Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Afrique du Sud 2010

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Mer 16 Juin - 10:56

à Rustenburg — Nouvelle-Zélande-Slovaquie 1-1
Il ne faut pas vendre la peau de l'ours...


En dépit du nul qui a sanctionné les débats, les deux formations ont joué sans calculs, privilégiant l'attaque à la retenue...

Royal Bafokeng Stadium. Nouvelle Zélande-Slovaquie 1-1(0-0). Arbitrage du Sud-Africain Jerome Damon. Buts de Robert Vittek à la 49' et Winston Reid à la 93’.
Carton jaune pour Tony Lochhead et Zdenko Strba.
Nouvelle Zélande : Paston, Smith, Reid, Nelsen, Elliott, Vicelich (Christie), Lochhead, Killen (Chris Wood), Smeltz, Fallon, Bertos
Slovaquie : Mucha, Zabavnik, Skrtel, Strba, Durica, Cesh, Weiss (Kuscka), Jendrisek, Hamsik, Sestak (Holosko), Vittek (Stoch).
Bien qu'ayant suscité peu d'engouement, l'opposition entre Néo-Zélandais et Slovaques a valu par son cachet offensif via un jeu résolument tourné vers l'attaque, de part et d'autre. Les «Kiwis» ont évolué en 4-3-2-1 avec le seul Shane Smeltz en pointe. Le canonnier des Kiwis, auteur de 8 buts en 5 matches lors des éliminatoires, a d'ailleurs été surveillé de près, d'entrée de jeu. Sur les couloirs, Killen à gauche et Fallon à droite n'ont pas manqué d'apporter de la profondeur au jeu des Néo-Zélandais. Côté Slovaques, le 4-1-3-2 a été prôné. Martin Skrtel a composé la charnière centrale avec Durica. Plus haut, Strba à la récupération et le trio de médians offensifs que sont Sestak, Hamsik et Weiss, avaient pour mission d'alimenter Vittek et Jendrisek en bons ballons. Sans round d'observation, les deux formations entrent dans le vif du sujet. A peine 3' de jeu et voilà que Killen tente sa chance des 25 mètres mais sa frappe passe au-dessus des buts de Mucha. Une minute plus tard, la Slovaquie réagit suite à une frappe de Weiss que Paston capte sans difficultés. Les Slovaques insistent et Robert Vittek tente sa chance de loin, en vains...21', belle frappe enroulée mais non cadrée de Marek Hamsik à l'entrée de la surface de réparation. 27', énorme occasion pour la Slovaquie. Sur un bon service de Weiss, Stanislav Sestak sent bien le coup, frappe au but mais son tir passe à côté. 32', Vittek rate le coche. Suite à une erreur de Paston (qui manque son dégagement), l'ancien Lillois récupère le ballon le long de la ligne mais fait preuve d'un excès d'individualisme au lieu de décaler un partenaire à hauteur du point de penalty. 37', grande occasion pour les « All White ». Servi dans la surface de réparation, Shane Smeltz frappe du gauche en force mais Mucha détourne en corner. Panique en ce moment précis dans la surface néo-zélandaise. Le siège de l'arrière garde des « Kiwis » se poursuit et à la 42', une belle frappe de Marek Hamsik oblige Paston à détourner en corner. La minute de temps additionnel décrétée n'apportera rien de nouveau et les deux équipes reviennent aux vestiaires dos à dos.

Reid répond à Vittek

De retour de la pause, la rencontre redouble rapidement d'intensité et le match s'emballe. Toutefois, c'est la Slovaquie qui trouve le bon angle par Robert Vittek à la 49'. Sur un centre parfait de Sestak dans la surface de réparation, l'ancien Lillois place une tête décroisée sublime qui trompe Paston. L'action des Slovaques a été très bien négociée. Que ce soit l'appel de Weiss côté droit, la prise d'information de Sestak, son centre millimétré et la tête de Vittek, tout est parfaitement orchestré et réussi. Ce but à quelque peu réveillé les Kiwis qui se ruent à l'attaque. Ce n'était toutefois pas pour déplaire aux Européens qui tentèrent d'exploiter les espaces laissées par les Néo-zélandais. D'ailleurs, à la 69', sur une remise en une touche de Sestak dans la surface de réparation, l'insaisissable Vittek place son bout du pied pour marquer, mais la défense néo-zélandaise dégage en corner. Le technicien des All White insuffle du sang neuf et lance Chris Wood à la place de Killen, un changement poste par poste sur le couloir droit de l'attaque. Alors que l'on se dirigeait vers une courte victoire de la Slovaquie, Winston Reid place une tête qui s'avère imparable. Les Kiwis reviennent de loin et égalise sur le fil, à la 93' de jeu.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 9:51

Coupe du monde 2010 - L'Uruguay éteint l'Afsud

Eurosport - mer, 16 juin 22:09:00 2010

L'Uruguay s'est logiquement imposé devant l' Afrique du Sud (3-0) dans le groupe A de la Coupe du monde 2010, avec notamment un doublé de Forlan. La Celeste a fait un pas vers les huitièmes de finale. Les Bafana Bafana devront impérativement battre la France pour espérer franchir le premier tour.



AFRIQUE DU SUD - URUGUAY : 0-3

Buts : Forlan (24e et 80e s.p.) et A. Pereira (90e 5)
Et les vuvuzelas se sont tues. Lorsque Diego Forlan a inscrit le deuxième but des Uruguayens, le silence a résonné dans le stade Loftus Versfeld de Pretoria. Les trompettes sud-africaines censées galvaniser les Bafana Bafana n'auront finalement pas eu l'effet escompté. Au contraire.
Paralysés par l'enjeu du match, les Bafana Bafana n'ont jamais semblé en mesure de pouvoir contrer les assauts uruguayens. En face, Oscar Tabarez a réussi son coup. Après avoir joué en 3-5-2 contre la France, le sélectionneur uruguayen avait choisi de revenir dans un plus classique 4-3-1-2 pour contrer les assauts sud-africains. Avec une attaque musclée composée de Cavani, Suarez et Forlan, l'Uruguay a donné le tournis à l'Afrique du Sud. Hormis quelques rares offensives, les Bafana Bafana n'ont ainsi jamais existé dans ce match joué à sens unique.
Khune expulsé
Les premières minutes ont ainsi vu les attaquants de la Celeste multiplier les actions chaudes et les coups francs devant le but de Khune. C'est finalement l'inévitable Diego Forlan qui a forcé le verrou sud-africain sur une frappe de 22 mètres légèrement détournée par la défense (1-0, 24e). La réaction sud-africaine était trop timide et c'est au contraire l'Uruguay qui terminait la première période en meilleure forme (Suarez, 32e).
A la reprise, la physionomie du match ne changeait pas et les Uruguayens ont continué à se procurer les meilleures occasions. Suarez multipliait les actions chaudes et les Bafana Bafana évitaient une première fois le penalty sur une percée de Suarez, stoppée par la défense sud-africaine (52e). Les Uruguayens se repliaient quelque peu, permettant aux coéquipiers de Steven Pienaar, très peu en vue, de se procurer leur plus belle occasion. Sur le côté droit, Gaxa centrait pour Mphela qui voyait sa tête échouer juste à gauche du montant de Khune. C'en était fini des espoirs des sud-africains.
Campé dans ses 18 mètres, la Celeste allait aggraver la sentence sur penalty. Un malentendu de la défense sud-africaine laissait Suarez seul face à Khune qui fauchait l'attaquant. Carton rouge et penalty transformé par Forlan (2-0, 80e). La fin de match voyait les supporters quitter prématurément le stade. A 11 contre 10, Alvaro Pereira en profitait pour aggraver le score et soigner la différence de buts de son équipe (3-0, 90e 5). Rideau. Grâce à cette victoire, l'Uruguay prend seul la tête du groupe A avec 4 points en attendant le match entre la France et le Mexique, jeudi soir. Pour les Bafana Bafana, la sortie se rapproche. Il faudra désormais un exploit contre la France lors du dernier match pour ne pas être le premier pays hôte d'une Coupe du monde à sortir dès les phases de poules.Hadrien HIAULT / Eurosport

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:39

Brésiliens, tout court!...


Contrairement à beaucoup d'autres équipes, le Brésil, avec onze millions de licenciés, sait plus que quiconque comment se protéger de ses "démons", de ses hommes et de toutes les insuffisances qui risquent de toucher toute équipe de football
Le fait est là : il y a des équipes qui restent toujours bien éveillées au cœur du Mondial . Avec des certitudes comme voie d’accès au réel et la confirmation comme visa pour l'exploit. Il faut dire que ce n’est pas seulement dans un climat de sérénité que l’on peut communiquer ses certitudes, mais aussi à travers un attachement fort à tous les principes de jeu dans ses différentes palettes, qui a peu d’égal et qui fait tout le confort des opinions publiques du foot. Le Brésil séduit, le Brésil déçoit, mais le Brésil gagne toujours. D’une façon l'équipe a de tout temps appris à se relancer dans ses différents objectifs, mais à travers la même priorité : l'obligation et l'intérêt particulier pour le jeu. Ici et là, l'équipe dans ses versions diverses fait preuve de style, de tempérament et même de vie qui va avec. Dans ses temps forts, comme dans ses temps faibles, il y a toujours un programme, des hommes et des moyens pour faire la différence. Contrairement à beaucoup d'autres équipes, le Brésil, qui vient de faire son apparition au Mondial 2010, sait plus que quiconque comment se protéger de ses "démons", de ses hommes et de toutes les insuffisances susceptibles de toucher toute équipe de football. Dans une évolution qui tient compte essentiellement du jeu plus que du résultat, peut-on au fait demander autre chose à une équipe qui ne peut et ne saurait jamais s'adapter aux calculs, qui, en dépit de tous les enjeux, ne peut pour ainsi dire avoir de la considération et de la fierté que pour le football spectaculaire. En perpétuelle ascension, il lui vient ainsi une conscience neuve des éléments d'un monde ancien et qui semblent avoir rendu inévitable le monde nouveau. Aspects jumeaux, besoins aussi inséparables que le jour et la nuit, ils exercent constamment des influences réciproques. Autant il est présent, autant le Brésil finit souvent par trouver la voie. Mais en trouvant, il ne manque pas chaque fois de se donner une nouvelle raison. De découvrir de nouvelles prérogatives. Pareille découverte ne devrait pas cependant être définitive. Ses victoires, non plus, ne peuvent pas être complètes. Au-delà des victoires et des défaites, des satisfactions et des déceptions, des convictions et des frustrations, il restera un mot unique : le mot passion. Ce mot-là serait comme une certitude dans les moments de doute. Il devrait participer à toutes les pensées, à tous les actes.
Le Brésil, tel qu'il est aujourd'hui, tel qu'il sera demain et tel qu'il deviendrait longtemps après, continuera toujours à nous faire plaisir. Il y a des moments où il oublie certes de nous emballer comme il a souvent l'habitudes de le faire, mais cela n'enlève rien de cette aura qui fait de lui une équipe d'exception.
La Corée du Nord l' a appris, peut-être bien comme toute autre équipe de ce Mondial, à ses dépens. Elle a certainement tout prévu pour ce genre de match et elle s'en est bien défendue. Mais elle a oublié qu'elle faisait face à l'imprévisibilité d'un adversaire capable d'inventer à tout moment, de sortir quelque chose du jamais vu. Le but de Maicon en est la parfaite illustration. Dans le registre où il a pris l'habitude d'évoluer, comme celui dans lequel il s'est fait un nom, une raison d'être, une vocation, il n'a jamais manqué de nourrir une véritable passion pour tout ce qu'il entreprend, pour tout ce qu'il réalise...

L'histoire jugera
Pas loin du Brésil, certainement pas dans le rendement, mais peut-être bien dans la passion et les vertus du jeu, les objectifs que ne manque pas d'ambitionner une équipe comme la Côte d'Ivoire, et aussi développer, devrait assurément refléter l’exigence que l’on porte pour le foot, mais surtout pour tout ce qui contribue au développement d’un esprit d’équipe avant toute autre chose. C’est ainsi que Drogba et ses camarades réclament leur diversité et confirment leurs qualités.
Mais la véritable confirmation dont aura besoin une équipe comme la Côte d'Ivoire passe inexorablement par une épreuve comme la Coupe de monde avec tout ce que cela exige de contraintes et d’obligations. Voire de frustration. Il faut dire qu’une pareille exigence à l’égard de tout ce qu’on peut subir dans un tel contexte n’est pas lourde à assumer. Bien au contraire, elle peut servir de matière à réflexion et lui permettre d'apprécier tout ce qu’elle serait capable d’entrevoir à sa juste valeur...

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:40

Kàkà, le Ballon dort!


Incapable de donner le ton à son équipe dans la foulée d'une saison moyenne au Real Madrid, le meneur de jeu brésilien Kàkà n'a pas réussi à se sortir du piège nord-coréen...

Large vainqueur à l'applaudimètre lors de l'annonce des équipes, le Ballon d'Or 2007 n'a pas justifié sa réputation sur le terrain, lui qui avait éclairé les stades de la Coupe des Confédérations un an plus tôt. Il n'a pas dirigé le jeu. Kàkà, qui assurait peu avant le Mondial "Je suis prêt pour être l'un des leaders de la sélection, bien que l'équipe ait déjà beaucoup de leaders, techniques, tactiques", a joué son premier match sur le même ton que sa saison pas assez convaincante pour les 65 millions d'euros payés par le Real l'été dernier pour l'arracher à l'AC Milan. Il est vrai qu'il a commencé la préparation de la Coupe du Monde par soigner une lésion à l'adducteur gauche contractée en fin de saison à Madrid, mais il fallait puiser dans ses souvenirs pour revoir le meilleur joueur de 2007 dans ce n°10 au visage tendu, trop rarement à la baguette. Dans ce match entre l'équipe la plus connue et l’équipe la moins connue du monde, il n'a que rarement trouvé ses coéquipiers et n'a pas donné de rythme au match, que, certes, les Nord-Coréens faisaient tout pour ralentir.

Un joueur ordinaire ?

Il a raté quelques gestes simples, comme cette passe trop longue pour Elano qui filait en touche (22'), et a plusieurs fois manqué de coordination avec ses coéquipiers, cherchant par exemple dans la profondeur Michel Bastos qui n'avait pas démarré (25'). Ils ne s'étaient pas compris. Un jeu ordinaire de la part d'un Kàkà qui a essayé de changer de zone, passant à gauche, où il a touché peu de ballons, comme à droite, comme pour chercher de l'air, où il a délivré un bon centre mais contré (41'). Symptomatique de sa petite forme : son action la plus décisive fut d'obtenir un coup franc face à Pak Chol-jin et très bien placé (51'), à l'entrée de la surface, mais la puissante frappe de Michel Bastos n'a pas fait mouche. Même après l'ouverture du score de Maicon (55'), il n'a pas pesé, tentant seulement une frappe à angle fermé sur le gardien (73') ou un centre au... troisième poteau (75'). Kàkà a finalement laissé la vedette à Elano, passeur décisif et buteur (72'), et sa place à Nilmar à la 78'. Et il est sorti tout sourire et a embrassé les joueurs du banc. Nous ne sommes qu'au début de la compétition, et les grands joueurs fleurissent plutôt dans les derniers tours.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:40

Coréens en larmes, Seleçao sans charme


La Corée du Nord est tombée avec les honneurs face à une Seleçao encore en rodage...
Ceux qui s'interrogeaient encore sur les sensations d'un footballeur découvrant la Coupe du monde ont obtenu des tas de réponses, mardi. Cette journée a vu le Brésil entamer son parcours par une victoire contre une Corée du Nord qui a réalisé un début de parcours encourageant. L'affiche du jour mettait aux prises un monstre sacré de la Coupe du monde, le Brésil, et une formation nord-coréenne qui n'avait plus fréquenté la phase finale depuis 1966. La teneur symbolique de cet événement a visiblement été trop forte pour Jong Tae-Se. Le numéro 9 des " Chollima " a beau être surnommé " le Rooney du peuple ", ses sanglots pendant l'hymne de son pays ont dû rappeler aux supporters anglais un héros d'une autre génération, Paul Gascoigne, " Gazza" le grand sensible…
Mais l'Ellis Park n'en avait pas fini avec les pleurs. À la 55’, ce sont des larmes de joie qui ont coulé sur les joues de l'arrière latéral brésilien Maicon. Dans un angle impossible sur le côté droit de la surface, l'ancien Monégasque a surpris Ri Myong-Guk, trop décalé par rapport à son premier poteau, et brisé la belle résistance nord-coréenne.

Un but après 44 ans...


Elano a ensuite doublé la mise en reprenant instantanément une ouverture de Robinho, avant que Ji Yun-Nam ne surgisse pour réduire l'écart dans les dernières minutes. Il s'agissait du premier but des " Chollima " dans la compétition depuis leur mémorable quart de finale perdu 5-3 contre le Portugal, il y a 44 ans. Ce rush final n'a pourtant pas empêché la Seleçao de prendre d'ores et déjà les commandes du Groupe G.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:42

Buffon dans le flou


Touché au dos lundi contre le Paraguay, Gianluigi Buffon souffre du nerf sciatique. Le staff médical italien craint de devoir se passer de lui pour le reste de la Coupe du monde…

Gianluigi Buffon rejouera-t-il lors de cette Coupe du monde 2010 ? Rien n'est moins sûr. Touché au dos, lors de la première période de la rencontre Italie-Paraguay, lundi soir (1-1), et remplacé à la pause par Federico Marchetti, le portier italien souffre du nerf sciatique. Une blessure gênante, puisqu'elle pourrait tout aussi bien l'éloigner des pelouses seulement quelques jours qu'un mois complet. «A l'heure actuelle, nous ne pouvons pas prévoir de date pour son retour», explique le médecin de la Squadra Azzurra, Enrico Castellacci

Vers un forfait ?


Les conditions climatiques régnant en Afrique du Sud, avec du froid et de l'humidité au camp de base des Italiens à Irene, au sud de Pretoria, ne faciliteraient pas la guérison d'une telle blessure. Vraisemblablement forfait pour le deuxième match des champions du monde 2006 contre la Nouvelle-Zélande, le gardien de but de la Juventus Turin est également incertain pour la dernière rencontre du premier tour face à la Slovaquie. Devant tant d'incertitudes, et vu les antécédents médicaux de Gianluigi Buffon, victime d'une hernie discale en 2008, mais qui ne s'était pas fait opérer, la délégation italienne pourrait faire une demande de dérogation à la Fifa pour être autorisée à convoquer un remplaçant.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:43

Le Guen : «Il y a urgence !»


Le faux pas du Cameroun face au Japon (0-1), pour son entrée en lice au Mondial, place la sélection de Paul Le Guen dans une situation inconfortable dans le groupe E. Les deux matches face au Danemark et les Pays-Bas seront à quitte ou double. «On avait de bons indicateurs avant ce premier match. J'avais beaucoup d'espoirs, a expliqué le technicien français aux médias. Maintenant, il va falloir gagner contre le Danemark. On va essayer de bien récupérer et de faire de notre mieux. Il faut qu'on se libère, il y a urgence!, a-t-il lancé. Le match contre le Danemark est très important, mais comme l'était celui de ce soir. Derrière les Pays-Bas qui sont les favoris, ce groupe est très compliqué.» Compliqué, c'est bien le mot.

Parreira : «Beaucoup de tension»

Carlos Alberto Parreira , le sélectionneur de l'Afrique du Sud, a refusé de porter un jugement négatif sur la qualité des matches disputés jusqu'à présent durant la Coupe du monde : «Il est trop tôt pour se faire une idée. Je n'ai jamais vu les équipes être performantes d'entrée de jeu. Pour toutes les sélections, les petites comme les grandes, il y a beaucoup de tension dans les premiers matches. La vraie Coupe du monde commence à partir des huitièmes de finale lorsqu'il ne reste plus que seize équipes», a-t-il expliqué. Le vainqueur de la Coupe du monde 1994 avec le Brésil, a cependant souligné qu'il avait apprécié la performance des Pays-Bas mais surtout de l'Allemagne. «Cette équipe pratique un football fluide, avec beaucoup de technique et de qualités».

Müller répond à Carragher

Le milieu de terrain allemand Thomas Müller a tenu à mettre les choses au clair : la Mannschaft n'est pas avantagée par le fait qu'elle utilise depuis plusieurs semaines le ballon officiel du Mondial, ajoutant que «cela ne changeait pas grand-chose.» «Un match de football commence toujours avec un score de 0-0. Toutes les équipes ont pu se préparer avec le "Jabulani" avant la Coupe du monde», a expliqué Müller en conférence de presse.
Le défenseur Jamie Carragher avait déclaré que ce ballon très décrié désavantageait toutes les équipes «à l'exception de l'Allemagne.» «C'est juste peut-être une excuse pour les équipes qui n'ont pas eu beaucoup de succès lors de la première rencontre», a répondu le joueur du Bayern Munich.

La grève se poursuit

Des centaines d'agents de sécurité privée ont manifesté en marge de Corée du Nord-Brésil au stade Ellis Park de Johannesburg pour des questions salariales. Une partie du personnel s'était déjà mis en grève au cours des dernières 48 heures. «L'entreprise Stallion reçoit beaucoup d'argent de la Fifa et nous, des cacahuètes», a déclaré l'un des grévistes. Pour empêcher toute perturbation dans les stades du Cap et de Durban, la police y a pris le contrôle des opérations jusqu'à nouvel ordre.

Plus de 50.000 spectateurs par match


Malgré la vente totale des tickets du Mondial sud-africain, les stades continuent à être désertés par une partie des supporters. Interrogé sur les «trous» constatés surtout dans les stades de Pretoria et de Polokwane, la Fifa a reconnu «ne pas encore disposer de chiffres» et a affirmé qu'elle était en train «d'étudier la question de ces sièges laissés vides.» «Bien sûr ce n'est pas idéal de voir des matches de Coupe du monde avec des sièges vides. Il est difficile pour le moment de tirer des conclusions», a déclaré M. Maingot, porte-parole de la Fifa. Cependant, il relativise: «Cela dit, le taux de remplissage est très élevé. On est au-delà d'une moyenne de 50.000 spectateurs par match, proche de 51.000». La Fifa aurait exclu de distribuer des places gratuites. «Les billets sont bel et bien vendus mais pas utilisés. Le problème est de savoir pourquoi ces sièges restent inoccupés. Il n'est donc pas question de distribuer des tickets», a conclu le porte-parole.

«Pas question d'interdire» les vuvuzelas

Ce n'est pas nouveau, les vuvuzelas commencent sérieusement à agacer le monde du football, et en particulier les joueurs. Selon les déclarations de Danny Jordaan, chef du comité organisateur du Mondial, il aurait été question d'éradiquer ces trompettes locales en cas de plainte d'une équipe. «Si un pays en lice se plaint, nous agirons. Nous avons aussi entendu les télévisions et les spectateurs et c'est quelque chose à quoi nous réfléchissons», avait-il déclaré. En début de semaine, le porte-parole du Loc, Rich Mkhondo, a largement amendé les propos de son directeur et a confirmé que les vuvuzelas seront toujours autorisées. «On ne doit pas trop s'appesantir sur ce que pensent les étrangers des vuvuzelas. Pas question d'interdire!» Mkhondo a voulu argumenter le point de vue du comité d'organisation, en expliquant que ces trompettes «font partie de la culture locale.» «Il y a dix ans qu'on les utilise dans les stades. C'est comme cela que nous faisons la fête.»

Özil aussi fort que Messi ?


L'ancien international allemand, Horst Hrubesch, n'a pas hésité à encenser le milieu de terrain Mesut Özil après sa performance face à l'Australie (victoire 4-0) : «On met au-dessus du lot Wayne Rooney, Cristiano Ronaldo ou Lionel Messi. Mais nous aussi nous avons notre Messi, c'est Mesut Özil», a-t-il déclaré. Horst Hrubesch a été champion du monde des moins de 21 ans l'an passé avec six joueurs présents dans le groupe allemand sélectionné pour la Coupe du monde, soit Manuel Neuer, Sami Khedira, Mesut Özil, Marco Marin, Jerome Boateng et Toni Kroos.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:44

Drogba : « Je ne suis pas un miraculé»


A la 66e minute du match, Didier Drogba est entré sur le terrain sous les clameurs des 37.000 spectateurs et des vuvuzelas. A cet instant, la star ivoirienne a gagné son premier pari de disputer le Mondial malgré sa fracture du cubitus survenue le 4 juin

Comment analysez-vous le résultat nul?

Je suis heureux car nous avons réussi à prendre un point face à une bonne équipe du Portugal, dangereuse notamment sur la frappe de Cristiano (Ronaldo). Mais la Côte d’Ivoire a montré qu’elle pouvait faire de belles choses dans cette Coupe du monde.

Comment vous êtes-vous senti personnellement ?


Je n’avais aucune appréhension avant le match. J’ai l’habitude de ce genre de rencontres intenses. J’en joue toutes les semaines en Angleterre et tous les quinze jours en Ligue des champions. Par rapport à ma blessure, sachez que si je n’avais ressenti ne serait-ce qu’un pour cent de peur, je n’aurais jamais demandé à être sur le banc. Mais je ne suis pas un miraculé. Je me suis juste bien soigné et j’ai continué à travailler.

Allez-vous être titulaire contre le Brésil ?

Le coach décidera mais ce qui est sûr, c’est que l’évolution de mon état physique est très positive. Même avant mon retour, le match contre les Brésiliens était super excitant (sourire). Là, il va l’être encore plus !

De quoi êtes-vous le plus fier?

De ce point du nul. En 2006, on avait perdu nos deux premières rencontres. Cette fois, nous avons retenu les leçons du passé avec une belle solidité défensive. Maintenant le but, c’est de gagner les deux matches qui restent même si le prochain est face aux Brésiliens.

N’y avait-il pas néanmoins la place pour s’imposer ?

C’est certain. Surtout quand on se rappelle la dernière occasion que je me procure en fin de match. Mais ne faisons pas la fine bouche. Rappelons-nous d’où l’on vient.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:45

à Durban — Espagne-Suisse : 0-1
Les Ibériques tombent de haut


L’Espagne, reine d’Europe, est tombée face à la Suisse. Une entrée en matière inédite

Stade Moses Mabhida. Public nombreux. Terrain en excellent état. Arbitrage de l’Anglais Howard Webb. Suisse bat Espagne : 1-0, mi-temps (0-0). But de Gelson Fernandes (52’)

Espagne :
Casillas, Ramos, Piqué, Puyol, Capdevila, Busquets (Torres 61’), Silva (Navas 62’), Xavi, Xabi Alonso, Iniesta (Pedro 77’), Villa

Suisse : Banaglio, Liechsteiner, Senderos (Von Bergen 36’), Grichting, Ziegler, Barnetta (Eggimann 90’), Inler, Huggel, Fernandes, Derdiyok (Yakin 79’), Nkufo

Premier coup de tonnerre dans cette Coupe du monde d’Afrique du Sud. Un des grands favoris de l’épreuve, l’Espagne, championne d’Europe en titre, n’est pas parvenue à se défaire de la Suisse. Mieux encore, les Ibériques qui comptent 15 succès historiques et 3 nuls face aux Helvètes ont été bousculés jusqu’à perdre pied et trébucher.
La Suisse de Ottman Hitzfeld a déjoué les pronostics en faisant mordre la poussière aux camarades de Puyol. Un scénario inédit qui va maintenant contraindre l’Espagne de Del Bosque à cravacher dur lors de ses deux prochains matchs face au Honduras puis au Chili. Il est évident que l’Espagne s’est mise en mauvaise posture et que la pression va monter d’un cran. Cela faisait longtemps que les Ibériques n’avaient pas perdu. Ils s’étaient même permis le luxe d’établir un record lors des éliminatoires en réalisant un parcours sans faute avec dix victoires en autant de rencontres.

Une autre histoire

Hier, ce fut une autre paire de manches. L’Espagne a eu beau dominer, rien n’y fit. Le football vous joue quelquefois de ces vilains tours et l’Espagne l’a appris à ses dépens. Il ne suffit pas de courir, mais de partir à point.
La Suisse s’est dressée telle la Muraille de Chine face aux hommes de Del Bosque qui ont terriblement manqué de réalisme et d’efficacité. Les Helvètes, bien en place, fermaient toutes les issues menant à leur but, donnant le tournis aux attaquants adverses.
On avait donc l’impression que les Espagnols tournaient en rond. Pire, ils manquaient de punch. Les Suisses parvenaient donc à atténuer l’ardeur des Ibériques et à gérer le rythme du match. Certes, les Espagnols dominaient le jeu, mais sans réel danger sur la défense adverse. Le blocus suisse était difficile à déverrouiller. A commencer par l’excellent portier Diego Benaglio qui s’est imposé à trois reprises face à Piqué, Villa et Navas. Il n’en fallut pas plus pour donner cette dose de confiance nécessaire à ses coéquipiers.

Et Gelson surgit !

La Suisse avait réalisé un premier objectif, celui sans doute d’achever la première partie du match sur un score vierge. Objectif atteint, même si en fin de première période, Villa, décalé par Xavi, tente de lober le portier helvète, mais sans succès.
Il restait donc une seconde mi-temps à jouer et à bien gérer surtout par les Suisses. La domination espagnole reprenait de plus belle, mais l’équipe de Hitzfeld restait dangereuse sur les contres. D’ailleurs c’est sur un scénario de la sorte que le sort du match allait être scellé. Un contre mené par Gelson Fernandes voit Piqué mal s’interposer. La balle revient devant le Suisse qui, dans un cafouillage, parvient à la pousser dans les filets de Casillas (52’). Il ne restait donc plus aux troupes d’Ottmar Hitzfeld qu’à tenir le coup jusqu’au dernier coup de sifflet de l’arbitre. Les Espagnols jettent leurs armes dans la bataille et Xabi Alonso voit son tir repoussé par la transversale (70’). La chance leur tournait le dos. Hakan Yakin qui venait de relever Derdiyok ne sera pas plus heureux.
Il a eu la balle du 2-0 au bout du pied, mais le poteau repousse le cuir. Finalement, la Suisse ne sera pas déçue et saura garder son avance. Les Espagnols, eux, sont tombés de haut. Ils ne pensaient pas si mal débuter. Maintenant dos au mur, ils devront rectifier le tir face au Honduras et au Chili.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:46

à Nelspruit – Honduras – Chili 0-1
La loi du plus fort


Le Chili a fait cavalier seul et a privé le Honduras de ballon, 90' durant. La victoire bien qu’étriquée est méritée...

Stade de Mbombela. Honduras – Chili 0-1. Arbitrage de Eddy Maillet (Seychelles) . But de Beausejour à la 34'. Avertissements de Carmona, Fernandez et Palacio.

Honduras: Valladares, Mendoza, Izaguirre, Figueroa, Chavez, Guevara (Thomas), Palacios, Alvarez, Nunez (Martinez), Espinoza, Pavon (welcome),

Chili:
Bravo, Isla, Vidal (Contreras), Ponce, Medel, Carmona, Millar (Jara), Valdivia (Gonzales), Sanchez, Beausejour, Fernandez

Bien que le Honduras et le Chili soient proches géographiquement, c'est la première fois que les deux équipes se rencontraient en Coupe du monde. «Les Catrachos», qui disputent leur deuxième Coupe du monde, après celle de 1982, avaient à cœur de montrer leurs progrès, alors que le Chili, surprenant 2e de la zone Amérique du Sud derrière le Brésil, est logiquement classé parmi les sérieux outsiders du Mondial. 2' de jeu, premier coup-franc pour la Roja et c'est Sanchez qui est arrêté irrégulièrement par Guevara. Sur le coup franc, le tir enveloppé de Valdivia n'est pas cadré. Le Chili presse et Figueroa concède le corner sur une accélération de Millar, côté droit. La maîtrise est chilienne depuis le coup d'envoi mais l'arrière-garde du Honduras tient bon. Après une action un peu confuse dans la surface, Vidal tente sa chance à l'entrée de la surface mais son tir est facilement capté par Valladarès. Le Chili pousse encore. Non attaqué aux 30 mètres, Vidal tente sa chance mais Valladarès, en deux temps, se saisit du ballon et peut relancer les siens. 15', Alexis Sanchez multiplie les percussions dans l'entrejeu mais ça ne passe pas. Guevara est vigilant et surveille de près le talentueux jeune joueur de la Roja. S'ensuivit le premier mouvement d'envergure du Chili. Après un beau relais entre Sanchez et Millar, côté gauche, ce dernier tente de lancer Valdivia en profondeur mais la balle sort en sortie de but. Le Chili domine toujours les débats mais la technicité des Sud-Américains a du mal à s'exprimer face au bloc du Honduras. Dominateurs dans les duels, les Chiliens ont du mal à faire la différence dans le dernier geste et c'est même le Honduras, beaucoup plus vif en contre, qui pose de gros problèmes à la Roja. 26', Vidal s'élève plus haut que Chavez mais sa tête frôle le cadre de Valladarès. Les joueurs de Reinaldo Rueda peuvent se dégager. Le tournant de la rencontre a lieu à la demi-heure de jeu. 34' sur une magnifique ouverture de Millar, Sanchez déborde sur le couloir droit, avant de repiquer au centre, et de servir sur un plateau Beausejour qui prolonge dans les filets. Le Chili pousse toujours à partir de là. Bien servi par Fernandez, Valdivia tente une talonnade intelligente mais Valladarès est vigilant et concède le corner. Le Chili domine et multiplie les percussions mais Figueroa comme Chavez arrivent pour le moment à contenir les accélérations chiliennes. 39' Pavon profite du bon travail de Guevara pour se retourner et frapper à l'entrée de la surface, mais son tir fuit le cadre. 43', Bien lancé par Valdivia, Sanchez percute encore côté droit mais sa frappe est déviée par Figueroa. Valdivia avait suivi et oblige Valladarès à un dégagement précipité.

Attaque contre défense!

De retour des vestiaires, le même scénario se reproduit. Le Chili attaque et monopolise le ballon, alors que le Honduras fait de la résistance...47' sur un ballon en profondeur de Palacios, Alvarez est déséquilibré à l'entrée de la surface mais l'arbitre fait signe de poursuivre le jeu. A l'heure de jeu, la domination du Chili devient écrasante mais le manque de réalisme et la précipitation sont passés par là...Bien décalé par Millar, Sanchez percute sur le flanc droit et contraint Izaguirre à concéder le corner. Le siège des bases honduriennes se poursuit mais le Chili n'arrive pas à faire le break . 73', encore un débordement de Sanchez qui centre mais Jara tarde à reprendre de volée. 75', énorme occasion pour le Chili. Suite à un missile de Carmona des 30 m, Valladarès s'interpose des deux poings. 80', le Chili pousse, encore et toujours, mais après une énième percussion plein axe, Sanchez ne parvient pas à cadrer sa frappe. Le Chili ne lâche rien et gère le match, ainsi que le chronomètre. La victoire est étriquée mais la domination fut écrasante.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Jeu 17 Juin - 10:47

L'Allemagne avantagée ?


L'Anglais Jamie Carragher estime que le ballon utilisé durant le Mondial, le Jabulani, avantage l'Allemagne parce qu'il a été utilisé cette saison en Bundesliga.
«Parfois, il va tout droit, parfois sa trajectoire dévie au dernier moment. Toutes les équipes sont logées à la même enseigne. Probablement à l'exception de l'Allemagne», a déclaré le défenseur.
«Le ballon est très différent. A chaque entraînement, on commence par se faire des passes de 30 ou 40 mètres uniquement pour ça, a poursuivi Carragher. Il fait des trucs étranges. Tous les centres que j'ai vus vont trop loin, au-delà du second poteau. Je n'ai pas encore vu un coup franc passer au-dessus du mur ou ne pas s'envoler», témoigne le défenseur.
En Allemagne, les équipes en contrat avec Adidas, le fabricant du ballon, ont pu l'utiliser dès le début 2010, et plusieurs matches de Bundesliga se sont joués avec.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 10:03


France - Mexique : les notes



jeu 17 juin 23:00
Lloris (5) : Dès le début du match, il a été livré à lui-même. Il ne peut pas faire grand chose de plus sur le dribble extérieur d'Hernandez et se mange un péno. Ca ne doit pas être très drôle d'être le gardien des Bleus ces dernières saisons...

Sagna (3) : Même s'il a bien compensé les errances de Gallas en début de rencontre, il a ensuite été dépassé à de nombreuses reprises côté droit et n'a rien apporté offensivement. Ouais comme d'hab', quoi...

Gallas (2) : A force de s'entraîner un jour sur trois, il a fait le match qui lui pendait au nez en étant parfois ridicule. Ce soir, il a purement et simplement lâché tout le monde. La conséquence logique d'une tragédie annoncée.

Abidal (2) : Et dire qu'il joue au Barça depuis trois ans... Jamais aligné sur Gallas - et réciproquement - il a en plus commis sa bourde habituelle en provoquant le péno. Consternant...

Evra (3) : C'est bien gentil de faire le barbot en conf' de presse mais derrière, il faut assurer. Complètement à la rue sur l'action qui amène le pénalty où il se fait déborder comme un pupille et jamais à la hauteur de l'événement. Sa bonne volonté était plus dans le discours que sur le terrain...

Toulalan (5) : Ce n'est pas le meilleur joueur du Monde, on est d'accord. Mais lui au moins, il ne "lâche rien" comme aiment bien dire les footeux. Mais à force de vouloir colmater les brèches et d'être partout, il finit par n'être nulle part.

Diaby (4) : Sans Gourcuff à ses côtés, il a eu plus de mal à exister. Enfin même après ce match moyen, il reste un des seuls qu'on a envie de revoir vite sous ce maillot bleu.

Govou (3) : Il a essayé. Son état d'esprit n'est pas en cause. Le problème, c'est qu'il est hors de forme et que ça se voit. Mais qu'est-ce qu'il fout là ?

Ribéry (2) : Quant on veut être le boss et prendre les clés du camion, il faut juste le mériter en le prouvant d'abord sur le terrain. Ce n'est pas en jouant pour sa gueule et en ne filant le ballon à personne qu'il va y arriver. Une grosse remise en question - et vite, très vite ! - s'impose pour lui.

Malouda (6) : Il a logiquement cédé en fin de match, mais c'est le seul à avoir fourni ce soir une prestation digne du niveau international. Il a fait tout ce qu'il a pu, mais ça ne suffisait pas à relever le niveau des Bleus.

Anelka (1) : Alors qu'on lui reproche depuis le Costa Rica de trop décrocher, il a commencé à dézoner après 10 minutes de jeu. Tout est dit. Quand j'ai commencé à le voir jouer en marchant, j'ai compris : en fait avec Nico, ça va au-delà de la faute professionnelle. Il n'a tout simplement aucun respect pour le maillot bleu. Et c'est juste intolérable... Remplacé par Gignac (4), qui a fait ce qu'il a pu, c'est-à-dire pas grand chose. Mais bon, vous faisiez rentrer Tevez ou Torres devant, c'était la même. Quand on n'a pas un bon ballon à négocier...

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 11:24

Suisse –Espagne(1-0)

La surprise ! Première grande sensation en Afrique du Sud! L'Espagne, archi-favorite, s'est inclinée face à la Suisse (0-1), pour son entrée en lice dans la Coupe du monde. Les champions d'Europe, qui restaient sur douze victoires consécutives, n'auront pas le droit à l'erreur face au Honduras et au Chili.


Coup de tonnerre sur l'Afrique du Sud ! Grande favorite de la Coupe du monde avec le Brésil, l'Espagne est tombée devant la Suisse (0-1) dès son entrée en lice dans le tournoi. Un but du Stéphanois Gelson Fernandes en début de seconde période a suffi pour faire plier le champion d'Europe et faire mentir toutes les statistiques. Oui, l'Espagne pouvait perdre malgré ses 25 succès sur les 26 derniers matches. Oui, la Nati pouvait battre une Roja qui ne lui avait jamais réussi dans son histoire (15 défaites et 3 nuls en 18 confrontations). Oui, les Espagnols pouvaient laisser filer des points au premier tour, ce qui ne leur était plus arrivé depuis 1998. La formation helvète a déjoué tous les pronostics pour s'installer en tête du groupe H en compagnie du Chili, vainqueur un peu plus tôt du Honduras (1-0). L'Espagne, dont on attendait un carton plein avec son formidable potentiel offensif, se retrouve contre toutes attentes en difficulté d'entrée de tournoi.

Sur l'ensemble du match, Vicente del Bosque n'a cependant pas grand chose à reprocher à ses joueurs, sinon leur manque de réalisme et un manque de vigilance sur l'un des rares contres de la Nati. Dominer n'est pas gagner, et l'Espagne l'a appris à ses dépens après avoir campé dans la moitié de terrain suisse durant la quasi-totalité du match. Mais elle s'est heurtée à une défense suisse très solide dans le sillage d'un Stéphane Grichting héroïque et d'un gardien, Diego Benaglio, impérial dans le but helvète. Le portier de Wolfsburg a écoeuré les attaquants de la Roja, notamment face à Piqué (24e), Villa (58e) ou Navas (72e). Et quand il n'était pas là pour sauver la Suisse, c'est sa barre qui venait à la rescousse sur une frappe terrible de Xabi Alonso (70e). Del Bosque pourra regretter de ne pas avoir débuté la rencontre avec deux attaquants, laissant David Villa seul en pointe au coup d'envoi. Les entrées conjuguées de Fernando Torres et Jesus Navas à l'heure de jeu n'ont pas suffi pour percer le mur dressé par les hommes d'Ottmar Hitzfeld dans la dernière demi-heure.

Le plan de jeu du technicien allemand s'est révélé particulièrement efficace : bétonner derrière et attendre le contre fatal pour crucifier le champion d'Europe. Cela aurait pu marcher en première période, mais le coup franc obtenu par N'Kufo et tiré par Huggel trouvait Casillas (26e). Cela a finalement payé sur un contre orchestré par Gelson. Lancé en profondeur, Derdiyok butait sur Casillas et Piqué, mais le Stépahnois avait bien suivi pour ouvrir la marque (1-0, 52e). La Nati aurait même pu doubler la mise si le même Derdiyok n'avait pas trouvé le poteau après avoir enrhumé la défense espagnole sur un joli une-deux avec N'Kufo (74e). L'attaquant du Bayer Leverkusen a assuré un très bel intérim en l'absence du capitaine Alexander Frei, touché à une cheville. Il a contribué à l'exploit suisse, qui restera le moment le plus fort de cette première semaine de Mondial. Pour l'Espagne, la compétition commence comme personne ne pouvait l'imaginer. La Roja aura une pression terrible au moment de défier le Honduras, lundi.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 11:39

à Bloemfontein — Grèce-Nigeria : 2-1
L'endurance des Grecs...




Bien en jambes en première période, les Nigérians ont par la suite fait les frais de leur essoufflement, alors que la fraîcheur physique des Grecs a fait la différence

Free state stadium de Bloemfontein. Grèce-Nigeria 2-1 (1-1) . Arbitrage du Colombien Oscar Ruiz. But de Kalu Uche à la 16', Salpigidis à la 44’ et Torosidis à la 72' . Avertissements : Papastathopoulos, Tziolis. Expulsion de Kaita à la 33'.
Grèce : Tzorvas, Vintra, Kyrgiakos, Papastapopoulos (Samaras), Katsouranis, Tziolis, Torosidis, Salpigidis, Gekas, Karagounis, Vintra.
Nigéria : Enyema, Odiah, Yobo, Shittu, Taiwo (Echiejile), Kaita, Etuhu, Haruna, Uche, Airyegbeni, Odemwingie (Obasi).

Après le match des leaders et la superbe victoire de l'Argentine sur la Corée du Sud (4-1), une chance s'offrait au couple gréco-nigérian pour recoller au classement et entretenir l'espoir de passage au tour suivant. Battus lors du premier match, la Grèce et le Nigeria étaient dos au mur et seul un succès pouvait les relancer dans la course à la qualification. Si le Nigeria a déjà terminé deux fois en tête de sa poule (en 1994 et 1998), le bilan des Super Eagles est bien plus laborieux avec un petit point pris lors de leurs six derniers matches disputés en phase finale de Coupe du monde. Même son de cloche du côté de la Grèce qui n'a jamais réussi à briller en Coupe du monde. C'est la deuxième fois que les Grecs disputent une phase finale de Mondial et leur bilan apparaît bien maigre avec quatre défaites consécutives (dont trois en 1994) et zéro but inscrit. Par rapport à leurs premiers matchs respectifs, les deux techniciens ont opéré quelques changements. Dans le camp grec, Otto Rehhagel a carrément chambardé son équipe par rapport au onze battu la semaine passée par la Corée du Sud (2-0). Lars Lagerback a quant à lui décidé de titulariser Peter Odemwingie à la pointe de l'attaque nigériane. Le coup d'envoi du match est pour Gekas qui joue avec Tziolis et on cherche tout de suite à jouer en profondeur mais Haruna est vigilant. Le ballon est pour les Grecs dans ces premières minutes. Ces derniers font tourner mais le bloc nigérian est bien en place, et Gekas a bien du mal à imposer son physique devant Shittu. Les Grecs pressent très haut dans le camp adverse mais ne trouvent pas la faille. 6', la tension retombe. On s'observe en ce début de match. La Grèce monopolise toutefois la balle et essaye de faire la différence, notamment sur les côtés par Vintra, mais Taiwo veille au grain. Sur le contre, Peter Odemwingie s'infiltre côté droit mais son centre-tir ne trouve personne...
10', Ziolis percute à droite, centre pour Gekas mais Yobo surgit et dégage le ballon. 10', premier tir du match. Katsouranis tente sa chance des 45 mètres mais son ballon manque singulièrement de puissance et de précision pour tromper Enyema. C'est par la suite contre le courant du jeu que le Nigeria ouvre le score. 16', Kalu Uche enroule sa frappe, Tzorvas est surpris par la trajectoire et la balle termine sa course dans les filets. Sur sa lancée, le Nigeria pousse et Kyrgiakos stoppe irrégulièrement Etuhu qui repiquait plein axe. 27', Peter Odemwingie est accroché par Kyrgiakos sur le flanc droit. Le coup de pied arrêté pour les Super Eagles est mal tiré par Uche. Les Grecs manquent de percussion pour déstabiliser le bloc adverse et Karagounis tente une frappe lointaine et imprécise...

Le tournant
A la demi-heure de jeu, sur une action anodine côté droit, Kaita est au contact avec Katsouranis, et sur un petit mouvement d'épaule, le joueur grec plonge au sol mais l'arbitre ne bronche pas. Il sort le carton rouge qui changera par la suite la donne dans ce match. La Grèce se jette corps et âme dans la bataille. Sur une belle déviation de Karagounis, Salpigidis s'empale sur Enyema et Gekas, à l'affût, est devancé in extremis par Yobo à la retombée du ballon. 40', la domination grecque est totale et la pression monte devant le but de Enyema. La Grèce insiste. Sur un corner travaillé de Tziolis, Shittu manque de timing au premier poteau et Samaras, le nouvel entrant, réussit une reprise cadrée, sauvée sur sa ligne par Yobo. Le Nigeria n'arrive pas à ressortir la balle et c'est bien le siège des buts des Super Eagles qui se prolonge. Alors que l'on s'acheminait vers un avantage heureux des Nigérians à la pause, la Grèce trouve le bon angle à la 44'. Sur une belle ouverture de Karagounis, le pauvre Shittu détourne la balle dans son propre but. Suite à cela, les deux équipes regagnent les vestiaires.
De retour sur l'air de jeu, et sur un premier ballon de Vintra vers Gekas, Enyema sort avec autorité et calme le jeu d'entrée. Une minute plus tard, le gardien grec sauve les siens d'un but tout fait. Sur une combinaison entre Taiwo et Uche, le Marseillais tente un centre-tir que le portier grec détourne en corner suite à une belle claquette. 50', le Nigeria réagit. Haruna retrouve Etuhu plein axe mais sa frappe est dévié par Obasi qui traînait devant le but. La Grèce a du mal en ce début de seconde mi-temps et c'est le Nigeria qui domine. Aiyegbeni accélère côté gauche, se défait de Tziolis avant que Vintra ne concède la touche. Le jeu est arrêté quelques instants car Taiwo est allongé sur la pelouse et se plaint des adducteurs. Le staff médical intervient mais il faut vite prendre une décision car le Nigeria évolue à neuf ! Quelques minutes plus tard, Taiwo cède d'ailleurs définitivement sa place à Echiejile. De son côté, la Grèce n'arrive pas à construire et abuse de longs ballons imprécis vers Gekas et Salpigidis. Salpigidis se démène côté droit face à la puissance physique de Shittu. Grosse occasion pour le Nigeria à l'heure de jeu. Sur un contre rapide, Yobo ccélère et décale Aiyegbeni qui voit sa frappe déviée par Tzorvas, et Obasi, seul face à des buts vides, tergiverse. Les Grecs n'arrivent pas à mettre hors de position le bloc nigérian et les frappes lointaines se multiplient. La domination grecque se précise alors que le Nigeria marque le pas et s'essouffle. 70', Torosidis profite d'un bon décalage de Karagounis pour tenter sa chance plein axe mais Etuhu est encore sur la trajectoire. Une minute plus tard, Torosidis déborde et trouve Salpigidis qui est gêné par Yobo, lequel concède le corner. Le but chauffe, la Grèce insiste et double la mise par Torosidis qui bat à bout portant Enyema à la 72'. Bien qu'ils restaient vingt bonnes minutes de jeu, c'en était fini des espoirs du Nigeria, trahi par une condition physique quelconque alors que la Grèce finit la rencontre en roue libre, prenant ainsi option sur la qualification au tour suivant.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 11:40

Première surprise du Mondial


Panne sèche pour la «Roja»




La «Furia» a fait les frais d'une sélection suisse ambitieuse et appliquée...
«Nous sommes la petite équipe qui va jouer contre la grande. Nous serons les requins, nous voulons les manger». Ceux qui ont souri aux paroles de Philippe Senderos la veille de la deuxième rencontre du groupe H entre l’Espagne et la Suisse, disputée ce mercredi à Durban, doivent s’en mordre les doigts. Alors qu’on se demandait à quelle sauce seraient mangés les Helvètes, ce sont les grands favoris espagnols qui ont avalé de travers. Pourtant, avec un Andres Iniesta finalement titulaire, la Roja avait faim d'entrée de jeu et s’offrait quelques frappes dangereuses en amuse-gueule : un missile de Sergio Ramos hors cadre (17’), une tentative d’Iniesta bloquée par Diego Benaglio (21’) et une ouverture millimétrée du Catalan pour son coéquipier Gérard Piqué, qui crochetait Stéphane Grichting avant d'échouer devant le gardien suisse (24’). Les Ibères étaient tout près de savourer leur premier mets de la soirée lorsque David Silva adressait un caviar à Iniesta en profondeur, mais Grichting faisait tourner l’affaire au vinaigre, récoltant une biscotte sur le coup. Pour ne rien arranger, la Suisse perdait Senderos sur blessure. Ça sentait le roussi dans la cuisine d’Ottmar Hitzfled, mais à la pause, la Suisse pouvait se vanter de rester sur 439 minutes d’invincibilité en Coupe du monde de la Fifa.

Derdiyok manque le dessert...

Au retour des vestiaires, Xabi Alonso apportait le plat de résistance en frappant de loin à deux reprises en cinq minutes, mais d’abord dans les nuages, puis sur le crâne de Grichting. A attendre trop longtemps avant de se servir, l’Espagne laissait la voie libre aux pique-assiettes, en l’occurrence Eren Derdiyok et Gelson Fernandes. Le premier échappait à la défense et butait sur Iker Casillas, à la diète jusque-là, mais le second avait suivi, récupérait le ballon devant Piqué et concluait à bout portant (52’, 0-1). Le chef espagnol Vicente Del Bosque invitait successivement Fernando Torres, Jesus Navas et Pedro à passer à table, mais la défense suisse se battait bec et ongles sur chaque miette de Jabulani. Xabi Alonso était tout près de donner enfin sa part du gâteau à la Furia Roja, mais la barre se chargeait d’allonger le jeûne des Espagnols (70’). Navas tentait aussi sa chance, mais si la note artistique était bonne pour le sombrero sur Reto Ziegler, Benaglio brillait sur sa frappe enchaînée (72’). Dans la foulée, la Nati s’offrait une occasion en or de prendre du dessert, mais le slalom de Derdiyok dans la défense espagnole finissait sur le poteau (74’).Malgré l’appétit d’ogre des Espagnols dans les dernières minutes et les multiples tentatives pour grignoter le point du nul, la Suisse ouvrait le champagne au coup de sifflet final. Pour les champions d’Europe en titre, il faudra digérer cette amère entrée en matière avant de dîner en tête-à-tête avec le Honduras.

Une brutale baisse de régime


A l'image de ses deux perles David Villa, titulaire, et Fernando Torres, entré en cours de match, l'attaque espagnole a connu une brutale baisse de régime contre la Suisse. La dernière fois que pareille mésaventure était arrivée à la "Roja", il y a un an, l'Espagne avait été battue par les Etats-Unis (0-2) à la surprise générale, lors de la Coupe des Confédérations. Depuis cette désillusion, les joueurs espagnols restaient sur 12 victoires, dont certaines de prestige contre l'Argentine (2-1) et en France (2-0). Au passage, l'attaque de feu avait inscrit 40 buts, dont 6 face à la Pologne (6-0) le 8 juin à Murcie lors du dernier match de préparation. Mercredi, à Durban, les deux gâchettes Torres, entré en jeu à la 61e minute, et Villa sont pourtant restées muettes. Le buteur de Liverpool et celui qui vient de signer au FC Barcelone se sont fait piéger par une défense suisse de haut niveau qui a pourtant perdu en cours de route Senderos, sorti avec une entorse à une cheville (36e), sans que cela nuise à son rendement! Seul titulaire en pointe, Villa, 2e meilleur buteur de l'histoire en sélection espagnole avec 38 buts, n'a jamais pu se mettre réellement dans le sens du but. Et, quand il y est parvenu, il a tiré à côté, alors que le but était vide (45e) ou le gardien suisse Benaglio s'est interposé (60e). Esseulé, il a cependant trop systématiquement cherché le dribble gagnant, perdant toute sa spontanéité. Le sélectionneur Vicente Del Bosque a alors choisi de lui adjoindre Torres, buteur lors de la finale remportée face à l'Allemagne à l'Euro 2008 (1-0). Sans résultat. L'attaquant de Liverpool a commencé par un bon appel suivi d'un tir au-dessus (68e), avant de buter à son tour sur Benaglio (70e), puis Grichting (70e). Avant de manquer un contrôle facile (88e); un raté symbolique de la panne espagnole en attaque.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 11:41

Le chili séduit


Le «Beauséjour»




Au bon souvenir du 16 juin... 1962 (date de sa dernière victoire en phase finale de Mondial), le Chili a assuré l'essentiel face à une équipe du Honduras, limitée

Au-delà des trois points engrangés, les Chiliens ont largement dominé les deux périodes de ce match aux consonances latines, se procurant les meilleures occasions de but face à des Honduriens en difficulté au niveau technique. Matias Fernandez s’essayait dès la 2e minute sur coup franc mais ne trouvait pas le cadre. Puis une frappe d’Arturo Vidal était mal négociée par le gardien des Catrachos, trompé par la trajectoire plongeante du cuir. Aucun Chilien n’avait cependant suivi pour profiter de l’erreur de main de Noel Valladares (8’). Les Chiliens n’étaient pas à court d’idées, le toque fonctionnait bien. Mais le dernier geste péchait: passes trop appuyées, frappes non cadrées... A trop gâcher, les hommes de Marcelo Bielsa se mettaient même en danger sur un coup franc magnifiquement enroulé par Ramon Nuñez. La claquette de Claudio Bravo évitait le pire aux Chiliens.-
Les efforts payaient enfin pour le Chili juste après la demi-heure de jeu. Fernandez passait en profondeur pour Mauricio Isla sur le côté droit.

Et Beauséjour surgit...
Le défenseur de l’Udinese centrait en retrait à destination de Jean Beauséjour qui, avec un peu de chance, ouvrait le score (0:1, 34’). Les Chiliens poursuivaient leur domination au retour des vestiaires. Ils avaient la possibilité de doubler la marque sur la seule grosse occasion de la deuxième période. Vidal remettait à Waldo Ponce mais le gardien hondurien, Valladares, sortait un arrêt sublime pour stopper la tête du chevelu défenseur (64’). La différence entre les deux équipes était flagrante, avec 20 tirs pour le Chili, contre sept pour le Honduras. Mais la Roja n'a cadré que cinq fois. Elle devra régler sa ligne de mire pour obtenir un bon résultat face à la Suisse le 21 juin. Le pays d’Amérique centrale, lui, devra rapidement revoir ses gammes pour affronter l’Espagne, le même jour.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 11:49

à Johannesburg — Argentine-République du Corée (4-1)
Superbe Higuain !


Un hat-trick magnifique qui met l'Argentine en huitièmes de finale. Une véritable démonstration!
Soccer City Stadium. Public nombreux. Terrain en excellent état. Temps ensoleillé. Arbitrage du Belge Frank De Bleeckere. L'Argentine bat la Corée du Sud : 4-1, mi-temps (2-1). Buts de Park 16’ (c.s.c), Higuaín (33’, 76’, 80’) pour l'Argentine et Lee (45') pour la Corée du Sud.

Argentine : Romero, Demichelis, Samuel (Burdisso), Heinze, Gutierrez, Maxi Rodriguez, Mascherano, Di María, Messi, Tevez (Agüero 75'), Higuain (Bolatti 82').

Corée du Sud : Jung Sung, Ryong, Cha Du-ri, Cho Yong-hyung, Lee Jung-soo, Lee Young-pyo, Lee Chung-yong, Ki Sung-yueng (Kim Nam 46'), Kim Jung-woo, Park Ji-sung, Park Chu-young (Lee Dong Gook 81'), Yeom Ki-hun.

Maxi Rodriguez qui prend la place de Veron blessé, c'est le seul changement annoncé dans le camp argentin pour ce match-piège devant la République de Corée. Sinon, ce sont les mêmes traits du jeu: une circulation rapide et variée de la balle et une grande marge de manœuvre donnée au maestro Messi, qui ne semble guère exténué. Il faut dire que la deuxième mi-temps des Albiceste a été nettement plus facile et plus convaincante que la première. Il n’y a pas de secret, les hommes de Maradona ont déstabilisé les Sud-Coréens, déjà frais, par l'incroyable facilité à enchaîner les mouvements offensifs et les triangulations entre Messi, Tevez et Higuain. Ce dernier sort grand gagnant du match d'hier: il réalise un hat-trick qui le remet en confiance dans le rôle de buteur, et aide l'Argentine à passer en huitièmes de finale, la première sélection à le faire dans ce Mondial. De Maria (4') donne le coup d'envoi aux assauts de l'Argentine, puis c'est au tour de Cho, défenseur sud-coréen de tromper son gardien de but sur un centre de Messi (16'). La puissante frappe de Ki qui effleure la transversale a montré que les Asiatiques n'étaient pas près d'abdiquer, et que ce sont des joueurs de qualité, mais c'est la qualité et la forme de l'Argentine qui les a privés de créer la surprise. C'était visible tout au long du match. Le deuxième but, œuvre de Higuain (33') qui trompe Jung d'une tête croisée, met Maradona à l'aise pour le résultat et pour la victoire. Ce n'est pas la bévue de De Michelis, qui ne contrôle bien sa balle et offre le but à Lee à quelques secondes de la mi-temps, qui va métamorphoser le cours du match. On a assisté par la suite à une démonstration argentine avec l'énorme travail de Messi de la droite et de l'axe, qui a libéré à chaque fois Tevez et Higuain, sans oublier Rodriguez prêt à bombarder les bois sud-coréens avec ses boulets de canon. Le score monte à 4-1, mais ça aurait pu être plus lourd comme addition. Ça ne veut pas dire pour autant que les équipiers de Park se sont résignés. Lee, bien servi par Park, a raté de peu les bois de Romero (58'), mais la réussite, c'était de l'autre côté. La domination et l'insistance de Messi et ses amis ont fini par payer. Plus de distraction dans la touche finale, Aguerro et Messi voient le poteau empêcher leur tentative , mais c'est Higuain qui ressurgit et porte le score à 3-1. Le quatrième but argentin est une pure merveille : Rodriguez centre, Agurro reprend de la tête et sert un Higuain démarqué qui assomme la Corée du Sud.

Qui les arrêtera?
L'Argentine a bien joué, a quadrillé le terrain, montrant à tous ses adversaires qu'elle est prête pour la course au titre. Le visage en demi-teinte présenté face au Nigeria est vite oublié, ce fut une véritable démonstration de force avec tous les ingrédients d'un favori: une défense assez compacte, un Messi en toute splendeur et des attaquants disponibles, et à leur tête Higuain. Diego peut savourer cela en attendant les choses sérieuses.

Ils ont dit:
Otto Rehhagel (sélectionneur de la Grèce) : «On a repris le contrôle...»
«Ce match a malheureusement commencé comme le précédent (défaite contre la Corée 2-0), par une faute d'inattention qui fait qu'on se retrouve avec un but de retard, et ensuite il nous a fallu du temps pour nous en remettre. Nous avons joué une heure en supériorité numérique, mais on a déjà vu des équipes perdre des matches dans cette situation. Pour nous, l'essentiel était de ne pas encaisser un deuxième but, et ensuite on a peu à peu repris le contrôle du match, par notre enthousiasme et notre jeu. On va voir comment on s'en sort contre l'Argentine, qui est une équipe de classe mondiale, meilleure que nous sans aucun doute».

Higuain (attaquant de l'Argentine) : «Rien de plus beau»
«Je suis très content que nous ayons gagné et d'avoir fait quelque chose pour l'équipe. Marquer trois buts est une grande satisfaction, et le faire avec la sélection argentine pour mon premier Mondial, il n'y a rien de plus beau. Pour un attaquant, ce qui compte, c'est de se créer des occasions. Contre le Nigeria, je m'en suis procuré. Après, il y a le destin. Je n'avais pas spécialement la pression, c'est la meilleure situation pour un attaquant, surtout en sélection. Ma réussite aujourd'hui est un énorme plaisir, mais il faut rester calme. Il faut savourer mais tranquillement. Nous avons mérité la victoire, même si leur but nous a fait un peu douter. Je savais qu'on aurait des occasions et qu'on allait finir par les concrétiser. Nous avons eu une meilleure possession du ballon et il est clair que nous allons continuer à imposer notre style. Mais il ne faut pas s'enflammer. Nous ne devons pas nous relâcher . Le prochain match, j'y pense déjà. Notre sélection est là pour gagner le Mondial, mais il faut continuer à travailler, et s'appuyer sur notre mental».
Lionel Messi :«Ça rentrera, ce n'est pas grave !»
«Ce n'est pas grave de ne pas avoir marqué puisque Gonzalo Higuain a réussi un triplé, le premier du Mondial-2010. Je suis content pour lui et pour nous. Il a eu des occasions et il a réussi à les concrétiser. Me concernant, j'ai eu des occasions mais ce n'est pas rentré. Nous étions bien face à la Corée du Sud. Nous avons réussi à convertir nos occasions en buts, ce que nous n'avions pas fait contre le Nigeria. On a fait un bon match, on a marqué quatre buts. Je suis tranquille, je joue et on gagne. Ça doit être le Mondial de l'Argentine».

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 12:11

L’Afrique du Sud, surclassée par l’Uruguay (0-3)

Parreira : «Rien n'est encore perdu»

L'Afrique du Sud a mordu la poussière et perdu pas mal de ses illusions en s'inclinant lourdement (0-3) ce mercredi à Pretoria contre une équipe d'Uruguay particulièrement réaliste et appliquée. Les Bafana Bafana ont encaissé trois buts qui risquent bien de leur coûter très cher au moment du décompte final puisqu'en cas d'égalité c'est la différence de buts qui primera.




« La défense n'est pas à pointer du doigt, a malgré tout déclaré Carlos Alberto Parreira. Le premier but est très beau, il n'y avait pas grand-chose à faire. » Le sélectionneur des Bafana n'a pas nié l'évidence : « L'Uruguay est une très bonne équipe qui a beaucoup plus d'expérience que nous. Et ils ont un joueur comme Forlan. »


Menée au score dès la 24e minute sur un sublime but de l'attaquant de l'Atletico Madrid, l'Afrique du Sud est revenue avec de meilleures intentions après la pause. Mais cela n'a pas été suffisant. «Nous avons été mieux durant les trente premières minutes de la seconde période. Nous avons joué notre jeu. Mais après le penalty, ce fut compliqué. Le score est très sévère. Il ne reflète pas le match. Mais rien n'est fini. » Surtout, Parreira n'a pas apprécié du tout les décisions de l'arbitre suisse Massimo Busaca. C'est même un doux euphémisme. « Je suis en colère contre l'arbitrage. L'expulsion nous a vraiment pénalisés, surtout qu'à ce moment là nous maîtrisions la partie. »

«Contre la France, nous devrons être plus agressifs. »

Cette défaite oblige désormais les Sud-Africains à un exploit contre l'équipe de France, mardi à Bloemfontein. «Tout va se jouer lors de la dernière journée, nous devons battre la France», a ajouté un Parreira les yeux rougis et convaincu que des changements s'imposent. «Ce groupe est pour moi le plus difficile de ce Mondial Contre la France, nous devrons changer l'attitude. Nous devrons surtout être plus agressifs.» Pour les Bafana Bafana, ce match contre les Bleus sera comme une finale.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 12:12

Luis Aragones critique durement l’équipe d’Espagne

«On a perdu parce que le match a été très mal géré»

L'ancien sélectionneur espagnol Luis Aragones a durement critiqué la performance de la "Roja", battue par la Suisse mercredi (1-0), et mis en cause la gestion du match, dans des déclarations publiées hier par les médias espagnols.

"L'Espagne a manqué de conviction dès le début, nous avons manqué d'une mentalité gagnante et ça je ne l'avais jamais vu", a déclaré le prédécesseur de Vicente Del Bosque à la tête de la "seleccion", qui avait amené l'Espagne au titre européen en 2008.

En outre, "on a perdu parce que le match a été très mal géré, les changements sont intervenus trop tard", a affirmé Aragones à la chaîne de télévision Al-Jazeera, dans une claire critique de son successeur.

"Ce n'est pas le meilleur qui a gagné, mais celui qui a su gérer le choc. La Suisse a défendu formidablement et a obtenu son but en contre-attaque", a précisé Aragones à la chaîne espagnol Telecinco.

Selon lui, "la sélection espagnole va bien réagir et se qualifier", dans le groupe H, mais elle ne peut pas être considérée comme une des "favorites" du Mondial.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Ven 18 Juin - 12:15



Capello répond à Beckenbauer

Fabio Capello, le sélectionneur anglais, estime que Franz Beckenbauer a manqué de respect à son équipe en clamant que les coéquipiers de Gerrard étaient revenus au bon vieux "kick'n rush"."Je suis surpris de ces commentaires, explique le technicien italien en conférence de presse. Quand on parle de quelqu'un, il faut toujours respecter l'équipe. C'est facile de critiquer lorsque l'on est en dehors du contexte. Contre les États-Unis, mes joueurs n'ont pas joué comme ils le souhaitaient car la pression était vraiment forte. De plus, en deuxième période nous avons su poser le ballon. Par conséquent, je ne comprends pas sa réaction".




En passant, Fabio Capello calme les ardeurs germaniques : "C'était plus facile pour l'Allemagne face à une équipe d'Australie qui jouait le hors-jeu. En plus, l'arbitre a refusé un penalty aux Australiens qui ont terminé à dix." Réputé pour son caractère bien trempé, Wayne Rooney est allé lui aussi de sa petite prose: "L'important est de voir comment tu finis et non comment tu commences. Et ce serait vraiment bien de battre l'Allemagne." Les deux formations pourraient se retrouver dès les huitièmes de finale.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Sam 19 Juin - 16:45

Allemagne-Serbie 0-1

La Mannschaft tombe de haut

La Serbie se relance et relance le groupe D en battant, hier, l'Allemagne 1 à 0. Réduite à dix après l'expulsion de Miroslav Klose, l'Allemagne a manqué une multitude d'occasions pour revenir au score. Y compris un penalty mal tiré par Lukas Podolski. Comme à l'Euro 2008, l'Allemagne s'est laissé surprendre lors du deuxième match. Il y a deux ans, la Croatie avait battu l'Allemagne, futur finaliste. En Afrique du Sud, les Allemands tombent devant la Serbie. Décidément, les pays de l'ex-Yougoslavie ne réussissent pas à l'Allemagne.


L'expulsion de Miroslav Klose à la 37e minute a été le tournant du match. Averti à la 12e minute, Klose a écopé d'un second carton jaune, synonyme d'exclusion, laissant jouer à dix son équipe qui a encaissé un but dans la minute suivante par Milan Jovanovic. Sur l'action, Milos Krasic déborde à droite, centre pour les 2 mètres 02 de Nikola Zigic qui remet à Jovanovic. L'attaquant serbe n'a plus qu'à reprendre à bout portant l'offrande. Mais même à dix contre onze, l'Allemagne ne recule pas et attaque constamment pour refaire son retard. Elle aurait d'ailleurs méritée d'égaliser, mais les joueurs de Joachim Löw ont gâché plus souvent qu'à leur tour les occasions de revenir au score. Parfois par manque de réussite comme sur le tir de Khedira qui s'écrase sur la barre transversale de Vladimir Stojkovic (45e). Parfois également par maladresse. La palme revenant à Lukas Podolski qui manque un penalty (63e) accordé après une main de Vidic dans sa propre surface. Une coutume serbe ? Déjà lors de la première rencontre, c'est une main dans la surface de réparation, commise par Aleksandar Lukovic, qui avait entraîné le penalty victorieux du Ghana...

Cette victoire surprise des Serbes s'ajoute à la déjà longue liste des résultats déroutants de ce Mondial. Avec une victoire et une défaite en deux matches, l'Allemagne se retrouve dans une position inconfortable et inattendue. Sa qualification se jouera lors de la dernière journée contre le Ghana, vainqueur de la Serbie lors de la première journée.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Sam 19 Juin - 16:46

Slovénie-Etats-Unis (2-2)

Le caractère des Américains

Sur le plan comptable, le match nul des Américains face à la Slovénie décroché à l’Ellis Park de Johannesburg hier n’est pas une bonne affaire. Mais il montre la force de caractère des Yankees, de nouveau revenus de derrière après avoir réussi le même exploit face aux Anglais. Il faut attendre moins d’un quart d’heure pour que les contours de l’exploit slovène se dessinent. La première mèche allumée par Valter Birsa est en fait un coup de canon.


Servi par son capitaine Robert Koren, l’Auxerrois se retourne et sans se poser de questions expédie une frappe du gauche que Tim Howard ne voit qu’une fois qu’elle est dans ses filets (13’, 1:0).

Deuxième salve américaine quelques minutes après sur un contre ultra-rapide, lorsque Robbie Findley décale Clint Dempsey côté droit, qui centre instantanément pour Landon Donovan au deuxième poteau. Mais Miso Brecko effectue un retour décisif pour priver le meilleur buteur américain de tous les temps d’une nouvelle unité. Du coup, au lieu de 1:1, le tableau d’affichage passe à 2:0. Pourquoi ? Parce que sur le contre, Milivoje Novakovic lance parfaitement Zlatan Ljubijankic à la limite du hors-jeu. Son plat du pied passe sous le ventre de Howard (42’, 2:0)

L’inspiration de Bradley, père et fils

Au retour des vestiaires, Bob Bradley opte pour un 4-3-3 avec Donovan positionné plus haut, mais c’est le défenseur slovène Bostjan Cesar qui relance les Boys bien malgré lui. Le Grenoblois commet une bourde sur une balle anodine, ce dont Donovan profite pour aligner Handanovic (48’, 2:1). Déjà revenus au score contre l’Angleterre, les Nord-Américains pensent alors refaire le coup aux Slovènes… et y parviennent ! Sur un long centre de la droite, Jozy Altidore remet de la tête dans la course de Michael Bradley qui, d’un pointu sous la barre, ne se prive pas pour redonner le sourire à son sélectionneur de père et à tous les supporters des Stars and Stripes (84’, 2:2).

Les occasions de rafler la mise se présentent des deux côtés en fin de rencontre. Mais l’ultime coup de sifflet de l'arbitre vient officialiser un partage des points logique, mais qui a bien meilleur goût pour les Boys.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Dim 20 Juin - 11:43

Pays-Bas- Japon (1-0)

Logiquement !

Les huitièmes se rapprochent pour les Pays-Bas. Vainqueurs (1-0) d'un Japon accrocheur grâce à un but de Wesley Sneijder en seconde période, les Néerlandais ont décroché leur deuxième victoire en deux matches dans le groupe E. Ils seront qualifiés si le Cameroun ne bat pas le Danemark. Curieuse impression que celle laissée par les Pays-Bas après leur deux premières sorties en Coupe du monde.


Certes, d'un point de vue comptable, l'affaire est parfaitement engagée avec six points récoltés. Mais les Oranje devaient être flamboyants, forts de leur potentiel offensif à faire trembler n'importe quelle arrière-garde. En deux matches, la bande à van Persie, encore une fois privée de Robben trop juste physiquement, n'a pas franchement été à la hauteur de sa réputation. Une confirmation malgré tout, comme face au Danemark (2-0), les Bataves se sont davantage distingués face au Japon par la solidité de leur défense que par le panache de leur attaque. La première mi-temps de la rencontre face au Japon fut sur ce point exemplaire.

45 minutes fades et sans relief où les Pays-Bas ont tourné autour du bloc nippon sans jamais parvenir à se montrer dangereux. Et si les hommes de Van Marwijk ont réalisé 243 passes de plus que leurs adversaires du jour, leur domination fut d'abord stérile. Comme face au Danemark, le salut des Oranje est venu d'un coup du sort. Un csc face aux Scandinaves, une grossière faute du main de Kawashima face au Nippon. Le portier japonais a mal négocié une frappe de Sneijder et coulé un Japon valeureux jusque-là (53e). Car Honda et ses coéquipiers méritaient sans doute mieux. Pas plus entreprenant que les Oranje en première mi-temps mais tout aussi solide, le Japon s'est, un peu, réveillé suite à la boulette de son gardien.

Une frappe d'Okubo a obligé Stekelenburg à son seul arrêt de la rencontre (56e). Mais comme les Bataves n'ont pas capitalisé sur leur ouverture du score heureuse, malgré deux duels mal négociés par Afellay (85e et 88e), les jeux sont restés ouverts jusqu'au bout. Et Okazaki, bien lancé dans les arrêts de jeu, aurait pu permettre au Japon d'arracher un nul qui n'aurait pas eu des allures de hold up. Finalement, la seule vérité qui compte, celle des chiffres, permet aux Pays-Bas, invaincus depuis 9 matches de poule en Coupe du monde, d'aborder dans les meilleures conditions son dernier match face au Cameroun. Ils pourraient même déjà valider leur qualification si les hommes de Paul Le Guen ne battent pas le Danemark en fin d'après-midi. Le Japon devra en revanche s'employer face aux Scandinaves pour voir les huitièmes de finale.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Dim 20 Juin - 11:44

Ghana-Australie (1-1)

Le match des regrets

Un Ghana nonchalant, longtemps en supériorité numérique, a concédé samedi un nul face à l'Australie (1-1) qui, sans être dramatique, est un avertissement avant le choc face à l'Allemagne, crucial pour la qualification en 8e de finale du Mondial-2010. Un nul contre l'Allemagne assurerait la qualification des "Black Stars", résultat qui pourrait condamner la Nationalmannschaft... Mais pour l'obtenir, ils devront retrouver la cohérence collective et la maîtrise au milieu qui leur avaient permis de vaincre la Serbie (1-0).




Plus accrocheurs que contre l'Allemagne (4-0) mais aussi médiocres dans le jeu, les Australiens gardent une petite chance de passer la phase de groupes. Il leur faudra battre, avec le retour de suspension de leur meilleur joueur Tim Cahill, la Serbie avec une pluie de buts sauf si l'Allemagne perd. Dans ce cas seulement, une victoire, quel que soit le score, leur suffirait pour se hisser au stade des 8e.


Face à une opposition moyenne, les Ghanéens ont d'abord été fébriles, privés de leur charnière (John Mensah et Isaac Vorsah, blessés). Et, quand le gardien Richard Kingson se montrait maladroit sur un coup franc lointain de Mark Bresciano, le milieu Brett Holman profitait de l'offrande (11, 1-0).

Techniquement, la supériorité africaine était évidente. André Ayew s'amusait à droite pour un centre en retrait vers Jonathan Mensah. La frappe du jeune défenseur était repoussée du bras par Harry Kewell, faute sanctionnée d'une exclusion et d'un penalty transformé par Asamoah Gyan (25, 1-1).

Les jeux étaient faits, pensait-on. Mais les Ghanéens se montraient tantôt individualistes, tantôt maladroits, tantôt indisciplinés, ne profitant pas de leurs... 19 tirs au but (dont 6 cadrés).

Ils se heurtaient aussi au gardien Mark Schwartzer, décisif sur une frappe croisée du milieu Kevin-Prince Boateng (43) et un tir lointain de l'attaquant Quincy Owusu-Abeyie (90+2).

Un autre tir de Gyan (51), un centre fort du même joueur devant le but sur lequel Hans Serpei était trop court (69) et une tête non cadrée de Mensah (90), voilà tout ce que les Ghanéens récoltaient de leur avantage.

Face à une équipe plus talentueuse, ils auraient pu être punis, mais la tête du remplaçant Scott Chipperfield s'envolait (68) et Kingson se rachetait avec une sortie explosive devant le latéral droit Luke Wilkshire (72).

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Dim 20 Juin - 11:45

Pour avoir insulté Domenech

Anelka viré des Bleus

Nicolas Anelka va quitter l'Afrique du Sud dès ce soir (hier soir-NDLR) suite à ses insultes à Raymond Domenech. La FFF a officialisé son exclusion, expliquant que l'attaquant a refusé "de présenter des excuses officielles". Le joueur accepte mais insiste : "les mots sortis dans la presse ne sont pas mes mots". C'est désormais officiel. Nicolas Anelka a été exclu de l'équipe de France suite à son clash avec Raymond Domenech. Nous l'annoncions en milieu d'après-midi.


La Fédération Française l'a confirmé. "Les propos tenus par Nicolas Anelka à l’encontre du Sélectionneur National Raymond Domenech sont totalement inacceptables pour la FFF, le football français et les valeurs qu’ils défendent", explique l'instance du football français dans un communiqué.

Elle dévoile également quelques détails : "Informé tard dans la soirée de vendredi de l’incident grave survenu durant la mi-temps du match France-Mexique, le Président de la Fédération Jean-Pierre Escalettes a demandé à Nicolas Anelka, en présence du capitaine Patrice Evra, de présenter des excuses officielles à l’opinion publique Française ainsi que de regretter ses propos devant Raymond Domenech, le staff et les 23 joueurs de l’Equipe de France". Finalement, "le refus du joueur de se livrer à des excuses publiques" a donc conduit à son exclusion.

Nicolas Anelka "quittera dès ce soir le camp de base de l’Equipe de France", dit le communiqué. Mais comment aurait-il pu en être autrement ? Samedi matin, L'Equipe a dévoilé qu'Anelka avait lancé au patron des Bleus : (des obscénités que la Rédaction refuse de rapporter). Le quotidien raconte qu'à la mi-temps du match France - Mexique jeudi soir, le sélectionneur n'avait pas prévu de remplacer Anelka, en dépit de sa pauvre prestation, mais souhaitait "juste qu'il arrête de décrocher en permanence, de dézoner à volonté". L'attaquant de Chelsea a contesté, Domenech a menacé de le remplacer. L'insulte aurait alors fusé. "Ok, tu sors", aurait répliqué Domenech, sous le regard médusé des autres joueurs. André-Pierre Gignac joua ensuite la seconde période à la place du "Blues". Après cet accrochage, la France a encaissé deux buts en seconde période (64e et 79e minutes) et s'est inclinée 2 à 0.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Afrique du Sud 2010   Aujourd'hui à 1:19

Revenir en haut Aller en bas
 
Afrique du Sud 2010
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Coupe d'Afrique des Nations 2010
» Coupe du Monde de la FIFA: Afrique du Sud 2010
» Tournées de l'été 2010
» COUPE DU MONDE 2010
» ZX10R K8 en Afrique du Sud ......"Fuel"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Football International :: Coupe du Monde-
Sauter vers: