Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 olympique Beja

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: olympique Beja   Lun 10 Mai - 14:59


L'invité du Lundi: Rachid Belhout«La coupe m’a toujours fait les yeux doux !»
• Mes empreintes sont restées là où je suis passé
• J’ai su instaurer un climat de confiance
• Quand on dispose de bons dirigeants, les résultats suivent
• J’ai toujours été un gagneur
• La trêve a freiné notre progression
• Seuls les quatre grands clubs attirent les supporters
• Il y a une excellente infrastructure en Tunisie
• La sélection algérienne est en mesure de réussir un bon parcours au Mondial


Le coach de l’OB, l’Algérien Rachid Belhout, a su en peu de temps remettre l’équipe nordiste sur les rails. Mieux encore, l’OB disputera sous sa houlette, dans quelques jours, la quatrième finale de son histoire. Un parcours éloquent sous la conduite d’un technicien humble. C’est avec une gentillesse et une disponibilité coutumières qu’il a répondu à nos questions.

Rachid Belhout, si tout le monde connaît votre parcours à l’OB, on en sait moins sur votre carrière avant d’atterrir à Béja?
J’ai quitté l’Algérie à l’âge de 11 ans et ma famille s’est installée en France. J’ai commencé ma carrière de joueur avec l’équipe de Montmédy dans la Meuse, ensuite à Longuyon en Meurthe-et-Moselle. Ensuite, j’ai intégré le club de Dijon. Puis j’ai joué à Vitron en Belgique, puis à Arlon. Après avoir décroché mes diplômes d’entraîneur, j’ai entraîné Arlon, Bastogne, et j’ai gagné quatre fois la coupe. Ensuite, j’ai entraîné pendant 8 ans en division nationale au Luxembourg, j’ai ensuite exercé à Eischen, Redboys, Differdange, Wiltz, l’Union du Luxembourg avec qui j’ai gagné deux fois la coupe Intertoto. En Algérie, j’ai entraîné l’Entente de Sétif avec qui j’ai joué une demi-finale de la coupe arabe. Par la suite, j’ai entraîné l’USM Alger et j’ai joué la finale de la Coupe d’Algérie, j’ai regagné Sétif la saison suivante et j’ai joué la demi-finale de la coupe d’Afrique avant d’être contacté par l’OB.
J’ai trouvé un groupe sympathique avec une grande marge de progression. L’équipe avait de grandes prédispositions, une bonne volonté et une disponibilité à l’écoute. Toutefois, je dois dire que, parfois, les joueurs manquaient de professionnalisme sur certains plans tels que la nutrition et l’hygiène de vie en général.

Au début, aucun parmi les plus connaisseurs dans le giron du club n’aurait parié sur une saison réussie…?
Vous savez, la saison venait de commencer. Il fallait retravailler le mental des joueurs et les remettre en confiance car j’ai remarqué que tout le monde avait peur de tout. J’ai essayé de transmettre un peu de mon expérience et chasser le doute et la peur de perdre des esprits des joueurs car avant les rencontres ils étaient tendus. J’ai essayé de sortir le groupe de ce cercle vicieux, et j’ai instauré une nouvelle façon de voir les choses. Petit à petit, les joueurs ont repris confiance en leurs moyens et ont favorablement réagi. Vous savez, je n’aime pas entraîner dans un climat de tension et c’est pour cela que j’ai tout fait pour instaurer la sérénité dans le groupe et autour de moi, et ça a démarré dans le bon sens. Il fallait être patient…

«Je n’ai jamais douté»

Vous attendiez-vous à ce regain de forme et à cette nouvelle santé de l’équipe?
Comme je vous l’ai dit, je m’attendais à ce regain de forme car il y avait de la qualité dans le groupe et de bons dirigeants autour de moi. Tout cela a fini par payer.

Avez-vous douté un jour de réussir?
Non, pas du tout, car si j’avais douté un instant, j’aurais quitté le club car il y avait plusieurs offres à ce moment-là. Au contraire, j’étais certain que le bateau se dirigeait vers le bon port. La façon avec laquelle on jouait et la progression qu’on avait m’incitaient à travailler davantage car j’étais sûr de la réussite. J’étais sûr que nous allions dans la bonne direction et que le club était sur les rails…

Des valeurs dont vous vous inspirez ?
J’ai toujours été un gagneur, et, pour gagner, il faut travailler. Je prône toujours le travail, l’honnêteté, le sérieux et le respect de toute la famille sportive (arbitre, adversaire, presse).
De plus, ma devise est: celui qui renonce à être le meilleur cesse d’être bon.

Sur le terrain avez-vous des certitudes en matière d’organisation tactique et d’animation?
Oui, bien sûr, j’ai des principes de jeu, j’utilise au mieux les joueurs dont je dispose. On évolue selon nos moyens. J’ai essayé parfois des trucs, ça a réussi et parfois ça a échoué. C’est cela le football.
Je suis un fervent défenseur du football offensif mais on ne peut pas être bon avec une mauvaise défense. Il faut réussir à trouver l’équilibre entre une bonne attaque et un bloc défensif solide.

Vos joueurs s’y sont-ils facilement accoutumés ?
Oui, mais parfois avec beaucoup de difficultés. Ce n’est pas toujours comme je l’ai voulu. On ne peut pas réussir à inculquer une nouvelle philosophie de jeu en quelques mois seulement.
Mais je dois dire que mes joueurs s’en sont bien sortis grâce à leur application et à leur détermination…

Pourtant, l’OB a été sujet à des sautes de concentration cette saison, comment expliquez-vous ce phénomène à répétition ?
Il faut dire que contre les grosses pointures du championnat, on n’a pas eu le bonheur qu’on méritait. La trêve a en plus freiné notre progression et on était contraint de remettre de nouveau la machine en marche. On n’arrivait pas à enchaîner plusieurs bons matchs successifs. C’est à cause de l’inexpérience de certains joueurs et de la déconcentration d’autres…

Avec un peu de recul, vous reconnaissez-vous une part de responsabilité dans certaines erreurs?
Bien sûr, comme tous les entraîneurs, celui qui ne tente rien n’obtient rien; j’ai tenté des choses qui ont merveilleusement marché mais d’autres ont échoué, c’est ça l’entraîneur…

Qu’a t-il manqué à l’OB pour pouvoir se classer en haut du tableau ?
Des renforts. Il faut renforcer certains secteurs de jeu. Il y a des fois où on a manqué de solutions de rechange…

A quoi ressemblera donc une saison réussie pour vous ?
Cela dépend de l’équipe où je suis. A l’OB, une saison réussie c’est une saison avec un classement honorable et une place de podium en coupe. C’est en quelque sorte la saison actuelle avec l’OB. Nous ferons tout pour ramener la coupe à Béja.

Une bonne infrastructure

Parlons du football tunisien en général. Quelle image gardez-vous de notre football du temps où vous étiez en Algérie?

Lorsqu’on évoque le football tunisien en Algérie, on évoque les bonnes infrastructures et le professionnalisme. Le football tunisien est moins physique que le football algérien, mais au niveau des joueurs, c’est le même. En Tunisie, il y a une bonne technique qui n’est pas toujours mise à profit avec le sens tactique. En outre, ce que je déplore, c’est le manque de public dans les stades, car, à part les quatre grands clubs qui attirent toujours la grande foule, les autres équipes le font beaucoup moins et c’est dommage.

Public à part, il y a d’autres écarts techniques et tactiques entre les clubs de Ligue 1. Pensez-vous que cela tend à disparaître?
Cela mettra encore assez de temps. Les grosses cylindrées du championnat ont de l’avance sur le reste. Tout le monde doit se mettre au travail pour diminuer cet écart.

Croyez-vous au destin? Parce que c’est un sacré clin d’œil que la coupe vous lance depuis un bon bout de temps?
Il y a toujours une part de destin dans la vie. La coupe m’a toujours fait les yeux doux et j’affectionne beaucoup cette compétition. J’ai gagné six fois la coupe de province du Luxembourg en tant que joueur et en tant qu’entraîneur, mais j’en ai perdu d’autres… J’espère gagner ma première coupe en Tunisie avec l’OB dans deux semaines…

Comment allez-vous préparer cet important rendez-vous?
Avec tout le sérieux et l’application possible. On va effectuer une mise au vert et on va préparer cette finale avec détermination car nous avons beaucoup d’arguments à faire valoir…

Dans les coulisses, on vous annonce dans plusieurs clubs la saison prochaine…Non, pour le moment je me consacre au travail et à la préparation de la finale. J’ai plusieurs offres, mais je ne les ai pas encore étudiées…

Si l’OB vous demande de rester, vous ne diriez pas non?
Le président du club, M.Mokthar Nefzi, m’a déjà fait une proposition que je suis en train d’étudier. Pourquoi pas? Je suis bien à Béja et je m’entends bien avec tout le monde. On pourra faire encore beaucoup de belles choses avec l’OB…

Avez-vous le sentiment d’être désormais davantage connu et reconnu?
En Tunisie, peut être pas encore, mais dans d’autres pays, je suis déjà connu et reconnu. Dieu merci, je n’ai laissé que de bons souvenirs dans tous les clubs où j’ai travaillé…

Un mot sur l’Algérie et le Mondial tout proche…La sélection algérienne regorge de talents et elle est en mesure de réaliser un bon parcours. Il y a encore un peu de travail tactique à faire et la réussite sera certainement au rendez-vous…

Le mot de la fin?
Je voudrais remercier toute la famille sportive tunisienne et celle de Béja, en particulier. La gentillesse des gens à Béja m’a beaucoup touché…



Auteur : Ridha BAHLOUS (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Ven 21 Mai - 13:56

Demain à Radès, la finale de la Coupe OB – CSS
Rachid Belhout (OB)

Huit mois à peine après avoir débarqué chez nous de l’Algérie sœur pour prendre en main les destinées techniques de l’OBeja, Rachid Belhout est aux anges. Non seulement il a réussi à terminer l’exercice avec un classement fort satisfaisant au milieu du tableau loin des zones de turbulences mais cerise sur le gâteau, il parvint à propulser les siens en finale de la Coupe de Tunisie. Nous l’avons abordé pour faire un tour d’horizon concernant les siens et nous entretenir de leurs chances lors de cette finale tant attendue. Entretien:

- Le Temps : A votre arrivée il y a pratiquement huit mois pensiez-vous sincèrement parvenir si loin dans cette épreuve ?

- Rachid Belhout :[/b] Ma mission était de préparer une bonne équipe compétitive pratiquant un volume de jeu respectable et appréciable avec un classement qui sied le mieux aux potentialités réelles du groupe. Pour la coupe, franchement l’affaire diffère grandement car elle est tributaire de la chance, du tirage au sort, des adversaires à rencontrer, etc. Parvenir donc à la finale est un rêve caressé par tout un chacun et c’est légitime.

- A combien évaluez-vous vos chances de succès devant le tenant du titre autrement plus rompu que vous à ce genre de confrontations ?

- Vous savez dans ce genre de match, seule la forme du jour et la concentration priment. Le passé, le palmarès, le vécu ne tiennent plus la route. Celui qui maitrisera le mieux son sujet en gardant la tête froide aura le fin mot de l’histoire.

- Physiquement, vos jeunes joueurs sont-ils en mesure de tenir la cadence infernale qui leur sera imposée par leurs adversaires ?

- Et pourquoi pas l’inverse de la question. Notre adversaire sera-t-il en mesure de soutenir le rythme que nous imprimerons aux débats. Je vous rassure que les miens sont mentalement, physiquement, tactiquement au point pour s’octroyer le trophée dans le temps réglementaire et même après l’épreuve des tirs au but.

« La réalité du terrain… »

- De quel côté la pression risquerait-elle de peser le plus? En d’autres termes qui selon vous partirait en conquérant et qui serait le challenger, l’outsider ?

- Je sais que beaucoup ne nous donnent pas favoris, mais la réalité du terrain contribuera à les détromper et les contraindre à revoir leurs plans.

- Vous vous basez dans cette approche sur la domination totale que vous avez exercée sur votre adversaire lors des deux rencontres livrées en championnat ?

- Nous les avons certes dominés mais nous avons commis également quelques erreurs qu’il nous appartient d’éviter le jour de la finale.

- Où résiderait selon vous la clé du match ?

- La concentration et l’application tactique du début jusqu’à la fin avec une vigilance à toute épreuve. Gagner tous les duels et ne rien lâcher en jouant bien sûr avec des lignes rapprochées et un bloc équipe soudé.

- Des craintes particulières à la veille de cette importante échéance ?

- Non pas particulièrement, et même les absences de Akram Sassi et Hamdi Ouerhani seront correctement palliées.

- Optimiste donc quant à l’issue finale des débats ?

- Absolument et je veux offrir ce trophée à toute la région de Béja, à son merveilleux public et à ses responsables qui ont placé leur confiance en mon humble personne. J’espère qu’ils seront bien récompensés en retour.

- Sameh Derbali et Aymen Soltani portent à coup sûr vos espoirs devant ?

- J’ai confiance en tout le groupe et je n’en dissocie personne dans l’affaire. Ils sont tous solidaires et ils feront tout leur possible pour être à la hauteur des attentes placées en eux.

Entretien conduit par Mohamed Sahbi RAMMAH (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Dim 23 Mai - 11:37




Finale de la Coupe : OB-CSS (1-0)

Victoire du cœur et de l’application


C'est avec tous leurs atouts que les deux finalistes entament la rencontre phare de l'année, celle convoitée par toutes les équipes, la joie de clôturer la saison, le bonheur d'être, le temps d'un match la principale attraction, le centre d'intérêt de toute la nation et surtout l'honneur immense de jouer en présence du Président de la République.


L'entame du match était bien équilibrée et les deux équipes organisées. Ils adoptaient, à l'occasion, un style de jeu presque similaire. L'évolution avec le ballon par le biais de passes courtes et dans le respect des trois compartiments du terrain.


Mais les Sfaxiens semblaient plus dangereux devant et mieux armés pour atteindre les buts adverses. D'ailleurs, ils faillirent concrétiser après 10 minutes de jeu. Fateh Gharbi, l'arrière gauche mettait la patte dans la surface et croisait un tir qui passa tout prêt du poteau. Brahima Touré, quand à lui, exploitait très mal la majestueuse transversale de Kamel Zaïem en dévissant trop sa tête ratant le cadre à la 15'.

Mais il fallut attendre la 25 pour que les débats s'enflamment. Suite à un centrage anodin, Maman Issufu dépassé par Aymen Soltani, esseulé à la pointe de l'attaque mit la main et Jedidi ne s'y trompa point, désignant illico presto le point de pénalty tout en avertissant le joueur.

Mahdi Harb ne se pose pas de questions pour le transformer, donnant l'avantage aux siens.

Après l'euphorie et l'explosion de joie, les Béjaois reviennent à leur concentration et paraissent, désormais, plus entreprenants que leur vis-à-vis. Plus robustes dans les duels, jouant chaque balle avec les tripes et le cœur et défendant en y mettant toute l'ardeur, ils empêchaient les Sfaxiens de dérouler le jeu qu'ils affectionnent. Kamel Zaïem marqué au short et Hamza Younes, suivi par Anis Matar Bacha comme leur ombre étaient effacés.

Sameh Derbali faillit, même, doubler la mise à une minute de la mi-temps quand son tir fut détourné par un défenseur "Noir et Blanc" prenant à contre-pied le gardien Khaloufi. Ce dernier fut chanceux car le ballon flirta avec son poteau avant de sortir en corner. Les Sfaxiens ne se trouvaient pas, cafouillaient, prenaient les mauvaises décisions à l'intérieur de la surface de réparation au démarrage de la seconde mi-temps.

L'entrée de Gmamdia à la place de Maâloul sans aucune inspiration donnait davantage d'animation à l'attaque sans véritable percussion. Les attaquants n'étaient pas réellement menaçants.

Saber M'Hamdi, l'était, lui, bel et bien sur son coup franc à la 60ème minute. Il enroulait bien son tir et Khaloufi, bien positionné ne put que repousser des deux mains.

Kamel Zaïem lui répondit, à peine une minute plus tard sur un coup de pied arrêté et son tir connut exactement le même sort.

Plus vifs et rapides, les Béjaois amorçaient un contre suite à cette action qui faillit engendrer un 2ème but si Sameh Darbali avait su concrétiser la passe décisive de Saber M'Hamdi. Son tir centré et sans conviction fut capté avec aisance par Khalouffi.

Les Sfaxiens jouaient stéréotypé, ne variant aucunement leurs offensives alors qu'ils avaient la possibilité et le potentiel pour le faire. Ils jouaient, la plupart du temps en profondeur, négligeant les couloirs ce qui facilitait la tâche des défenseurs, surtout que Ali Hammami et Anis Matar Bacha étaient très concentrés sur leur sujet et commettaient très peu d'erreurs.

Des erreurs, il y'en avait dans le camp sfaxien; erreurs de placement, erreurs dans les courses et les appels de balle, erreurs dans la réception et autant de ballons perdus, d'occasions dilapidées et d'opportunités d'égaliser minées!

Les Béjaois rataient, de leur côté, des contres bien orchestrés que ni Darbali ni Soltani ne parvenaient à concrétiser.

A mesure que les minutes s'écoulaient, les protégés de Luca se montraient incapables de se transcender et d'arracher la parité. La fraîcheur, la détermination et la volonté d'aller de l'avant ne changeaient guère de camp. Béjaoise, elle fut depuis le début du match et béjaoise elle demeurait jusqu'à sa fin, bien alimentés par l'incorporation de Constant très en jambes et sachant conserver le ballon quand les minutes s'égrenaient et chaque possession devenait précieuse.

Les Sfaxiens ne conserveront pas leur trophée, asphyxiés par des Béjaois qui le voulaient plus.

Ils prennent méritoirement, des mains du Président de la République, la reine des consécrations, Dame Coupe.

Aida Arab Achab (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Dim 23 Mai - 11:52

Finale de la Coupe de Tunisie — OB-CSS : 1-0De la tendance à l’évidence…L’OB a su attendre son heure pour confirmer ses progrès et gagner la seconde coupe de son histoire

Stade 7-Novembre de Radès. Beau temps. Pelouse en bon état. Public nombreux. OB bat CSS par 1-0. Score acquis à la mi-temps. But de Mehdi Harb (24’ s.p.). Arbitrage de M. Slim Jedidi.
OB : S. Nefzi, Mandougua, Hammami, Matar Bacha, N.Nefzi (Makhlouf), Camara, Mhamedi, Guerbouj (Mombley), Derbali (Jelassi), Harb, Soltani.
CSS : Khalloufi, Youssofo, Gharbi, Rouid, Ben Salah, Bergaoui, Hammami, Touré (Ogba), Zaïem, Maâloul (Guemamdia), Younès.
«La coupe m’a toujours fait les yeux doux». Cette phrase a été prononcée il y a quelques deux semaines par notre invité du lundi, l’entraîneur béjaois Rachid Belhout. Il ne croyait pas si bien dire. On ne sait vraiment si c’est un concours de circonstances ou une certitude de la part du coach de l’Olympique. Tout ce que l’on peut affirmer, est que Belhout a vécu des consécrations et c’est peut-être cette rage de vaincre qu’il a su inculquer à ses joueurs. La métamorphose de l’équipe est totale. L’OB a gagné en rigueur et en application.
C’est sans doute aussi la sobriété et l’humilité des Béjaois qui ont fait la différence. Sur le papier, le CSS était le favori de la finale. Sur le terrain, ce fut une autre paire de manches. Le plus fort ne gagne pas toujours. Il faut savoir se fondre dans le moule. Le CSS n’a pas su le faire. Il était clair dès les premières touches de balle que les Sfaxiens allaient connaître les pires difficultés face à un adversaire coriace, difficile à manier et humble surtout. Les deux équipes avaient pratiquement opté pour un schéma tactique identique, un avant axial et deux attaquants de couloir. La nuance toutefois s’est faite au niveau de l’évolution des joueurs. Les Béjaois connaissant leurs limites ne se sont pas aventurés à l’aveuglette. Au contraire, ce sont les joueurs du CSS qui ont cherché d’entrée l’effet de surprise. D’ailleurs, Gharbi, une première fois (11’), a eu une belle opportunité d’ouvrir le score mais il a trop croisé son tir. La seconde occasion a été ratée par Touré qui, suite à un caviar de Zaïem, a mal catapulté la balle de la tête pour rater le cadre (16’).


L’OB se rebiffe
Ces deux opportunités ont tiré la sonnette d’alarme dans le camp béjaois. Le jeu direct des joueurs de Belhout a fini par être payant. Une longue transversale est bien exploitée par Guerbouj qui presse Youssofo dans sa zone et le pousse à commettre la faute. Une main du défenseur du CSS provoque un penalty bien transformé par Mehdi Harb (24’).
Le match était lancé et promettait de tenir en haleine. Les occasions de but ne manquaient pas d’un côté comme de l’autre. Soltani dans le camp béjaois se fait contrer à quelques mètres des buts de Khalloufi.
Chady Hammami n’exploite pas un corner de Zaïem et place de la tête la balle à côté des buts (34’). Mais la dernière occasion de la période initiale reviendra à Derbali qui tire et qui faillit prendre Khalloufi à contrepied suite à une déviation de Rouid (44’).
Il était certain que quelque chose ne fonctionnait pas dans les rangs sfaxiens. Luka tente de mettre de l’ordre dans la maison en incorporant Guemamdia à la place de Maâloul. Le CSS réagit enfin, mais les joueurs de l’OB, appliqués en défense, tiennent bon. Ils sont meilleurs dans les duels à l’image de Matar Bacha, intraitable dans ses face à face aériens et au sol contre Hamza Younès, le joueur adverse le plus dangereux. Le mérite des Béjaois est d’avoir su fermer les issues menant à leur cage et d’avoir privé Zaïem d’espaces. D’ailleurs, ce dernier, après avoir été placé sur le couloir gauche en première mi-temps, a réintégré carrément l’entrejeu après le repos pour essayer de régler tant bien que mal les manœuvres du CSS. Rien n’y fit, car c’étaient plutôt les Béjaois qui avaient la tête en place. Franchement, le CSS aurait pu égaliser surtout par Zaïem en fin de match, mais les Béjaois ont raté l’aubaine de tuer le match à au moins deux reprises. Les contres ont été bien menés par Mhamedi qui sert à deux reprises Derbali sur un plateau. Par deux fois, l’attaquant de l’OB se fait anticiper au moment de conclure. L’OB se fera, certes, peur, mais le CSS n’ira pas au bout de ses intentions. Dame coupe avait choisi l’OB pour lauréat. Et ce n’est que justice pour une équipe qui n’a jamais perdu les pédales.



Auteur : Skander HADDAD (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com


Dernière édition par Admin le Lun 24 Mai - 13:36, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Lun 24 Mai - 13:33

Rachid Belhout

« Je reste à l’OB, sous conditions… »
La fête sera complète pour Rachid Belhout, le coach béjaoua, et l’été très joyeux. Outre cette coupe qu’il remporte, il convole en noces avec une jeune tunisienne de Tabarka.

Un homme heureux répond à nos questions et décide de son avenir.
• Le Temps: Pensez-vous que la victoire d’aujourd’hui est celle de l’application et du cœur ?

• Rachid Belhout: Oui certainement. Mais, nous avons également eu l’opportunité de marquer à plusieurs reprises un deuxième but si les joueurs avaient mis un peu plus de vitesse dans la dernière passe. Mais il ne faut pas oublier que le CSS a également eu des occasions de scorer.


• Saison en dents de scie de l’OB qui a alterné le bon et le moins bon. Comment expliquez –vous cette instabilité dans le rendement ?

• A mon arrivée, nous sommes montés en puissance. Nous avons vraiment fait de très belles prestations et on semblait même imbattable sur certaines rencontres.

Ensuite, il y’a eu la trêve et elle ne nous a pas été bénéfique. De toute façon, la trêve, elle est bonne ou mauvaise pour une équipe. Dans notre cas, elle était mauvaise. A la reprise, nous avons eu à rencontrer les grandes équipes et la chance n’était pas, non plus, de notre côté. Mais là où nous avons vraiment fauté, c’est contre El Gawafel. Dans la dernière demi-heure Gafsa était meilleure que nous. Il ne faut pas non plus faire la tête à cause de ça. Des fois une équipe peut être meilleure que l’autre même si elle est classée en dessous. Gafsa nous a poussés à ne pas être dans le coup. Puis on est revenu au niveau qu’on avait avant la trêve.

• Vous vous mariez cet été avec une Tunisienne. Vous restez, donc, à Béja. Vous voyez vos ambitions à la hausse après ce titre ?

• Pour le mariage, c’est vrai mais pour dire que je reste à Béja ce n’est pas encore fait. Je suis en discussion. J’ai des conditions.

• Par rapport à votre salaire, aux recrutements, aux autres offres que vous pouvez recevoir ?

• Surtout par rapport à mon fils que je n’ai pas vu depuis 4 mois. Il est en Belgique. Ça c’est une chose primordiale. Béjà me convient bien. Je ne suis pas loin. Je prends l’avion et je suis à Paris où je peux rejoindre mon fils. Je crois qu’il y’a de fortes chances pour que j’y reste.


Aida Arab Achab (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Sam 5 Juin - 13:47



Belhout rempile à l’O.Béjà

Les équipes de la Ligue 1 mettent les bouchées doubles au niveau de l’engagement du technicien en mesure de les mener à bon port. Après le passage de Habib Majeri à la J.S.Kairouan et celui de Gérard Busher au C.A.Bizertin, c’est au tour de deux autres entraîneurs de fixer leurs choix sur leurs prochaines destinations. L’Algérien Belhout a pris la sage décision de poursuivre son expérience du côté de Béja.

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Lun 30 Aoû - 13:17

Selliti attendu




Retour aux sources de l’attaquant béjaois qui devrait signer sous peu

Les dernières heures du mercato d’été peuvent apporter du nouveau pour le club nordiste. Ce sera vraisemblablement le troisième retour au bercail, de l’attaquant Mohamed Selliti qui bouclera lui aussi la boucle à l’instar du gardien Mohamed Zouabi et de l’attaquant Nebil Missaoui. Après plusieurs expériences en Tunisie et à l’étranger, Selliti pourra signer demain une licence au profit de son club d’origine, l’OB. Un renfort de taille pour les «Cigognes» et spécialement pour le dispositif offensif encore muet après les trois premières rencontres du championnat.
Avec ce dernier recrutement, le groupe sera plus équilibré. En effet, le compartiment défensif composé de joueurs expérimentés et habitués à jouer ensemble, confirme cette capacité à ne pas céder et à donner de l’assurance à des jeunes joueurs incorporés à l’entrejeu et en attaque. Reste à trouver la bonne formule en attaque. L’effectif est riche et une meilleure utilisation du groupe est nécessaire.

Missaoui indisponible pour deux semaines
Blessé au genou, l’attaquant Nebil Missaoui a été opéré du ménisque il y a quelques jours et sera fin prêt pour la reprise à l’occasion de la rencontre face à l’ESS à Sousse.

Une concurrence accrue
Il est encore un peu tôt pour parler de bonne santé, surtout après les trois premières rencontres disputées, dont deux en déplacement (Sfax et La Marsa) et une à domicile (CSHlif), et surtout quand le meilleur joueur de ces matches est le gardien. Mais l’arrivée probable de Selliti annonce une concurrence féroce dans le secteur offensif béjaois. L’OB doit délaisser son 4-4-2 surtout à domicile car on dispose désormais de sept joueurs offensifs pour trois places, et opter pour le 4-3-3 surtout avec la présence de Manaï, Amir, Missaoui, Guerbouj, Maâmri Mombley et Selliti en attaque.
Même si les obligations continentales et nord africaine de l’OB cette saison pourront offrir un temps de jeu conséquent à tous les joueurs.
L’équipe nordiste peut sortir son épingle du jeu cette saison sans difficulté car l’ambiance au sein du club incite à l’optimisme. L’effectif est riche et est considérée comme étant le meilleur de ces dernières saisons. Il faut savoir en tirer le maximum, mais surtout finir les rencontres à onze car l’OB a fini deux des trois premières rencontres à dix après l’expulsion de M’hamedi à Sfax lors de la journée inaugurale et celle de Rodrigue face au CSHLif à Béja.

Auteur : Khaled BEJI (La Presse)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: olympique Beja   Jeu 23 Déc - 16:53

Belhout rend le tablier; Hidoussi à la rescousse


Ce qui planait dans l’air défens depuis bonne lurette, vient se concrétiser en fin de compte. En effet, Belhout a rendu le tablier cette fois-ci pour de bon, le mardi soir à 20h30, après une réunion avec le président du club, réunion au cours de laquelle les deux parties se sont entendues à ce que l’ex-coach béjaoi percevra uniquement la mensualité du mois de décembre et pourra ainsi se libérer et se rendre dans les plus brefs délais là où on l’attend à savoir à la Médina de Libye ou à un club algérien dont on dit qu’il s’agirait de la M.C.Alger.



Quant à son suppléant il ne sera autre que Sofiane Hidoussi qu’un accord moral avec Mokhtar Nefzi le liait depuis un certain temps c’est-à-dire depuis que ce dernier a pris la décision de se séparer de son « employé ».


Le nouvel entraîneur de l’O.Béja a pris ses fonctions hier (mercredi) au cours de la séance de l’après-midi. A priori Hédi Mokrani restera à son poste comme adjoint afin de faciliter les premiers contacts avec le groupe appelé à disputer une rencontre très importance ce week-end contre le Stade Tunisien.

Assisterons-nous au fameux et magique choc psychologique au cours de cette déterminante rencontre ? Le départ de Belhout résoudra-t-il tous les problèmes ? Ce n’est pas sûr car plusieurs autres initiatives doivent suivre à commencer par le renforcement de l’effectif par un noyau de joueurs ciblés, compétitifs et en fonction des besoins urgents pour pouvoir donner plus d’assise et plus de punch à un groupe actuel ressemblant plutôt à un citron asséché et manquant terriblement de ressort. Un grand travail mental attend Hidoussi s’il veut réussir dans sa mission.

Où est Rodrigue ?

Les supporters béjaois se demandent avec insistance où est passé le latéral droit Rodrigue après avoir constaté son absence les deux dernières rencontres. Renseignement pris, il s’est avéré qu’une altercation, avec le président du club juste avant le départ pour Hammam-Sousse à cause d’une question d’émolument, l’aurait privé de ce déplacement. Aux dernières nouvelles, il sera traduit devant le conseil de discipline incessamment pour avoir « demandé ses droits ». Et comme Saïbi, fêtera probablement son mariage dimanche prochain, on se demande qui s’occupera du couloir droit de la défense. Un peu de souplesse, de compréhension et de magnanisme, en cette période difficile, de la part des responsables et en particulier du président du club, ne pourrait que rendre service à l’équipe surtout que comparer la doléance de Rodrigue avec les écarts de certain c’est la distance qui sépare le ciel de la terre.
Rachid ACHOUR

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: olympique Beja   Aujourd'hui à 19:21

Revenir en haut Aller en bas
 
olympique Beja
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Olympique Calais recrute
» Olympique de Marseille
» jeux olympique jeune tennis de table
» L'Olympique Calais cherche un joueur pour ses 3 R3
» JEUX OLYMPIQUE ATHENES 2004_cherche vidéos d'équipe

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Football National :: Les autres Equipes Tunisiennes-
Sauter vers: