’équipe cabiste a effectué hier matin son ultime séance d’entraînement ,ce qui a permis au coach Maher Kanzari de jauger du degré d’assimilation de la stratégie préconisée pour ce débat devant le ST, mais aussi d’arrêter à un ou deux éléments prés la formation rentrante .
Pour ce qui est de la formation, Kanzari alignera à un élément près l’équipe qui lui a donné satisfaction lors du test d’application, avec Ben Mustapha dans la cage, Mathlouthi, Kchok, Jabeur et Ben Amor en défense, Baratli, Harran, Youssoufa et Harbaoui à l’entrejeu alors que le duo de l’attaque sera composé de Hadhrya – Salhi dont les progrès sont tangibles
Formation probable :
CAB : F.Ben Mustapha – H.Mathlouthi – S Kchok - L.Jabeur - K.Ben Amor - H.Baratli - H.Harran – Youssoufa – H.Harbaoui - N.Hadhrya et Y.Salhi

Larbi Mdaissi (Le Temps)

Côté stadiste : Prudence !
Incapable de décrocher le moindre point depuis trois matches déjà, le Stade Tunisien, se déplacera à Bizerte avec le ferme espoir de ramener, pourquoi pas, une victoire dans sa bandoulière, ou à défaut un petit point.
Contre le CAB, une équipe très affûtée, très en confiance cette saison, la tâche ne sera pas facile du tout, car il faudra au club du Bardo, être costaud, vigilant, et, efficace. Trois vertus qui lui manquent, à cause de la valeur technique très moyenne de l’effectif, de quelques erreurs de managérat, et, aussi, surtout, à cause de l’insouciance, et, de l’inexpérience du prétendu bureau directeur.
Le coach français Hubert Vélud, fait de son mieux pour ramer ‘l’état des choses’ à la normale, mais, d’après un responsable que a préféré s’exprimer sous le seau de l’anonymat, il se trouve être trop seul. Pour mettre en place un projet cohérent, acceptable, il risque de perdre encore plus de temps encore…

Formation remodelée
Abandonnons ces détails à qui de droit, et, occupons de football pur. Le Stade Tunisien, à son corps défendant, s’est installé dans une spirale négative d’où il n’arrive plus à s’extirper, comme en témoignent les trois défaites successives subies. Là bien des questions taraudent les esprits : pourquoi est-ce que les responsables du club surestiment la cotation de leur joueurs? Font-ils exprès pour foutre le club dans le creux, parce que animés par un autre autre projet qui déstabilisera encore plus le club, comme le murmurent certains proches? Pourquoi certains recrutements? Pourquoi cette négligence entière du volet psychologique, expliquée par des prestations nulles de certains joueurs?... Le plus important est de savoir aujourd’hui si certaines carences ont été soignées en cette semaine. Le match de tout à l’heure est synonyme de test grandeur nature pour tout le club du Bardo. S’il arrive à obtenir de ce déplacement périlleux, il fera taire un tant soit peu ces ruches qui bourdonnent dans les rues de la localité. S’il n’y arrive pas, bonjour tristesse !

En tous les cas, les répétitions générales se sont dans l’ensemble déroulées correctement, mais le coach principal n’a rien laissé filtrer quant au choix de l’équipe type qui va débuter tout à l’heure? Quel sera l’arrière d’aile? Fera-t-il confiance à Tej revenu de blessure, ou lancera-t-il le jeune Sahraoui? Est-ce que Aubin sera comme d’habitude au milieu, ou, glissera dans l’axe. Auquel cas, cédera-t-il sa place à Mabrouki, un revenant. Verra-t-on dans ce compartiment intermédiaire le retour de Martial, ou sera-t-il placé à droite de la défense, à la place du jeune Mejri? Est-ce que Sallami sera aligné d’entrée? Devant, il sera imprudent de titulariser d’entrée deux attaquants, et, c’est pour cela nous pensons que seul Selliti, sera le fer de lance.
Voila un peu le topo de la situation du côté du Bardo. Est-ce que les ‘vert et rouge’ ont de quoi créer la surprise de la journée sur un terrain pas très accueillant, cette saison? La réponse, nous l’aurons tout à l’heure.
Formation probable :
Belkhodja – Mejri – Tej – Mabrouki – Ayari – Aubin – Martial – Mosrati – Sallami - Ben Ammar – Selliti
MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 10 Mar - 23:16

Ligue 1 - 10ème journée : ST – ESBK (1-1)

Les Stadistes méritaient mieux!



Entre deux équipes encore loin de leurs standards, mais sur la bonne voie de guérison, les débats n’étaient pas aussi colorés qu’on souhaitait. En première période, d’un côté comme de l’autre, on était incapable de trouver l’ouverture en dépit des occasions procurées. Les visiteurs avaient failli créer la surprise dès la quatrième minute de jeu, suite à une sortie hasardeuse de Belkhodja, Amamou ne trouve pas le cadre.
Depuis cette alerte, le Stade Tunisien avait pris les choses en main, comme on dit communément, mais les imperfections dans le jeu (incapacité à pouvoir aligner quatre ou cinq passes justes, et, successives), le manque manifeste de concentration dans le dernier geste, ont fait que le score de parité devait en rester là. A la 14ème minute, une belle action chorale locale au terme de quoi, la balle échoue sur Maâtoug, dont le tir a été repoussé par le keeper visiteurs Helal. Vers la 17ème minute le poteau gauche de Hélal refuse le but à Kouassi, et, sur la même occasion, Amamou sauve sur la ligne une balle (Emmanuel) qui filait dans les filets, puis, le même Hélal réalise un miracle en effaçant un but tout fait à Maâtoug.
Au retour des vestiaires, les Stadistes avaient imprimé à ces débats mornes quelques rayons de lumière, mais n’arrivaient pas à trouver la faille. Vers la 63ème , un coup franc bien botté par Mahjoubi, donne l’occasion à Ben Hammouda auteur d’une bonne prestation, de corriger la trajectoire de la balle. La défense stadiste dont le marquage a été très élastique a été punie. Piqués dans leur amour propre, les hommes de Vélud ne tardèrent pas à réagir. Quatre minutes après, Dridi, lancé par son coach pour rafraichir le jeu, déborde deux joueurs adverses avant de déposer la balle dans les pieds de Sallami, dont le tir a soulagé tous les siens. La domination locale ne souffrait d’aucune contestation, et, les cinq dernières minutes, puis les cinq additionnelles étaient palpitantes. D’abord, à la 86ème, le tir du jeune Aubin a failli faire mouche sans le réflexe de Hélal, qui détourne difficilement des pieds. Deux minutes après, le montant du même gardien refuse un but à Sallami. Et, enfin dans le temps additionnel le capitaine stadiste avait le but du KO au bout des crampons, mais à force de vouloir réussir son geste technique, il a fini par rater sa tentative. Le score devait en rester là. Un mot sur l’arbitrage de M. Hachefi avant de clore. A la 34ème minute de la rencontre le défenseur des visiteurs Bacha, déjà averti, avait cisaillé Sallami. La faute (évidente) a été relevée, mais le joueur n’a pas été sanctionné. A dix contre onze, le match aurait pu avoir,peut être, une autre issue.
MAE (Le Temps)

Synopsis
Stade Olympique d’El Menzah.
Temps froid.
Pelouse assez grasse

ST – ESBK : 1 à 1
Buts de : Ben Hammouda (63ème) pour l’ESBK, et, Sallami (67ème) pour le ST.
Arbitrage de : Abdelhamid Hachefi assisté par Salah Ben Rekaya, et, Wael Ayed.
Quatrième arbitre : Haythem Guirat.
Commissaire du match : Ammar Mattoussi.
Formations des deux équipes :
ST : Belkhodja – Kouassi – Sahraoui – Ayari – Guizani– Aubin – Maâtoug – Tej - Sallami – Emmanuel – Ben Ammar.
ESBK : Helal – Testouri – Ouerghemmi - Bacha – Amamou – Mahjoubi – Ben Fadhel - Amara - Dhaou - Ghannam - Ben Hammouda
Joueurs avertis :
ST : Sallami (35ème).
ESBK : Bacha (22ème), et, M’bengue (79ème).
Remplacements :
ST :
Maâtoug par Akrout (61ème), Ben Ammar par Dridi (65ème), et, Emmanuel par Mosrati (70ème).
ESBK : Ghannam par M’bengue (55ème), Mahjoubi par Mathlouthi (85ème), Dhaou par Medighri (90ème).

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Dim 29 Avr - 12:11



Hier en match avancé: ST – USMO (1 – 1)
Equitable
Le duel ST – USMO ne manque pas de piment, du moins sur le papier. Celui d’hier, représentait un bon examen de passage pour les deux clubs, lesquels, à mi-parcours de l’exercice, sont très loin de leurs standards, puisque flirtant avec cette zone dangereuse dite aussi de relégation.

Il est difficile d’expliquer la lenteur du jeu. La chaleur surprenante y était certainement pour quelque chose. En tous les cas, la première tranche de la rencontre était légèrement dominée par une équipe locale, conduite par un Oussama Sallami des grands jours, seul joueur à avoir su imprimer quelques rayons de lumière. Il était à l’origine du but marqué par les siens, vers la 24ème minute. Un but beau dans sa construction, splendide dans son finish. Comme à l’entrainement le Gaucher dépose la balle sur la tête de Mabrouki, lequel corrige la trajectoire, pour permettre à Ben Ammar de reprendre du gauche dans les filets de l’excellent Z’hani. Le Stade Tunisien domine les débats, mais, manquant de munitions en attaque, il n’a pas été capable, d’amplifier le score. De son côté, l’USMO, n’a pas été très menaçant, mais, il a eu tout de même deux belles occasions pour revenir au score, d’abord par Boukorrâa, dont la ‘tête’ rate de peu le cadre (26ème), et, ensuite par Derbali, dont le puissant coup franc ne passe pas loin (40ème).
Changement de décor
Au retour des vestiaires, la souveraineté change de camp. Les mouvements entrepris par le coach monastirien dans le but de rafraîchir le jeu, et, donner plus de mordant à l’attaque avait donné bien des fruits. D’abord, Ogbonna, avait le but d’égalisation au bout des crampons, mais il a refusé le caviar offert par… Mabrouki. Il faut dire aussi que le jeune keeper stadiste a fait le nécessaire en corrigeant la grossière erreur de son aîné. C’était vers la 50ème minute. Sans leurs surprenantes imperfections, les visiteurs, qui n’avaient plus rien concédé aux locaux, auraient pu donner du travail au préposé au tableau d’affichage, tant leur supériorité été hégémonique. Ils avaient pu revenir au score par le jeune, (et, séduisant) Machmoum, vers la 67ème, mais ils n’avaient pas trop cru en leur chance. Dès qu’ils montraient le bout de leurs nez, leurs adversaires de la défense stadiste tombaient dans un total désarroi. Le flanc gauche stadiste était quasiment une autoroute sans péage. Bani commettait trop d’erreurs inutiles. Guizani semblait par moments dépassé.
MAE (Le Temps)

Synopsis

Stade Olympique d’El Menzah
Temps chaud
Vent assez léger
Pelouse en bon état
ST – USMO : 1 à 1
Buts de : Ben Ammar, à la 24ème, pour le ST, et, Zied Machmoum, à la 67ème, pour l’USMO.
Arbitrage de Yassine Harrouche, assisté par Yamen Mallouchi, et, Mohamed Mazigh.
4ème arbitre : Sassi Turki
Formations des deux équipes :
ST :
Saïfeddine Mahouachi – Fakhreddine Bani – Hamza Zakkar – Mohamed Ali Guizani – Hamdi Mabrouki – Aubin Kouekou – Marouène Tej – Majdi Mosrati – Mohamed Ben Ammar – Oussama Sallami – Denision Mendes.
USMO : Hichem Z’hani – Saïf Tka – Kaïes Makhlouf – Zied Derbali – Amine Kammoun – Nidhal Saïd – Maher Hannachi – Nizar Boukorrâa – Mohamed Ali Aslani – Sadat Bukhari – Onana Ogbonna.
Joueurs avertis :
ST:
Oussama Sallami, Marouène Tej, Hamdi Mabrouki, et Kakhreddine Bani.
USMO: Saïf Tka, Amine Kammoun.
Changements:
ST:
Sallami par Malek Landolsi (52ème), Ben Ammar par Charfeddine Kochti, (75ème), Tej par Houssème Dridi (86ème).
USMO: Boukorrâa, par Slim Jedaïed (46ème), Aslani par Zied Mechmoum (46ème), et, Ogbonna par Mehdi Saâda (88ème).

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Sam 5 Mai - 19:03

Sellami rétabli

Le leader stadiste dont la sortie, suite à une blessure lors de la dernière ronde, a laissé un grand vide au niveau de l’animation du jeu, semble rétabli, puisque les examens médicaux subis n’ont rien décelé de méchant. Il a repris les entraînements mercredi avec tous ses camarades, et, si tout se passe bien, il sera du déplacement à Zarzis.

Difficultés financières
La crise financière qui sévit au Stade Tunisien (voir les autres disciplines aussi) ne semble pas vouloir desserrer ses crocs. Il y a au niveau de l’équipe première une grogne qui risque de s’amplifier au point de devenir un petit mouvement de grève, comme affirmé par ‘enfant du club’ qui a préféré se prononcer sous le seau de l’anonymat. En tous les cas, chèques impayés, demi-salaires attribués aux fins de taire les mauvaises langues ne sont plus un secret pour personne. A quand le règlement de la situation?
Un figurant de luxe
Tous ceux qui ont vu le match ST – USMO de dimanche dernier s’accordent à dire que la prestation de Denisio Mendes a été opaque. Il s’est procuré une belle opportunité, une seule, pour maquer un but, mais il a été incapable d’en tirer profit. Personne ne comprend pour quoi le staff technique tient encore à lui. Nous respectons l’homme qu’il est, mais le joueur, n’est d’aucune utilité au club du Bardo. Il est engagé pour donner une plus value à l’attaque, mais celle-ci ne viendra jamais avec ce genre de contribution quasi nulle. Il s’affirme de plus en plus que le dossier de recrutement n’est pas net.

M.A.E (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 8 Mai - 15:57

• Les Stadistes accusent l’arbitrage

Qui aurait misé sur un retour au score des Zarzissiens puis la victoire après avoir été menés deux zéro par les stadistes durant quasiment toute la première période du match ? Personne ou presque au sein de la famille sudiste en raison d’une prestation catastrophique au cours des premières quarante cinq minutes des équipiers du capitaine Mnafeg hors du coup , brouillant , lourd et méconnaissable. Ghazi Ghrairi , l’entraîneur local , a bien fait de le changer dès l’entame de la seconde mi-temps alors que le score était de deux buts à un en faveur des visiteurs.

Cette titularisation de son capitaine après une longue absence de deux mois pour blessure , le coach l’a implicitement reconnue au sifflet final de l’arbitre Jaouadi « Notre première mi-temps , reconnut-il , fut très en deçà de nos attentes ; mes joueurs furent méconnaissables , mais dès le début du second half , nous nous sommes empressés de rectifier le tir en procédant à des changements de joueurs et et de positionnement tactique avec l’incorporation de Hsine Idrissi, un régisseur et un élément de plus dans le compartiment offensif ; cette option a surpris l’adversaire , l’a contraint aux erreurs et a permis aux miens d’abord de revenir au score puis de prendre le dessus .» Les zarzissiens doivent aussi leur retour dans le match en grande partie à leur avant de pointe Maher Ameur très mobile , rapide et généreux dans l’effort qui , au temps additionnel du premier half , réussit l’exploit , d’un geste technique rare , à réduire le score et surtout de permettre à ses camarades d’espérer . Car la seconde mi-temps fut en grande partie la leur même si leur manière de jouer ne s’améliora guère beaucoup . Leur mérite fut d’avoir cru jusqu’au bout en leur chance , d’où un grand nombre d’occasions de buts , le plus important parmi toutes les rencontres disputées à domicile cette saison . En une mi-temps , les Abbès , Koffi , Ameur et Slama en particulier firent étalage d’une grande classe et eurent en retour d’un grand hommage de la part de la poignée de supporters présents sur les travées du terrain municipal de Zarzis .
Khaled Ben Sassi , le premier responsable technique stadiste et ses collaborateurs ainsi que les accompagnateurs étaient le moins que l’on puisse dire très critiques envers l’arbitrage de Nasrallah Jaouadi qu’ils accusent d’avoir été , par sa partialité et sa mauvaise foi à l’origine de leur défaite « Je me demande , s’interrogea l’entraîneur stadiste , pourquoi la commission d’arbitrage tient-elle à nous désigner ce référée ; notre échec aujourd’hui à rentrer chez nous sans les trois points de la victoire est du à la partialité et aux étroits calculs de l’arbitre .» Cette colère du technicien stadiste et son emportement contre l’arbitre Jaouadi qui , de l’avis de tous les présents , n’avait pas commis de grandes erreurs , ne doivent pas occulter sa responsabilité en premier ainsi que celle de ses joueurs dans le retournement de la situation en faveur de leurs adversaires . Sinon comment expliquer leur effondrement au cours de la seconde mi-temps face à un ensemble zarzissien qui ne leur fut à aucun moment supérieur ? La tactique préconisée par Ben Sassi surtout après les deux buts réussis aux 24 et 35 èmes minutes par Mehdi Ouertani et Hamdi Mabrouk ne fut tout simplement pas la mieux adaptée au contexte d’un match à l’extérieur , de l’absence des ténors de son équipe Sellami, Selliti, Ayari et Belkhoja et surtout du classement des siens dans la zone rouge : au lieu d’attendre derrière et de miser sur des contres , il a laissé le champ libre aux attaquants locaux de se créer un grand nombre d’occasions de buts qui les ont encouragées à aller de l’avant et d’inverser une situation plutôt compromise . Au vu de leur prestation à Zarzis , les stadistes auront encore à se surpasser davantage pour pouvoir remonter au classement et sauver une saison des plus délicates .
Hédi OMRANI (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Jeu 14 Fév - 14:48

Après ESHS - ST (1-1)
Entre doutes et certitudes


On ne peut dire de la confrontation ESHS-ST qu’elle fut « potable » sur le plan technique. Certes les deux équipes ont repris la compétition avec davantage de doutes que de certitudes, il n’en demeure pas moins vrai que le peu de réalisme dont ils ont fait preuve a été payant pour que le ST ouvre la marque avant que son hôte ne se ressaisisse en égalisant deux minutes plus tard.

Hammamis et stadistes font du surplace en se neutralisant. Est-ce à dire que ces deux équipes ont du mal à enclencher la vitesse pour démarrer ?
Dominer n’est pas forcément gagner
C’est du reste ce que staff technique et joueurs doivent retenir enseignement de leur confrontation avec le ST. Nul doute ceux qui ont assisté au match, ont pu noter la bonne prestation des protégés de Laâssad Dridi. Dominant leur adversaire pratiquement de bout en bout, les joueurs de l’Espoir ont été tout simplement appliqués. Grâce à l’entente presque parfaite des joueurs du milieu, Kaouème, Ben Ronmdhane ( tous deux, des anciens de l’USMo) qui ont été d’une grande clairvoyance pour assurer la bonne circulation du jeu, l’Espoir a su et pu imposer son tempo à l’adversaire. Multipliant les actions en usant des couloirs, notamment droit où l’ex- clubiste Marzouki a été actif en gagnant ses duels avec Tej, les camarades de Ayari ont pu se procurer pas mal d’ occasions de but qu’ils ont hélas mal exploités ; il est vrai que la différence de gabarit entre Rouid et Mabrouk d’un côté (ST) et Bachouche de l’autre (ESHS) explique la difficulté des avants de l’ESHS à pouvoir percer le mur adverse. Par ailleurs, le choix tactique fait par le staff technique de compter sur la vivacité de Bachouche plutôt que sur la solidité d’un revenant Aymen Soltani n’était pas probant. La preuve ? A peine quelques minutes après son entré sur le terrain, Soltani toujours à l’affût n’a pas manqué de profiter d’une mauvaise appréciation dans la trajectoire de la balle du gardien stadiste Khalloufi pour pousser la balle au fond des filets. En cette phase difficile de rude concurrence les points sont chers, L’Espoir en a perdu deux qui risquent de peser lourd lors du décompte final.
Lenteur dans la manœuvre
S’il est vrai que le ST a pu récupérer un point de son déplacement à Hammam-Sousse, il est tout aussi vrai qu’il ne pouvait en espérer davantage contrairement à ce qu’a pu déclarer son entraineur-adjoint , Khalil Berbéche, à la fin du match. En effet, les stadistes, qui étaient bien dominés en première période, ont pu relever la tête en seconde mi-temps et ce en dépit de leur infériorité numérique sur le terrain après l’expulsion de Karim Ben Amor. Certes plus accrocheurs gagnant surtout leurs duels défensifs (après le repositionnement de Mabrouk dans l’axe), les camarades de Tej, se ont portés aux avants postes mais leur démarche manquait de spontanéité et surtout de fluidité. Bref la lenteur relevée dans la progression de la balle, compte tenu du repli rapide et stratégique des récupérateurs locaux, n’était pas de nature à inquiéter l’adversaire. Conséquence ? Peu de réelles occasions de buts sauf sur l’action qui a précédé le but quand tactiquement les « verts et rouges » ont opté pour le jeu long finalement payant puisqu’il a permis aux visiteurs d’ouvrir le score. Mais là également, force de constater la moyenne prestation des stadistes au niveau de l’animation offensive ainsi d’ailleurs que l’absence de soutien des latéraux Bahri et Tej pour faire le surnombre au moment où leur équipe en a le plus besoin. Tant le résultat du match que l’actuel classement de l’équipe ne correspondent au standing de ce grand club qui peine à se défaire de ses doutes.

Sadok SLIMANE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mer 20 Fév - 13:29


كمال السنوسي يطلق صيحة فزع : «البقلاوة» مهددة بالاضمحلال.. ملف المساكني شائك ولا مفر من «البيع»
الثلاثاء 19 فيفري 2013 الساعة 10:15:34 بتوقيت تونس العاصمة


انتظرت «البقلاوة» ست جولات لتعود مجددا إلى سكّة الانتصارات وهو ما أسعد رئيس الفريق كمال السنوسي ولكنه لم يخف في المقابل تخوفه من الأزمة المالية التي يواجهها فريق باردو.


«الشروق» التقت كمال السنوسي أثناء مباراة الملعب التونسي أمام قوافل قفصة وتحدثت إليه بخصوص الوضعية الحالية للبقلاوة فأكد لنا ما يلي:
«يمر الملعب التونسي في الوقت الراهن بأزمة مالية خانقة حيث أصبحت ديون الفريق تقدر بثلاثة مليارات ونصف وهو ما يعادل مرّة ونصفا ميزانية النادي».

أعلمت الوزير بوضعية الفريق

وأضاف السنوسي قائلا: «لقد أعلمت وزير الشباب والرياضة طارق ذياب بهذا الوضع الشائك الذي يعرفه فريقنا وذلك في محاولة من الهيئة المديرة لإيجاد الحلول الكفيلة بتجاوز هذه الأزمة المالية خاصة أنه لا يهم أبناء باردو فحسب وإنما يهم صرحا كرويا يحظى بمتابعة العديد من الأحباء في مناطق مختلفة من تونس لذلك ينبغي توحيد المجهودات لإنقاذه».

نعم نخشى على الفريق من «الاضمحلال»

وفي سؤال عن دور رجالات الفريق لمساعدة الهيئة المديرة على تطويق هذه الأزمة قال السنوسي: «شخصيا أرحّب بكل المبادرات التي قد تصدر عن رجالات الفريق بهدف توفير موارد مالية للنادي ولكن على أرض الواقع لا وجود لما يعرف بـ«رجالات النادي» إلا على الورق وأتمنى شخصيا أن يتحركوا لنجدة الفريق الذي أصبحنا نخشى عليه من «الاضمحلال» لأنني أعتقد أن الملعب التونسي على عكس بقية الفرق التي قد تغادر الرابطة الأولى ثم تعود مجددا إلى دائرة الأضواء ذلك أن البقلاوة لو نزلت إلى الرابطة الثانية لا قدر الله فإنه سيكون من الصعب جدا أن تستعيد مكانها في الرابطة الأولى».

ملف شائك جدا

وفي تعليقه على نصيب الفريق من صفقة انتقال لاعبه السابق يوسف المساكني من الترجي إلى لخويا القطري قال السنوسي: «أرفض الخوض في هذا الموضوع ولا يمكنني إلا أن أؤكد بأنه ملف شائك جدا مع العلم أننا قد نضطر إلى بيع لاعبين أو أكثر لتجاوز الأزمة التي يعرفها الفريق».
سامي حماني

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Ven 22 Fév - 14:42

Encore des correctifs qui s’imposent…

En football, il est des circonstances des circonstances où le beau jeu importe peu. Le Stade Tunisien dans sa copie de dimanche dernier a été un peu pataud, mais il a réussi tout de même à faire l’essentiel, à savoir accrocher dans son tableau de chasse un concurrent direct pour le maintien, et surtout amplifier son capital points de trois unités ô combien précieuses.

Peut-on dire que le Stade Tunisien est sur la bonne voie de la guérison après une fin d’année flottante? Il est encore assez tôt pour l’affirmer, même si on doit reconnaître que cette bouffée d’oxygène obtenue - face à un rival qui n’a démérité mais qui reste loin des standards que le lui connaît ces dernières saisons – arrive au bon moment. La longue période de sécheresse a été close.
Le club du Bardo n’a pas régné en maître, les automatismes manquent encore, les ratés ne se comptent pas et on ne sait pas pourquoi le staff technique continue de bouder les jeunes du vivier. Blaise Kouassi et Ben Hammouda accusent encore beaucoup de retard. Surprenant, le fait de les voir dès l’entame du match. Il aurait été plus indiqué de faire confiance aux jeunes du vivier, Ben Ammar et Chaouachi. La défense doit s’estimer heureuse du fait d’être sortie indemne. Honnêtement ce compartiment ne rassure pas encore les siens. Les arrières stadistes n’étaient pas au top de leur concentration, attendu qu’ils tombaient dans un total désarroi dès que les petits joueurs d’El Gawafel, montraient le bout de leur nez. Seule la ligne intermédiaire était dans une forme correcte même si on peut reprocher à un garçon comme Aubin de jouer la prima donna. il a intérêt à garder les pieds sur terre s’il veut percer. Il a toutes les qualités pour devenir le leader de l’équipe, mais tant qu’il ne pourra pas se prendre en charge (pour décoller), il restera un joueur ordinaire, et un jour ou l’autre il sera bon à jeter aux orties.
Quoi qu’il en soit, du côté du Bardo techniquement et aussi administrativement beaucoup de travail reste à accomplir. L’équipe dispose d’une grande marge de progression, pourvu que sa gestion se fasse d’une manière juste, ce qui n’est pas le cas… Les employeurs sont appelés à permettre aux joueurs et aux staffs de travailler dans les meilleures conditions, ce qui n’est pas le cas aussi…

MAE (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Mar 2 Avr - 11:58

CSHL - ST : 1-0Harbaoui donne de l’air aux siens
Harbaoui donne de l’air aux siens
Grâce à un but de l’ex-Cabiste, le CSHL a assuré son maintien


Le CSHL a réussi à s’imposer face à un Stade Tunisien déjà en vacances. Encore une fois, Harbaoui a marqué l’unique but de la rencontre. Grâce à cette précieuse victoire, les protégés de Dragan ont assuré leur maintien en Ligue 1 avec 17 points.

Entame parfaite des Hammam-lifois
Après un début de match marqué par quelques fautes et des tensions entre les 22 acteurs, les Hammam-lifois sont bien entrés dans le match en prenant le contrôle de l’entrejeu. Les milieux du CSHL ont apporté leur impact physique afin de prendre l’ascendant rapidement. Sur une percussion de Karikari, les hommes de Dragan se sont procuré leur première occasion dangereuse de la rencontre. A la 32’, le club banlieusard a ouvert le score. Libre de tout marquage, Karikari sert Harbaoui, qui, d’une frappe enroulée des vingt mètres ouvre le score pour son équipe à la 32e.
Alors que le CSHL semblait maîtriser les débats, les Stadistes ont failli égaliser mais le gardien Méjri était assez vigilant pour écarter le danger.
Face au bloc hammam-lifois, les Stadistes ont tout tenté mais se sont heurtés à la vigilance défensive des joueurs hammam-lifois.

Pas de solution en attaque
Les camarades de Tej ont entamé ce deuxième acte avec beaucoup plus de volonté. Sans se créer la moindre opportunité en seconde période, le CSHL s’est contenté de contrôler le ballon pour empocher les trois points. Avec cette victoire, le CSHL a confirmé la qualification de l’ESS au play-off.

Auteur : Karray BRADAI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Baklawa 2010   Aujourd'hui à 1:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Baklawa 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» [video] Cola Stunt Ride 2010
» [GP] Malaisie, le 10 octobre 2010
» [10 octobre 2010] - Rallye VTT de Choisel
» récapitulatif bourses moto 2010 en Vaucluse
» H Cup 2010 / 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Stade Tunisien :: Revue de Presse-
Sauter vers: