Bonjour l'ami,
La direction du forum forza-baklawa vous prie de prendre la peine de s'inscrire afin d'ouvrir toutes les rubriques du Forum. La nouvelle version du site et forum est sur ce lien http://www.forza-baklawa.com


.
 
Le SiteLe Site  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sports de Combats

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Sports de Combats   Mer 5 Mai - 14:00

Judo

Grand prix de Tunis53 pays au rendez-vousPrès de 560 athlètes prendront part à la 26e édition du Grand prix de Tunis de judo, organisé par la Fédération Tunisienne de Judo (FTJ), du 7 au 9 mai au palais des sports d'El Menzah.
La Tunisie qui abrite ce Grand prix, doté de 150.000 dollars et qualificatif aux Jeux olympiques de Londres 2012, est le seul pays africain à organiser un des tournois du Grand prix — le prochain Grand prix aura lieu au Brésil dans trois semaines —, a indiqué M. Hedi Mhirsi, président de la FTJ, lors d'une conférence de presse tenue mardi matin.
Il a précisé que 53 pays seront représentés lors de ce tournoi, dont notamment la France, le Japon, la Corée du Sud, l'Allemagne et le Kazakhstan, des pays de grande tradition en judo.
Plusieurs champions olympiques et du monde seront également au rendez-vous, à l'instar des champions du monde 2009 Georgii Zantaraia (-60 kg) et le Kazakh Maxim Rakov (-100 kg), l'Allemand Ole Bishof, champion olympique 2008 (-81 kg), la Roumaine Alina Dumitru, championne olympique 2008 (-48 kg).
La Tunisie sera représentée par 18 athlètes dans la catégorie seniors, à savoir Frej Dhouibi (-60 kg), Ragheb Kachroud, Marouene Romdhani, Houssem Khalfaoui et Rachid Tayari (-66 kg), Seifeddinde Ben Hassen, Hamza Barhoumi, Abdelaziz Ben Ammar et Seifeddine Sassi (-73 kg), Mohamed Fadhel Ghazouani, Anis Dekhili et Wael Bacouche (-81 kg), Rafaa Talbi, Sabri Sarsar et Amine Ghana (-90 kg), Chamseddine Lahma (-100 kg), Anis Chedli et Fayçal Jaballah (+100 kg). Dans la catégorie féminine, le judo tunisien sera représenté par Amani Khalfaoui, Imene Saadou et Amina Ferjani (-48 kg), Fatma Farhat, Rania Salouaj (52 kg), Ons Ben Messaoud, Asma Ben Zeineb, Nesria Jelassi (-57 kg), Asma Bejaoui, Khaoula Miraoui (-63 kg), Houda Miled (-70 kg), Hana Mergheni, Sarra Mzoudhi (-78 kg), Nihel Cheikhrouhou (87 kg), Sahar Trabelsi (+87 kg).

Le programme :

Vendredi 7 mai :

10h00 : tour préliminaire
Dames (-48 kg, -52 kg)
Hommes (-60 kg, 66 kg)
Samedi 8 mai:
10h00 : éliminatoires
Dames (-57 kg, -63 kg, -70 kg)
Hommes (-73 kg, 81 kg)
Dimanche 9 mai :
10h00 : éliminatoires
Dames (-78 kg, +78 kg)
Hommes (-90 kg, -100 kg, +100 kg) 16h30: finales

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Jeu 6 Mai - 13:18

Judo

Grand Prix de Tunis
Aujourd’hui, le tirage au sort La Fédération internationale de judo a introduit –à commencer par le GP de Tunis-un nouveau timing concernant le contrôle des nations participantes et le tirage au sort des tableaux.

C’est ainsi que la vérification dès pays a eu lieu des hier et se poursuit aujourd’hui de 9h à 12 heures alors que le tirage au sort se déroulera également aujourd’hui à 14heures. 18 arbitres internationaux en plus de trois délégués de la commission d’arbitrage de la FIJ sont déjà à l’œuvre à Tunis.

Le GP de Tunis sera suivi par la tenue d’un camp d’entraînement qui sera organisé dans un hôtel de la banlieue nord du 10 au 13 mai.

Un gala à Paris pour le 60eme anniversaire de la FIJ

La Fédération internationale de judo a décidé l’organisation d’un gala à Paris en décembre 2010 pour célébrer son 60eme anniversaire prévu en 2011. Des judokas de toutes les générations seront conviés à ce gala où des récompenses seront attribuées aux personnalités, anciens et actuels champions, pays et medias ayant contribué au développement de ce sport olympique. La Tunisie comptera sur un bon nombre d’invités parmi la famille du judo, la liste sera connue dans les prochaines semaines.

CB (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Jeu 6 Mai - 13:19

Taekwondo

Coupe du monde Francophone au Bénin
Sboui et Laâbidi sur le podium

Nidhal Sboui (-68kg) et Abderrahim Laâbidi (+80kg) ont remporté respectivement les médailles d’argent et bronze à l’occasion de la 7eme coupe du monde Francophone disputée au Bénin les 2 et 3 mai. Sboui a perdu en finale devant le Français Amine Manai après avoir remporté trois combats alors que Laâbidi a passé deux tours avant de céder en demi finales face au Marocain Abdelakader Zrouri .

Le troisième tunisien engagé à Cotonou , Sami Fatnassi, a battu l’Ivoirien Ouattara avant de s’incliner lors des quarts de finale devant le Sénégalais Ngom Makthar.

13 nations ont réussi à accéder aux 32 podiums attribués alors que la sélection marocaine a remporté la première place avec quatre médailles d’or devançant le Sénégal, la France, le Cameroun, le Mali, la Cote d’Ivoire et la Tunisie qui pointe à la 7eme place.

Chaker B (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Ven 7 Mai - 13:01

Judo

Grand prix de Tunis
Londres 2012 passe par Tunis

Le Palais des Sports d’El Menzah abrite dès aujourd’hui la seconde étape du Grand Prix de Fédération internationale de judo. Il s’agit de l’unique étape organisée sur le continent africain mais aussi la première qui enclenche le long processus de la qualification olympique.

Depuis le tournoi du grand chelem de Paris en février 2009, le judo se lance dans une opération de séduction, l’objectif de cette petite révolution est de rendre la discipline plus médiatique et donc plus spectaculaire.

La FIJ a réussi à créer un circuit international composé d’une série de quatre tournois de grand chelem à Paris, Moscou, Rio de Janeiro et Tokyo en plus d’une série de cinq Grands Prix à Hambourg, Tunis, Rotterdam, Abu Dhabi et Qingdao (Chine).

Le système de compétition a été modifié, le repêchage, qui permettait à un battu aux premiers tours de combattre malgré tout pour une médaille de bronze a été supprimé. C’est ainsi que seuls les judokas battus lors des quarts de finale peuvent disputer les repêchages. Notons que ces neuf rendez-vous (grand chelem et grands prix) ainsi que les 24 étapes de coupe du monde attribueront des points pour le classement mondial des judokas qui servira à dégager d’ici mai 2012 les qualifiés pour Londres.

Une participation supérieure aux tournois du Grand chelem

La concurrence s’annonce relevée avec plus de 400 judokas représentant 54 nations ,ce qui constitue un record au niveau de la participation en comparaison même avec les tournois du Grand Chelem de Paris ( 382 judokas) , Tokyo en 2009 (396 judokas) ou Hambourg 2009 ( 382 judokas). Seul le tournoi parisien a enregistré cette année la présence de plus de cinquante nations (53).

De grandes stars du judo mondial sont déjà à Tunis comme les champions olympiques Elnur Mammadli (Azerbaidjan, -73kg) , Ole Bishoff (Allemagne,-81kg) ,Tuvshinbayar Naidan (Mongolie,-100kg) et la Roumaine Alina Dumitru (-48kg).Il y’a aussi les champions du monde des – 60 kg Georgii Zantaraia (UKR), des -78 kg Marhinde Verklerkt (PB) ,des – 100kg Maxime Rakov (Kazakhstan) sans oublier les Tunisiennes Houda Miled (-70kg) et Nihel Cheikhrouhou (+78kg) avides de revanche après avoir raté l’édition 2009.

Dans l’ensemble, la sélection tunisienne sera mise à rude épreuve trois semaines après son sacre continental à Yaoundé.

Amani Khalfaoui (-48kg) d’entrée

Rappelons qu’en 2009, le bilan tunisien fut très positif avec la belle victoire finale d’Anis Chedly (+100kg) et les places de finalistes de Chahinez Mbarki (-48kg) et Amani Khalfaoui ( -52kg) qui ont permis à la Tunisie de terminer à la 5eme place sur 31 nations .

Les premières catégories à fouler le tapis aujourd’hui sont les -48kg et - 52kg dames et les - 60kg et -66kg messieurs. La compétition débutera à 10h00 alors que le bloc final ( repêchages et demi finales et finales) à été fixé à 17h00 .

Parmi les Tunisiens qu’on suivra avec intérêt aujourd’hui, la championne d’Afrique Amani Khalfaoui (-48kg) qui tentera de faire aussi bien qu’en 2009. Pourvu qu’elle ne tombe pas dans le tableau de la championne olympique, la Roumaine Dumitru.

Il y’aura aussi Frej Dhouibi(-60kg) ,Ragheb Karchoud (-66kg) et Fatma Farhat (-52kg) dont l’objectif sera de poursuivre leur apprentissage de la haute compétition.

Chaker Belhadj (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Dim 9 Mai - 15:10


Grand prix de Tunis (3ème journée)
Spectacle assuré avec Nihel Cheikhrouhou et Anis Chedly Jamais le Palais des Sports d’El Menzah n’a accueilli autant de stars mondiales du judo, on a déjà annoncé lors de la conférence de presse de la FTJ la présence de quatre champions olympiques et trois champions du monde mais ce n’est pas tout . Notre curiosité nous a amené à étudier davantage le tirage au sort des 14 catégories, le bilan est éloquent.

Tunis a accueilli durant ces trois jours 10 médaillés olympiques 2008, 21 médaillés mondiaux 2009 et 29 médaillés dont sept en or aux derniers championnats d’Europe de Vienne du 22 au 24 avril.

Aujourd’hui, avec l’entrée des super lourds Nihel Cheikhrouhou et Anis Chedly, le spectacle sera garanti avec les Tunisiens mais aussi le champion olympique mongole Naidan ,les champions du monde Rakov (KAZ) et Verkerk (PB) et les championnes d’Europe 2010 Polavder (SLO) et Joo (HON).

-78 kg dames : Verkerk ,Possamai ,Pryshchepa et Wollert dans quel ordre ?

Cette catégorie nous offre un tableau alléchant avec la présence de sept judokas sur les huit premières classées aux derniers championnats d’Europe de Vienne, il y’aura surtout la championne du monde Marhinde Verkerk (PB), la surprenante Championne d’Europe Abigel Joo ,la médaillée de bronze olympique Stéphanie Possamai et l’Ukrainienne Maryna Pryshchepa sans oublier la redoutable Allemande Heid Wollert (3eme aux mondiaux 2009). Le pronostic sera bien difficile à établir avec de pareilles individualités. En l’absence de la Tunisienne Hana Merghenni ,seule la jeune Sarra Mzoughi sera de la partie. Le tirage au sort lui a offert la championne du monde en titre la Hollandaise Verkerk , ce qui constitue une rare opportunité pour ses débuts internationaux .

+78 kg dames : Un tableau semé d’embûches pour Cheikhrouhou

On attend beaucoup de Nihel Cheikhrouhou , double championne d’Afrique et première judoka tunisienne médaillée au Grand chelem de Paris 2010 et de Moscou 2009 . La Tunisienne, qui n’a pas brillé l’an dernier, est déterminée à sortir le grand jeu devant son public. La poule C lui réserve des adversaires de qualité comme la Kazakh Issanova ou la Japonaise Yamabe et si tout se passe bien la Polonaise Sadkowska (3eme européenne) , la Hollandaise Uilenhoed ou la vice championne du monde junior Kindzerska lors des quarts et demi finales .

Le rêve de Cheikhrouhou consiste à croiser en finale sa bête noire la championne d’Europe et 3eme olympique Lucija Polavder (Slovénie) pour une revanche des JM 2009 de Pescara.

Notons que la seconde Tunisienne Sahar Trabelsi rencontrera au 1er tour cette même Polavder.

-90kg messieurs : Débats équilibrés

Trois Tunisiens seront engagés dans une catégorie qui n’a plus de leader depuis la retraite de Skander Hachicha en 2004, au point qu’aucun judoka ne fut sélectionné aux derniers championnats d’Afrique .Rafaa Talbi ,Amine Gana et Sabri Sarsar disputeront leur premier Grand Prix , ils seront opposés respectivement à l’Ouzbek Choriev médaillé de bronze aux mondiaux 2009 ,au Kazak Bolat et au Japonais Takashi Ono leader du classement mondial de la FIJ. Les podiums seront difficiles à accéder en présence du vice champion d’Europe 2010 le Georgien Liparteliani ,des médaillés de bronze Européens Mammadov (AZE) et Iliadis (Grèce) en plus des 5emes mondiaux Randl (SVK) et Alarza (ESP).

- 100 kg messieurs : La présence du gratin mondial

Tous les grands seront la, à commencer par le champion olympique 2008 le Mongole Naidan , le champion du monde 2009 le kazakh Maxim Rakov et le champion du monde junior tchèque Lukas Krpalek . Les outsiders seront aussi nombreux avec le médaillé de bronze olympique Miraliev (AZE) ,le vice champion du monde des -90kg le Russe Denisov et le médaillé de bronze des mondiaux 2009 le Japonais Takamasa Anai.

Le seul Tunisien Chemseddine Lahmar présent dans le tableau aura comme adversaire le Russe Magomedov.

+ 100kg messieurs : La dernière de Chedly ?

Il semblerait qu’Anis Chedly est décidé à mettre fin à sa carrière internationale après le GP de Tunis, l’homme étant usé par une présence continue de plus de 11 ans sur les circuits internationaux. Si c’est le cas, la pression sera terrible à gérer par Chedly devant son public d’autant qu’il est le tenant du titre 2009. Parmi les meilleurs judokas mondiaux présents à Tunis, il y’a le 5eme olympique Gujejiani (Georgie), le vice champion d’Europe 2010 le Hongrois Bor ,le numéro 2 mondial Suzuki et l’Allemand Toelzer finaliste 2009 à Tunis et qui vient de briguer le bronze aux championnats d’Europe.

Chedly évoluera face au Georgien Mskhaladze. En cas de victoire, il croisera le Hongrois Bor en quarts de finale alors que le numéro 2 Tunisien Faycel Jabbalah, appelé à succéder à Chedly, devra prouver aujourd’hui qu’il a l’étoffe pour assumer ce futur rôle.

Jaballah, exempt du 1er tour , jouera au tour suivant face à l’Ukrainien Bondarenko (3éme aux championnats d’Europe -23 ans) .

Chaker BELHAJ (Le Temps)

--------------------------

Houda Miled sur le podium


Houda Miled (-70kg) a tenu ses promesses en accédant à son premier podium dans un GP de la FIJ. La Tunisienne qui a évolué durant quatre saisons chez les -78 kg , semble trouver ses marques dans sa nouvelle catégorie de poids .Cette nouvelle médaille de bronze va permettre à Miled d’améliorer davantage son classement mondial.

La Tunisienne a effectué d’excellents débuts durant la matinée en éliminant la Camerounaise Felicité Mbala et la Néerlandaise Linda Bolder vice championne d’Europe 2009 des -23 ans.

Lors des demi finales, Miled n’a pu freiner la montée en force de la championne du monde juniors 2009 et future vainqueur du GP de Tunis la Japonaise Haruka Tachimoto .Cette dernière fut impériale hier en remportant ses quatre combats par ippon surtout en quarts de finale face à la Hongroise Anet Meszaros championne d’Europe 2010 et vice championne du monde 2009 .

Hécatombe des autres Tunisiens au 1er tour

Notons que six des huit premières aux championnats d’Europe 2010 étaient présentes à Tunis. Les dix autres représentants Tunisiens en -57kg (Nesrine Jelassi et Asma Ben Zeineb), en -63kg Asma Bejaoui, en -73kg (Seifeddine Belhassen,Abdelaziz Ben Ammar ,Hamza Barhoumi et Seifeddine Sassi) ,en -81kg (Med Fadhel Ghazouani , Wael Baccouche et Wajdi Dkhil ) ont été tous battus au 1er tour après avoir beaucoup appris de cette expérience fort utile dans leur plan de carriére.

C.B (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Lun 10 Mai - 14:50

Judo

Grand Prix de Tunis 2010
Nihel cheikhrouhou se contente d'une médaille d'argent
Matthaues était au rendez-vous


Le Grand Prix de Tunis 2010 a été rehaussé par la présence de Lothar Matthaues, ex-vedette du football allemand. Celui qui a fait les beaux jours du Bayern et de l'équipe de la Manschaft a été l'invité d'honneur de l'IFJ ( Fédération internationale de Judo). Lors de la journée inaugurale du tournoi ; il a remis la 1ère médaille d'or mise en jeu.

RC (Le Temps)

--------------------------

Nihel Cheikhrouhou (+78kg) n’a pas à rougir de sa défaite hier en finale face à la championne d’Europe en titre la Slovène Lucija Polavder , la Tunisienne a tout donné face à un adversaire qu’elle n’arrive pas encore à maîtriser comme ce fut déjà le cas l’an dernier aux JM de Pescara.

Il faut dire que Cheikrhouhou a laissé une grande partie de ses forces lors des demi finales ou elle a du se surpasser physiquement pour battre la Polonaise Sadko wska (3eme Européenne), une athlète qui doit peser au moins 30kg de plus que la Tunisienne.

Lors de la matinée , Nihel Cheikhrouhou exempte du premier tour , a accédé aux demi finales après une victoire par ippon face à la Japonaise Kanae Yamabe( 3eme aux mondiaux juniors 2009) lors d’un match piége d’autant que la Japonaise est déjà rentrée dans le tournoi avec à son actif une victoire au 1er tour devant la championne d’Asie la Kazakh Gulzhan Issanova.

Comme quoi en judo la hiérarchie n’est jamais respectée.

Avec ses deux médailles d’argent au grand chelem de Paris et au GP de Tunis en plus de ses deux titres africains , Nihel Cheikhrouhou a effectué une excellente première partie de saison en attendant les mondiaux Japonais en septembre .

Autres Tunisiennes engagées lors e la 3eme et dernière journée, les jeunes Sahar Trablesi (+78kg) et Sarra Mzoughi (-78kg) battues respectivement par la championne d’Europe 2010 Polavder (SLO) et la championne du monde 2009 Verkerk (HOL).

Chedly et Jaballah 5èmes

Le tenant du titre de la précédente édition Anis Chely (+100kg) s’est contenté de la 5eme place après son élimination par osae-komi-Waza en quarts de finale devant le vice champion d’Europe 2010 l’Hongrois Barna Bor,Chedly a pourtant bien debuté le tournoi en enchaînant deux victoires par shido devant le Georgien Mskhaladze et par ippon devant le Camerounais Bebeze.

Pour sa part Faycel Jaballah a réalisé presque le même parcours que l’an dernier avec une victoire et une défaite devant le même adversaire l’Allemand Toelzer cette fois ci par osae-komi-Waza et non par ippon comme en 2009 .

Exempt du premier tour, Jabbalah a enregistré lors des huitièmes de finales une victoire probante au golden score face à l’Ukrainien Bondarenko (3éme aux championnats d’Europe -23 ans).

Dans la catégorie des -90kg et -100kg ,les quatre Tunisiens engagés n’ont pas dépassé le premier tour mais ils ont du apprendre beaucoup les Chemseddine Lahmar ,Rafaa Talbi, ,Amine Gana et Sabri Sarsar .

Avec une médaille d’argent et une médaille de bronze ,le bilan Tunisien est en déca de ce qui a été réalisé en 2009 ( 3 podiums) mais ceci s’explique par le niveau relevé de l’édition 2010 avec 346 judokas de 49 nations ,soit 120 judokas et 18 nations de plus qu’en 2009 .

C.Belhadj (Le Temps)

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Admin
Admin
Admin


Masculin Nombre de messages : 2016
Age : 65
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Sports de Combats   Dim 22 Aoû - 16:59

Judo

A bâtons rompus avec Hédi M’hirsi (président de la Fédération Tunisienne de Judo)


«Avec peu de moyens, on a réalisé les exploits les plus inimaginables»

«Les statuts des fédérations sont anachroniques.

Il faut les amender, d’urgence»

«L’hégémonie du judo tunisien sur le plan africain et son rayonnement mondial sont le fruit d’un travail scientifiquement planifié»

A une dizaine de jours des championnats du monde prévus à Tokyo et après une saison faste à tous les niveaux pour le judo tunisien, nous avons jugé utile de nous entretenir avec M. Hédi M’hirsi. Toujours accueillant et chaleureux, le président de la fédération tunisienne de judo s’est montré d’une extrême gentillesse et d’une grande disponibilité pour un entretien de presque deux heures dans son bureau au siège de la FTJ.

Le Temps : Tout d’abord, quel bilan faîtes-vous sur la saison 2009-2010 ?


Hédi M’hirsi : (sans la moindre hésitation). Je crois que le bilan est largement positif, avec des résultats très probants et des performances de taille. Sur le plan mondial, la Tunisie par le biais de Houda Miled, a obtenu la médaille de bronze au championnat du monde organisé à Rotterdam. Il s’agit d’une première médaille mondiale chez les seniors filles.

Au championnat d’Afrique seniors au Cameroun, la Tunisie s’est distinguée de mille feux pour remporter le sacre par équipe, filles et garçons. A part Anis Chadly, tous sont des jeunes appartenant à la catégorie des juniors comme quoi, nous aspirons toujours à de lendemains meilleurs, en lançant dans le bain des néophytes pour avoir l’expérience internationale requise et se frotter à des concurrents d’une pointure plus grande.

Chez les juniors, le titre africain est également revenu à la Tunisie qui s’est admirablement distinguée le mois dernier à Dakar, pour terminer première aussi bien chez les garçons que chez les filles. Nous espérons que nos cadets sauront préserver cette hégémonie lors du prochain CAN prévu au mois de novembre prochain à Casablanca (Maroc). Sur le plan international et africain, la Tunisie ne fait que confirmer son image de marque et sa bonne réputation comme étant leader d’Afrique.

Sur le plan national, les motifs de satisfaction sont également nombreux. Toutes les compétitions se sont déroulées dans les règles de l’art. Aucun accident susceptible de mettre la carrière d’un joueur en péril, n’a été enregistré. Et là, c’est l’essentiel, car, rien ne vaut la bonne santé d’un individu. Pour la vulgarisation de ce sport et partant de notre politique orientée vers la décentralisation, les finales se sont déroulées à l’intérieur du pays.

Tous ceux qui nous suivent de près ne peuvent que reconnaître ces acquis. Toutefois, il ne faut guère dormir sur ses lauriers, pour rester au diapason de l’évolution de ce sport dans le monde. Ainsi, j’appelle toujours au travail. Je suis exigeant, certes, mais le travail est la seule voie de la réussite. Je veux dire par là, le travail au quotidien, avec le sérieux requis, l’effort et la persévérance.

Comment expliquez-vous la domination tunisienne tant sur le plan arabe que celui africain ?

Les moyens mis à la disposition de nos judokas (l’élite), le sérieux du cadre technique, une programmation rationnelle, un suivi médical et mental. Un travail basé sur des critères scientifiques, tel est le secret de l’épanouissement du judo tunisien sur le plan africain. Pour répondre à votre question, on ne peut guère parler d’un championnat arabe dans la mesure où c’est l’anarchie qui domine l’Union Arabe de Judo et qui n’a rien de comparable avec le sérieux et les structures dont se distingue l’Union Africaine de Judo.

Quels sont les objectifs pour la prochaine saison ?

C’est une saison délicate puisqu’elle précèdera les Jeux Olympiques de Londres 2012. Dans cette perspective, nous avons 5 objectifs que nous sommes appelés à atteindre avec évidemment l’appui de la tutelle. Sincèrement je demeure confiant car je suis toujours optimiste. Je suis conforté davantage dans cet optimisme par les changements opérés au sein de la direction générale des sports, je veux dire par là l’évolution dans la gestion des affaires sportives, pour relever les défis du sport tunisien sur le plan international.

En ce qui concerne les objectifs je cite les JO de Londres, les championnats du monde à Paris en août 2011. (Qualificatifs pour les JO), les grands Prix et Grands Slams qualificatifs pour les JO,les Jeux Africains de Mozambique (Septembre 2011),les Jeux Panarabes.

Chez les juniors nous entendons conserver la couronne africaine, en Libye (juillet 2011). Le championnat du monde en octobre 2011 à Cap Town (Afrique du Sud)

Chez les cadets, nous visons le leadership maghrébin à l’occasion des championnats maghrébins qui auront lieu en Algérie au mois de novembre 2011.

Quel est l’apport des grands clubs (les clubs riches) dans l’émergence du judo tunisien ?

Malheureusement, à part le Club Sfaxien qui continue à bien encadrer la section de judo, ou alors l’Etoile du Sahel qui a repris ses activités la saison écoulée avec tout le sérieux requis et qui finira par avoir de bons résultats, à part ces deux clubs – répertoriés parmi les grands- la contribution des autres est insignifiante pour ne pas dire inquiétante, là, je fais allusion à l’Espérance. Malgré la désignation d’un grand champion, Skander Hachicha pour présider la section, l’Espérance a beaucoup perdu de son rayonnement. Pourtant elle a les moyens d’exercer son hégémonie, comme le faisait autrefois quand 80% de son effectif appartenait à l’ossature de l’Equipe nationale, aujourd’hui elle n’en a même pas 5%. Il faut dire aussi que jadis, l’Espérance disposait de sa propre salle, alors qu’aujourd’hui, elle doit attendre la fin des entraînements de l’EN pour prendre le relais dans la même salle à la Cité des Jeunes. C’est pénalisant aussi bien pour le club que pour les jeunes amoureux du judo.

En tant qu’ancien judoka et ex-responsable à l’Espérance, je saisis cette occasion pour inviter M. Hamdi Meddeb, président de l’Espérance à accorder l’intérêt requis à la section de judo et surtout à lui doter d’une salle propre à elle, comme autrefois. Je reste cependant convaincu que cet appel aura du répondant car j’ai confiance en M. Hamdi meddeb. Ah, vous me faites revenir à une vingtaine d’années ou même plus, en arrière quand l’Espérance exerçait une domination sans partage avec un effectif de très haute qualité avec les frères Zaïer, les frères Mahjoub, Mohamed Hosni (actuel directeur général des sports), Matoussi, Ben Gamra, Khiari, sans oublier la gente féminine avec Samira Oueslati, Hajer Tebissi, Ahlem Azzabi (championne du monde juniors) et la liste est longue. Quand je me rappelle cette période d’or de l’EST et je la compare avec sa situation aujourd’hui j’éprouve un pincement au cœur.

Quant au Club Africain, ses activités en judo sont gelées depuis…1979.No comment !

L’engouement et la passion des petits clubs sont ils suffisants pour assurer des lendemains meilleurs à cette discipline ?

Non. La volonté des responsables de ces clubs et leurs sacrifices ne suffisent pas pour rester fidèles au haut niveau, car il leur manque beaucoup de moyens (finances – hébergement – transport, restauration, équipements, salaire des entraîneurs, etc…). Ceci ne m’empêche pas de saluer chaleureusement ces hommes qui travaillent par amour et passion pour le judo et dans l’intérêt, bien sûr, du sport national.

Il faut, encourager davantage ces clubs, surtout que la pratique du judo est gratuite, en comparaison avec les autres sports de combat comme le Karaté, le Taekwondo, le King-Boxing, etc)

La FTJ est telle une locomotive sans compartiments, car les clubs trouvent du mal à suivre la fédération. Non ?

La Fédération de Judo a un avantage appréciable par rapport aux autres fédérations car la majorité écrasante de ses membres fédéraux sont des judokas. C’est dire que notre politique est claire : transparence, concentration et entente.

Et puis la FTJ a eu le privilège d’avoir un directeur technique de grande envergure, en l’occurrence M. Abdelmajid Senoussi, promu, directeur des sports d’élite au Ministère.

Sans oublier également la disponibilité quotidienne et permanente du président de la FTJ qui est toujours là, veillant au bon déroulement des affaires administratives et du suivi technique.

A propos de la FTJ, pourquoi tarde-t-elle, toujours à désigner un directeur technique national après le départ de Abdelmajid Senoussi ? Est-ce que les compétences font défaut ?

D’abord, on ne peut pas remplacer, du jour au lendemain, un directeur technique national comme M. Abdelmajid Senoussi qui a passé 18 ans à la fédération où il a accompli un travail colossal. N’oubliez pas qu’il était l’entraîneur du champion du monde, Anis Lounifi.

Dès mon arrivée à la FTJ en 1993, Senoussi entraînait le CSS et j’ai pris l’initiative de l’engager à 33 ans comme entraîneur national. Un choix courageux car depuis, les résultats ne cessent de nous donner raison et puis les performances réalisées sous l’ère Senoussi sont encore inégalées jusque-là. C’est pourquoi il est difficile de lui trouver un successeur, ayant la même étoffe.

Le budget alloué par la tutelle à la FTJ est-il suffisant pour mener les préparatifs en vue d’obtenir une médaille olympique ou un titre mondial ?

Non. Le budget ne suffit même pas pour les championnats d’Afrique et s’avère peu signifiant par rapport au budget alloué, à titre d’exemple, à la fédération algérienne de judo qui est 10 fois plus que le nôtre. Malgré cela, nous sommes les meilleurs en Afrique et supérieurs à tous les pays du continent comme le prouvent aisément nos résultats. C’est l’amour de la patrie et le dévouement pour les couleurs nationales qui transcendent nos athlètes afin de donner le meilleur d’eux-mêmes dans les différentes compétitions auxquelles ils participent.

Espérons qu’avec la nouvelle direction générale des sports, notre budget sera revu à la hausse. Je lui fais confiance car elle est d’ores et déjà consciente des difficultés rencontrées par les fédérations des sports individuels. Pourtant, ce sont ces sports là qui procurent souvent à la Tunisie toutes les joies et tout le bonheur.

La décentralisation des manifestations de judo a-t-elle apporté ses fruits ?

Il s’agit là d’un choix prôné par la Fédération. Cette politique a fait l’unanimité dans la mesure où elle a sérieusement allégé les dépenses pour les clubs. Et puis, c’est le meilleur moyen pour la vulgarisation de cette discipline sportive, dans tous les coins du pays. Malheureusement, le problème réside parfois dans le chevauchement de la programmation des autres activités sportives dans une même salle (Sousse, Kairouan).

La Tunisie s’apprête à participer au Mondial de Tokyo. Quelles sont ses chances ?

Nous allons participer avec trois filles et un garçon (Houda Miled, Nihel Cheikhrouhou, Amani Khalfaoui et Anis Chadly). Chez les filles, malgré une préparation moyenne, nous espérons réaliser quand même de bons résultats. Ne sont-elles pas les champions d’Afrique.

Pour Anis Chadly, il s’est contenté d’une préparation en Tunisie et dans des conditions difficiles. Il est capable du meilleur comme du pire, mais ils vont partir à Tokyo avec l’intention de suer à fond et de donner le meilleur d’eux-mêmes.

La FTJ est l’une des rares fédérations qui ont réussi dans leurs œuvres, comme le prouve ce record de titres dans son palmarès, même des titres mondiaux. Quel est le secret ?

Franchement il n’y a aucun secret mais quand on travaille dans une excellente ambiance où l’entente est parfaite entre toutes les parties composantes, il va de soi que nous tirons tous dans la même direction. Et puis le Bureau Fédéral est composé dans sa majorité des ex-judokas de haut niveau. En France, par exemple, tous les membres (12) du Bureau Fédéral sont des ceintures noires. Et puis pour arriver à ce stade relevé, nous autres responsables faisant partie de la Fédération ,avons eu la chance de côtoyer, dès notre ascension, pas moins de 14 entraîneurs nationaux japonais. L’école japonaise nous a inculqué les valeurs nobles du judo auxquelles nous restons éternellement fidèles : Discipline – respect- culture- sincérité- persévérance dans l’effort, fair-play. Des principes fondamentaux constituant l’essence et la noblesse de ce sport.

Les Fédérations ou plutôt quelques fédérations dont la FTJ ont proposé à la tutelle l’amendement des statuts. Sur quelle base a été construite votre proposition ?

C’est une question assez intéressante qui reste en relation avec notre avenir. Lors de la présentation des statuts, on a suggéré la révision de quelques articles qui sont devenus anachroniques. Seulement la tutelle a préféré garder ces même textes, à titre d’expérience.

Or, partant de ma large expérience dans ce domaine, j’ai constaté la faillite de ces textes. Exemple, un membre fédéral sachant au préalable qu’il va partir au terme de son mandat, devient un fardeau pour la Fédération, car démotivé, il n’est d’aucune utilité, sauf de bénéficier de quelques privilèges éphémères. Ce genre de responsables ne sert à rien et fait du tort au sport national. Pour combler ces lacunes, le choix des Fédéraux doit être fait par la base. Et il n’y a pas d’autres choix. Le parachutage est paralysant pour le progrès et l’émergence de sport tunisien.

Les statuts de la Fédération doivent être conformes à ceux de l’Union Africaine de Judo. C’est l’instance africaine qui fait la transition entre la Fédération et la Fédération internationale. Nous sommes alliés à l’Union Africaine et non à la Fédération Internationale. Et puis, il ne faut pas oublier que le judo est un sport spécifique, c'est-à-dire ,qu’ il doive être gérer par des judokas et non pas des intrus. Ceux-ci n’ont pas de place en judo. C’est comme ça que ça se passe dans les pays développés en la matière comme le Japon et la France et même en Algérie bien que nous lui soyons supérieurs.

Quels conseils donneriez-vous aux jeunes générations ?

Pratiquez le sport, le sport est facteur d’équilibre social. Pratiquez le judo car il a toujours été, un sport d’élévation morale, d’échange de culture et de civilisations. C’est aussi un sport pratiqué depuis son lancement en Tunisie par de futurs cadres et des personnes instruites. Il n’est pas indifférent que des ex-judokas soient aux commandes de grandes structures intellectuelles et artistiques en Tunisie et de par le monde. Votre rédacteur en chef est d’ailleurs aussi l’un des nôtres.

Un dernier mot ?

Ce sont des souhaits et des remerciements.

Je souhaite que les sports individuels bénéficient d’un égard identique à celui des sports collectifs

Je voudrais, par ailleurs, remercier le Ministre de la Jeunesse et des Sports pour son soutien moral et financier pour le Grand Prix de Tunis. Je tiens à remercier également, le président du CNOT.

Entretien conduit par Raouf CHAOUACHI

--------------------------

Hédi Mhirsi digest

Ceinture noire (7ème Dan)

Arbitre mondial depuis 1985

(5 Jeux Olympiques – 9 championnats du monde – 24 championnats d’Afrique)

Arbitre continental depuis 1979

Arbitre national depuis 1969

Entraîneur-joueur à l’Espérance de 1969 à 1979

Membre du comité directeur de l’Espérance, chargé des sports individuels de 1979 à 1982

Trésorier de la FTJ de 1982 à 1985 puis 1er vice président de la FTJ chargé de la trésorerie

Président de la FTJ de 1993 à 1997 (1e mandat)

Président de la FTJ depuis le 4 décembre 2000.

Trésorier général de l’Union Africaine de Judo

Trésorier du CNOT de 2004 à 2008

Vice-président du CNOT depuis 2009

_________________

Forza-Baklawa.com
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.forza-baklawa.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sports de Combats   Aujourd'hui à 19:20

Revenir en haut Aller en bas
 
Sports de Combats
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» nouveau sur le forum raid
» POC Sports
» [Europa League] US Città di Palermo - Lausanne-Sports
» [Coupe de Suisse] Lausanne-Sports - AC Bellinzona
» combats 2009-2010 de tout les équipes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Football National :: Equipe de Tunisie-
Sauter vers: